Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 07:56

Avant de parler des femmes dans cette société du Moyen-âge et notamment des "femmes artistes" de cette époque, un petit rappel de ce que fut cette période si longue de notre histoire.

 

frise

 

Le Moyen-âge s’étend en effet de la deuxième moitié du V° s. (après l’Antiquité) jusqu’à la première moitié du XV° s, c’est une période qui a duré environ 1000 ans, mille années riches et variées.

 

C’est donc une très longue période, avec ses "contrastes", ses "clartés et ses ombres" comme toute  partie de l’histoire des hommes.

 

Le nom : «  Moyen-âge » a été inventé à posteriori par les hommes de la "Re- naissance".

Voulant ainsi faire valoir leur propre supériorité intellectuelle, ils pensaient faire renaître des idées et mettre un terme à une longue période d’obscurantisme qu’auraient été ces 1000 années qui succédèrent à la "belle période" de l’Antiquité.

Cette appellation, quelque peu péjorative, impliquait donc pour eux, le rejaillissement de la lumière classique après de profondes ténèbres.

 

Or, si l’époque médiévale a été plongée dans les ténèbres de l’ignorance à certains égards, elle a fait aussi preuve de beaucoup d’initiatives et s’est montrée créatrice dans bien des domaines ; citons les maîtres de la musique polyphonique, l’architecture des cathédrales ; les œuvres de Dante, Boccace, Giotto et Fra Angelico qui sont les précurseurs de la Renaissance...


Au génie de Dante s’opposait il est vrai, un vaste analphabétisme et sous les flèches des cathédrales s’étalait la misère des taudis.

Le caractère du Moyen-âge réside dans ses propres paradoxes : la corruption et la sainteté s’y côtoient, ainsi que l’ignorance et l’érudition ; la bestialité et l’esprit chevaleresque, les moyens de torture les plus extravagants et les œuvres d’art les plus délicates.

 

Plus de 500 ans se sont écoulés depuis la fin du Moyen-âge et pourtant les œuvres qui nous sont parvenues sont nombreuses.

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 06:22

Pour nous mettre dans "l'ambiance" ...

quelques vers d'une philosophe et poétesse française

( née en 1364 à Venise),

Christine de Pisan ( ou Pizan)

considérée comme la première femme de lettres française

qui a vécu " de sa plume".

 

Christine de pisanChristine de Pizan écrivant

 

Deux textes :"Seulete suy sans ami demourée",

accompagné d'une version plus "modernisée"

et "Hé, Lune! trop luis longuement"


 

Seulete suy sans ami demourée


Seulete suy et seulete vueil estre,
Seulete m'a mon doulz ami laissiée,
Seulete suy, sanz compaignon ne maistre,
Seulete suy, dolente et courrouciée,
Seulete suy en languour mesaisiée,
Seulete suy plus que nulle esgarée,
Seulete suy sanz ami démourée.

Seulete suy a huis ou a fenestre,
Seulete suy en un anglet muciée,
Seulete suy, pour moy de plours repaistre,
Seulete suy, dolente ou apaisiée,
Seulete suy, riens n'est qui tant me siée,
Seulete suy en ma chambre enserrée,
Seulete suy sanz ami démourée.

Seulete suy partout et en tout estre,
Seulete suy, ou je voise ou je siée,
Seulete suy plus qu'autre riens terrestre,
Seulete suy de chascun délaissiée,
Seulete suy durement abaissiée,
Seulete suy souvent toute esplourée,
Seulete suy sanz ami démourée.

Princes, or est ma doulour commenciée :
Seulete suy de tout'dueil menaciée,
Seulete suy plus tainte que morée,
Seulete suy sans ami demourée....

 

(Extrait de Cent Balades).


Seulette suis et seulette veux être,
Seulette m'a mon doux ami laissée,
Seulette suis, sans compagnon ni maître,
Seulette suis, dolente et courroucée,
Seulette suis en langueur mésaisée,
Seulette suis plus que nulle égarée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 
Seulette suis à huis ou à fenêtre,
Seulette suis en un anglet muchée,
Seulette suis pour moi de pleurs repaître,
Seulette suis, dolente ou apaisée,
Seulette suis, rien n'est qui tant me siée,
Seulette suis en ma chambre enserrée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 
Seulette suis partout et en tout être

Seulette suis, où je vais où je siée,
Seulette suis plus qu'autre rien terrestre,
Seulette suis, de chacun délaissée,
Seulette suis, durement abaissée,
Seulette suis souvent toute épleurée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 
Princes, or est ma douleur commencée :
Seulette suis de tout deuil menacée,
Seulette suis plus tainte que morée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 

De triste coeur chanter joyeusement
Et rire en deuil c'est chose fort à faire,
De son penser montrer tout le contraire,
N'issir doux ris de dolent sentiment,
 
Ainsi me faut faire communément,
Et me convient, pour celer mon affaire,
De triste coeur chanter joyeusement.
 
