Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

9 avril 2010 5 09 /04 /avril /2010 08:50

Je vous ai senti un peu déçues ...

(je  parle là pour celles qui avaient fait le stage de Carnaval).

Il est vrai que mes dernières semaines ont été un peu perturbées

et que je n'avais pas eu le temps de mettre la dernière touche

à cette toile que j'avais commencée.

 

J'ai fait tout mon possible pour remédier à ce manque...

J'ai installé la toile avant la fin de l'expo; peut- être certains d'entre vous l'ont vue.
Chantal a fait une photo qu'elle m'a envoyée... aussi la voilà.

Le titre du tableau ? Je n'ai pas eu le temps d'y réfléchir : une idée?

 

DSC00137


J'ai voulu jouer les matières pour ce regard mystérieux sur Venise : le brillant et le mat, l'or , le blanc et le noir pour exprimer l' "ambiguïté" de ce carnaval: le secret, la distance de ce masque inexpressif et froid d'où percent des regards un peu inquiétants .... pour des moments de fête...

"L'or qui brille" n'apparaît pas bien en photo ... faut le voir " en vrai"...ou en cliquant sur la photo pour le voir en plus grand...


Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans A voir
commenter cet article
7 avril 2010 3 07 /04 /avril /2010 07:13

Le temps se met doucement au beau, et vous avez peut- être la possibilité de prendre quelques jours ... pourquoi pas une visite de l'exposition " Turner et ses peintres" dans la capitale.

Du 24 février au 24 mai 2010, cette exposition aux  Galeries nationales du Grand Palais nous permet de découvrir le " dialogue avec la peinture tant des maîtres anciens que des ses contemporains" dont s'est nourri J.M. Turner ( 1775- 1851) tout au long de sa très longue carrière.
" Ce dialogue, souvent inquiet, pointilleux, volontiers compétitif mais toujours fécond, a nourri le parcours exigeant du peintre".


TURNER-9.jpg
L'exposition « Turner et ses peintres » rassemble près de 100 tableaux et œuvres graphiques (études, gravures) provenant de grandes collections britanniques et américaines, des musées du Louvre, du Prado, et de Londres.


Pour plus de renseignements : c'est ici


Pour ceux et celles qui s'y rendront...un petit compte rendu ?

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Expositions et Salons
commenter cet article
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 08:27

J'espère que vous n'avez pas su résister à la tentation du chocolat.

Sur le blog d'Augusta, c'était déjà un régal pour les yeux ; allez voir : ici


La chasse aux oeufs a été , je l'espère, bonne pour chacun d'entre vous,

pour les plus jeunes et les moins jeunes,

il n'y a pas de raison !


avril 10 017

Mais les plaisirs de la bouche ne sont pas terminés.


Aujourd'hui, lundi de Pâques est associé pour moi à une tradition familiale

qui est une tradition du Languedoc Roussillon.

( elle semble prendre naissance dans les Pyrénées)

avec les oeufs non utilisés pendant la période de Carême.


Dans l'Aude de mes grands parents, nous pratiquions donc cette tradition,

qui est celle de l'omelette sucrée  flambée.


En effet,au dessert, ma grand mère apportait une belle omelette ...

On allait fermer les volets, on éteignait la lumière,

et après avoir saupoudré l'omelette de sucre en poudre,

mon grand père répandait généreusement du rhum légèrement réchauffé dans un caquelon.

Puis il craquait l’allumette pour la flamber.


Pour que ce moment magique dure un peu pus longtemps,

on ramenait plusieurs fois sur le dessus de l'omelette avec une cuillère

le liquide ambré qui s'écoulait dans l'assiette.

On rallumait la lumière, on rouvrait les volets, il n'y avait plus qu'à déguster.


Mon père ensuite n'a pas manqué à la tradition ... que nous ne manquerons pas de perpétuer aujourd'hui.


Vous voulez la recette ?

 

Pour 4 personnes

8 œufs
7 cl de rhum (mais certains mettent de l'eau de vie de prune)
50 g de sucre en poudre
10 g de sucre vanillé
40 g de beurre
1 pincée de sel

Dans un grand bol ou un saladier cassez les œufs.

Battez les sans les faire mousser, saler légèrement.
Dans une poêle faites fondre le beurre, quand il est chaud versez y les œufs.

Laissez cuire puis ployez l'omelette.


Saupoudrez  la avec le sucre vanillé et le sucre en poudre restant.

Flambez.

Et dégustez ! ...

 


Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans A lire
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 10:30
De Victor Hugo ...

 

Quelle est la fin de tout ?...