Car en mon coeur porte couvertement

Le deuil qui soit qui plus me peut déplaire,
Et si me faut, pour les gens faire taire,
Rire en pleurant et très amèrement
De triste coeur chanter joyeusement

Seulette suis et seulette veux être,
Seulette m'a mon doux ami laissée,
Seulette suis, sans compagnon ni maître,
Seulette suis, dolente et courroucée,
Seulette suis en langueur mésaisée,
Seulette suis plus que nulle égarée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 
Seulette suis à huis ou à fenêtre,
Seulette suis en un anglet muchée,
Seulette suis pour moi de pleurs repaître,
Seulette suis, dolente ou apaisée,
Seulette suis, rien n'est qui tant me siée,
Seulette suis en ma chambre enserrée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 
Seulette suis partout et en tout être

Seulette suis, où je vais où je siée,
Seulette suis plus qu'autre rien terrestre,
Seulette suis, de chacun délaissée,
Seulette suis, durement abaissée,
Seulette suis souvent toute épleurée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 
Princes, or est ma douleur commencée :
Seulette suis de tout deuil menacée,
Seulette suis plus tainte que morée,
Seulette suis sans ami demeurée.
 

De triste coeur chanter joyeusement
Et rire en deuil c'est chose fort à faire,
De son penser montrer tout le contraire,
N'issir doux ris de dolent sentiment,
 
Ainsi me faut faire communément,
Et me convient, pour celer mon affaire,
De triste coeur chanter joyeusement.
 
Car en mon coeur porte couvertement

Le deuil qui soit qui plus me peut déplaire,
Et si me faut, pour les gens faire taire,
Rire en pleurant et très amèrement
De triste coeur chanter joyeusement

 

 

Hé Lune! trop luis longuement


Hé lune! trop luis longuement,
Par toy pers les biens doulcereux
Qu'Amours donne aux vrais amoureux.

Ta clarté nuit trop durement
A mon cuer qui est désireux,
Hé lune! trop luis longuement.

Car tu fais le decevrement
De moy et du doulz savoureux;
Nous ne t'en savons gré tousz deux,
Hé lune! trop luis longuement.

(Extrait des Rondeaux)


Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans A lire
commenter cet article
3 novembre 2010 3 03 /11 /novembre /2010 16:09

... commence vendredi 05 novembre et va nous accompagner jusqu'aux vacances de Noël.

 

Le thème pour les cours de peinture :

 

« l'Hortus Deliciarum ou  Le Jardin des délices …

Le sens du sacré » : Christine, Hildegarde, Herrade …

Et les peintures de Mithila 

Thèmes : Enluminures – Illustrations – Poèmes et musique.

Techniques:Tempéra, Calligraphie, Dorure, … Aquarelle, Acrylique

Artistes : les Médiévales,Hildegarde de Bingen, Herrade de Landsberg, Christine de Pisan, ...

Et les femmes de Mithila ...

 

artiste et son jeune apprenti

Artiste et son jeune apprenti - Boccace

"Le livre des cleres et nobles femmes" - France - XV°s.

 

 

Comme d'habitude, recherchez des documentations:

- lettres enluminées ou brodées,frises, rinceaux...

- illustrations sur les métiers de l'époque,

le cycle des saisons,

la vie des femmes du temps jadis,

les riches heures du Duc de Berry....


Côté matériel :

celui que vous voudrez... mais si on reprenait la tempéra ?

 

En dessin,

prévoyez encres et plumes, fines ou carrées ...


En Atelier "techniques" le mardi soir,

nous continuerons à explorer celle de l'aquarelle


et


En Atelier "couleurs " le vendredi,

nous traiterons de "l'effet spatial des couleurs".

 

Si vous désirez changer de créneaux horaires ou si vous voulez plus de renseignements ,

vous pouvez me joindre sans problèmes.

 

A vendredi !


 

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Annonces L' Ocre Bleu
commenter cet article
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 07:14

Depuis plusieurs années, avec l'Ocre Bleu, nous maintenons le rythme de 5 expos par an ...

 

Nous les avons pensées et réalisées ( ces expos)  pour pouvoir nous retrouver régulièrement autour de nos travaux réalisés durant les deux mois précédant ces rencontres.

Tout est alors encore " frais" dans nos têtes ...quelquefois même les supports le sont aussi... frais ! et cela nous permet de nous retrouver autour d'un buffet "bien garni", d'échanger, de comparer, de prendre des idées, de nous motiver ... bref, un moment de pure convivialité.

 

Or, simple concours de circonstance, ou sentiment de lassitude, notre dernier vernissage ne fut pas aussi "prisé" que nos autres rendez-vous!

Habitués que nous sommes à "la foule d'admirateurs en délire" (bon, j'exagère un peu !), la quarantaine de personnes qui s'est retrouvée ce lundi 11 octobre s'est sentie un peu "délaissée"...

 

Que faut-il en déduire?

 

Faut-il continuer ?

Faut-il arrêter ?

Faut-il changer de rythme?

Faut-il procéder différemment?

Faut-il nous mettre à la danse ou au chant ... là, je m'égare!

Faut-il conserver notre prochaine date : lundi 29 novembre ?

 

Toute ces questions méritent que l'on s'y arrête...

 

Pour cela , un petit sondage,

pas pour voter pour une réalisation cette fois,

mais pour "sonder" nos pensées.

 

Je vous laisse y déposer vos opinions...

 

Cliquez  ICI !!!

 

Fin du sondage : samedi 13 novembre ...

Selon les résultats obtenus, il nous faudra peut-être continuer l'argumentation ... essayez d'y penser à l'avance ...

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Annonces L' Ocre Bleu
commenter cet article
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 10:10

automne

 

Petit clic sur image pour sentiment du jour !

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans A lire
commenter cet article
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 11:53

Vous êtes en train de mettre la dernière main à vos réalisations de fleurs et de fruits.

Par le dessin, vous mettez bien en place les formes et les perspectives.

Par la couleur, vous réalisez de superbes nuances.

 

N'oubliez pas que " fleurs et fruits" sont avant tout des volumes.

 

Nous avons travaillé "la rose" en ce sens en cours de dessin.

 

Pour mieux  comprendre, je vous propose dans un premier temps de dessiner une sphère.

Nous sommes dans la théorie, imaginez donc la direction de la source de lumière à votre convenance.

(D'après un modèle, bien sûr, observez d'où vient cette lumière)

Ainsi du côté de la source lumineuse, la sphère est claire, l'autre côté est dans l'ombre.

 

Ensuite, imaginez la "tête" de la rose en surimpression sur le volume que vous avez créé.

  roseEtape 2 : "la fleur" en surimpression ...

 

Vous remarquerez que puisque la rose est avant tout une "sphère", vous allez avoir de la même façon, une partie de votre fleur bien éclairée et le reste dans l'ombre.

Il ne vous reste plus qu'à ombrer l'intérieur de chacun des pétales , car vers le centre... ils sont en creux , donc plus foncés et à effacer le reste de la sphère sur le pourtour qui ne vous sert à rien.

 

Quelques légers rehauts de lumière et le tour est joué ! Votre "rose" est bien dessinée... et elle "respire", car vous donnez  bien l'impression ainsi que l'air circule autour ! ...

 

Entraînez vous à travailler ainsi ... car même si vous ne posez pas la sphère au départ sur votre papier, vous devez toujours l'avoir en tête pour éviter à vos fleurs de paraître plates...

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Dessin
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 08:34

Pour mardi... j'espère pas de parapluie... mais un carnet de croquis... pour "croquer" sur place à l'expo, et dans les rues d'Aix , si le temps le permet...

 

Pour l' atelier, prévoyez du papier léger( genre papier chinois), du vieux " papier", genre "vieilles lettres"ou " vieux journaux", de l'encre de chine, de l'Acrylique ... une toile ( pas trop petite), des pinceaux, des crayons, des plumes, de la colle ....

 

Et aussi, de l'émotion, de la passion, de l'envie ... de faire, de bousculer et de mélanger quelques "traditions", ...

 et ...  de passer d'agréables moments !


A mardi ...

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Stages
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 07:21

Les Femmes du XVII° excellèrent dans la "nature morte", qui plus qu’un trompe l'oeil et au-delà de son rôle décoratif, a un sens symbolique.


La tradition du symbolisme dissimulé de la nature morte remonte au Moyen Âge.

Par exemple :

- les natures mortes de fruits / pommes, poires, raisins # sang du christ, amour du christ...

- une noix ouverte # bois de la croix

- la souris qui la grignote # symbole du mal

- de doux cerneaux-# nature dispensatrice de la vie du christ.

(Voir le « Dessert » de Georg Flegel)


 Au XVI° et XVII° s., périodes transitoires dans l'histoire de la Nature Morte,les valeurs humanistes prennent le pas sur le symbolisme religieux.

Les thèmes deviennent des " emblèmes", "contenus spirituels énigmatiques pour la plupart de nature morale", et donc une oeuvre comporte une image ou" pictura " et une courte devise, transmettant un message d'ordre moral, religieux, politique ou critique.

 

A l'âge classique, en raison de la hiérarchie des sujets, le peintre de nature morte n'était pas très estimé.

Premier "échelon" dans l'échelle des valeurs des sujets, c'est l'un des thèmes qu'il est permis aux femmes d'aborder.

Elles vont ainsi s'exprimer à partir de cette symbolique, tout en suivant les conceptions esthétiques de leur temps et les concepts de leur milieu. Grâce à ce langage, elles vont pouvoir "dire" sans pour autant enfreindre l’interdit ; la nature morte s’impose comme un art "savant", nous renseignant sur l'Histoire, la vie quotidienne, la sensualité, la façon d’appréhender la mort, la découverte des objets, l'avancée des sciences...


Hiérarchie des thèmes en peinture

 

Sujet historique d'inspiration

Biblique ou mythologique

# Commentaire historico politique

.

.

Peinture de portraits

.

.

 

Peinture animalière

.

.

Peinture de paysages

.

.

La nature morte

# Règne animal = êtres inférieurs

Ou nature inanimée

 

 

Louise Moillon (1610 - 1696) est l'une de ces femmes.

Née en 1610 dans le quartier parisien du Pont Notre Dame,fille d'un peintre protestant de portraits et de paysages prénommé Nicolas,  elle montre assez tôt des dispositions artistiques. Dès l'âge de 10 ans, elle vend ses oeuvres.

Ce fut sûrement son père, mort en 1619,son premier maître en peinture, puis, peut-être, le peintre de natures mortes et marchand de tableaux François Garnier, que Marie Gilbert, mère de Louise, épouse en seconde noce.

En 1630, Louise a déjà réalisé ou esquissé plus de vingt tableaux.Elle semble donc avoir été très tôt une artiste prolifique, dont la production (grâce au commerce de son beau-père?) était appréciée.

Charles Ier d'Angleterre a acquis cinq de ses natures mortes.

La majorité de ses tableaux sont datés de 1629 à 1637, ce qui semble avoir été la période la plus importante de son activité ( même si elle s'est poursuivie au moins jusqu'en 1674)

En 1640, Louise se marie avec le marchand de bois protestant Étienne Girardot de Chancourt, dont elle aura trois enfants.En 1685, Louis XIV révoque l'Édit de Nantes et ne laisse le choix aux protestants qu'entre la conversion et l'exil. En 1686, son mari est emprisonné,l'un de ses enfants est contraint à l'abjuration et les deux autres s'enfuient à Londres. Louise Moillon, qui a alors  75 ans, ne renie pas sa foi, et c'est « protestante » qu'elle meurt à Paris en 1696.

 

Louyse ( ou Louise)semble ne jamais s'être écartée du domaine de la nature morte, tenu certes pour inférieur dans la hiérarchie des genres, mais très en vogue en France à l'époque.

 

Il lui arrive quelques rares fois d'ajouter des personnages à ses compositions (ex: "Marchande de fruits et de légumes"- musée du Louvre - 1630) mais, même dans ce cas,ce sont les végétaux qui sont mis en évidence.


3martket


Au début de sa carrière,ses compositions sont dépouillées, généralement symétriques, et les objets sont mis en valeur par une lumière rasante.


2cherrie

  Cerises, fraises et groseilles à maquereau -

1630, Pasadena

Observez dans cette composition, le passage de "l'opaque des fraises, à la brillance des cerises, au translucide des groseilles ... jusqu'à la transparence des gouttes d'eau"


Puis, au fil des ans, ses oeuvres se font plus complexes, ombres et lumières structurant plus nettement espace et sujets.


museothyssengctb195612ab9

Panier de fruits, jatte de fraises, asperges et artichauts.

 

 

L'"impression" de simplicité et de fraîcheur ne doivent pas faire oublier le travail d'observation et la maîtrise technique nécessaires à ces représentations « réalistes» qui nous invitent à la méditation.

 

Mais outre la valeur réaliste, voire décorative de ses oeuvres, faut-il déceler dans les compositions de Louise une portée plus symbolique ?

Une mouche sur la pelure d'un fruit, une pomme abîmée, peuvent aller dans le sens du répertoire des "Vanités".


 

basketapcg1


 

Deux "pistes de lecture d'images":


- l'une,évoquant l'univers des sens :

Des abricots (... ou des prunes), à l'équilibre précaire peuvent nous évoquer l'instabilité dans laquelle peut nous entraîner la recherche de plaisirs terrestres :l'abricot au parfum délicat, à la chair juteuse et sucrée, aux formes éloquentes, y est associé.

Une même association « plaisir- danger » peut aussi se lire dans les bottes d'asperges, à la forme très suggestives,posées sur le feuillage rugueux des artichauts.


- l'autre, celui des métaphores religieuses : sang du Christ pour les cerises, faisceaux de verges de la Flagellation pour les asperges, couronne d'épines pour les artichauts et la branche de groseillier à maquereau, promesse de la Résurrection pour les fraises (correspondance est attestée depuis le Moyen-Âge).

 

Quelque soit les intentions que vous y mettrez, ayez plaisir à vous approprier de tels sujets... et si vous faites un tour au Louvre, n'oubliez pas d'aller admirer les oeuvres de Louyse.. il y en a au moins 2, autant que je m'en souvienne ....)

 

 

 

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 07:41

Sujets de nos premières semaines de travail depuis la rentrée, ils n'ont eu d'autres buts que de vous faire découvrir ou re-découvrir quelques notions de base en dessin et peinture.

 

guan-dao-sheng-bamboo-painting1

Avec les bambous, nous avons renoué avec le geste et le trait ( d'autant plus pour ceux et celles qui ont traité ce sujet à "la chinoise")

 

mlEMAIRE402Les fleurs, nous ont permis de revoir la réalisation des dégradés et des nuances.

 

2cherriePour les fruits, c'est la notion de matières que je voulais que vous mettiez en avant : avec les différences de réalisation, entre l'opaque, le translucide et le transparent; ainsi que la réalisation de surfaces mates, satinées ou brillantes.

 

En dessin, l'accent a été mis sur les  volumes à faire ressortir à partir des formes de base .

 

Ce coté : "techniques" n'a pas occulté, je l'espère, le plaisir , toujours renouvelé de prendre pour modèles ces sujets "simples" qui nous permettent de belles réalisations, des plus classiques aux ... plus originales...

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 17:15

C'est celui des vacances de Toussaint, c'est à dire les 26,27 et 28 octobre.

Comme nous avions eu des soucis pour réaliser celui de juillet dernier... je reprends donc le thème que j'avais proposé alors.

Et ça tombe bien , le musée Granet a prolongé son expo .. exprès pour nous !?

Si vous êtes intéressés, ne tardez pas à me le faire savoir ...

 

L’Association« l’Ocre Bleu » 

  Vous propose un stage d’initiation à la 

 

PEINTURE CONTEMPORAINE

 Les 26,27 et 28 octobre 2010

 

 À la Maison de Quartier du Redon

361, Bd  du Redon – 13009

04 91 26 75 08


alechinsky

 

Thème : « Autour d’une expo …» :

Alechinsky au Musée Granet d’Aix en Provence

Mardi

- Rendez-vous à 9h. à la maison de quartier du Redon – Départ en co-voiturage pour Aix en Provence

- Quelques croquis du vieil Aix pour se mettre en appétit et un passage à l’expo «  la forêt de mon rêve »

- Repas (un petit restau ?)

- Début d’après-midi : visite de l’exposition au Musée Granet : « Alechinsky : les Ateliers du Midi »

Mercredi de 9h.30 à 17 h.

et Jeudi de 9h.30 à 12 h.

- Travail d’atelier

- S’inspirer des œuvres vues la veille pour créer dans une démarche «  contemporaine »

 

Prix du stage : 68 € (+ 15 € de cotisation pour les non-adhérents à l’association)

…………………………………………………………………………………………………………

Bulletin d’inscription

Nom-Prénom ………………………………………………………………………………

Adresse……………………………………………………………………………………….

Tel……………………………………………………..

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Stages
commenter cet article