Quelle est la fin de tout ? la vie, ou bien la tombe ?
Est-ce l'onde où l'on flotte ? est-ce l'ombre où l'on tombe ?
De tant de pas croisés quel est le but lointain ?
Le berceau contient-il l'homme ou bien le destin ?
Sommes-nous ici-bas, dans nos maux, dans nos joies,
Des rois prédestinés ou de fatales proies ?

Ô Seigneur, dites-nous, dites-nous, ô Dieu fort,
Si vous n'avez créé l'homme que pour le sort ?
Si déjà le calvaire est caché dans la crèche ?
Et si les nids soyeux, dorés par l'aube fraîche,
Où la plume naissante éclôt parmi des fleurs,
Sont faits pour les oiseaux ou pour les oiseleurs ?

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans A lire
commenter cet article
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 10:12
rossetti proserpine"Proserpine" - Rossetti

Rossetti ( 1828- 1882) fut , comme Blake, un peintre et un poète anglais.
Autodidacte, influencé par la peinture et la poésie de William Blake, puisant ses thèmes dans la poésie de Dante Alighieri, il a développé un style symbolique et décoratif , un style " symboliste romantique" (qui préfigure l'Art Nouveau), caractérisé par un tracé très marqué et des couleurs empruntés aux primitifs.


burne-jones-love-among-the-ruinsBurne-Jones

Avec Hunt et Millais, en 1848, il fonde la confrérie des Préraphaélites .
The " Pre-Raphaelite Brotherhood" dure 5 ans.
Les artistes de ce mouvement s'opposent à l'Académie de Londres.
Ils se soucient d'une peinture engagée socialement et réaliste.
Ils veulent renouveler l'art en observant très précisément la nature et en s'inspirant de la tradition italienne d'avant Raphaël.
Leurs thèmes, souvent religieux et leurs thèses sont semblables à ceux des " Nazaréens" allemands.
Les artistes de cette confrérie sont Hunt, Millais, Dante Gabriel Rossetti, James Collinson, Thomas Woolner, Walter Howell, Deverell, Edward Coley Burne-Jones, Ford Madox Brown, William Morris.
Repost 0
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 20:13
Dans la dynamique de notre travail actuel qui porte sur le fantastique et la fantasy, je vous ai proposé d'aborder divers thèmes et sujets par le biais des fables, des contes, des légendes, des mythes,des récits ... fantastiques évidemment.

Je vous ai ainsi soumis divers sujets d'inspiration et de création.
L'un  me tient particulièrement à coeur et je vous propose de réaliser un tableau dont le titre serait :

 " Qu' y a t'il de l'autre côté du miroir?"

Le hasard fait qu' actuellement sort sur les écrans de cinéma une nouvelle version d' "Alice" ( il faut dire que nous sommes gâtés en ce moment pour nourrir notre imaginaire  côté cinéma : après " Avatar " de James Cameron , voici "Alice" de Tim Burton et  "Dragons" de Chris Sanders ... )
Mais certains d'entre vous me disent avoir oublié l'histoire ou en avoir gardé une impression " bizarre" ( c'est bien le mot exact !) .

Vous pouvez revoir la version de Walt Disney qui date de 1951,



Mais pensez  à vous replonger dans la lecture de l'oeuvre de Lewis Caroll : le lapin vous stressera peut-être moins maintenant et le chat vous fera peut-être moins peur que dans votre enfance !

"Alice au pays des merveilles" de Lewis Caroll de 1865 illustré par Sir John Tenniel à lire :
c'est  ici

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Idées de création
commenter cet article
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 08:43
blake-ancêtre des jours
Fils d'un bonnetier, il naît le 28 novembre 1757 à Londres où il vit la plus grande partie de sa vie ( il y meurt le 12 Août 1827)
Il ne fréquente pratiquement pas l'école mais lit énormément comme le prouve sa poésie qui laisse transparaître l'influence de la pensée de Jakob Böhme et du swedenborgisme (voir Swedenborg, Emanuel).


Enfant, il veut devenir peintre et entre dans une école d'art, avant d'être placé à quatorze ans en apprentissage chez le graveur James Basire.

Il étudie ensuite à la Royal Academy, où il se lie d'amitié avec John Flaxman et Johann Heinrich Füssli, dont les recherches seront d'une profonde influence sur son travail.

Après une querelle contre les doctrines esthétiques néoclassiques du directeur de l'Academy : Sir Joshua Reynolds, Blake ouvre son propre atelier de gravure, en 1784.

  

Mais après quelques années il doit le fermer, faute de rentabilité. Il n'abandonne ni l'illustration ni la gravure. Aidé de son épouse, il imprime ses propres livres de poésie et " ses livres prophétiques" inspirés de la Bible et de Milton..

Dès 1789, il travaille selon la technique de l'impression,de la gravure enluminée.Les tirages sont en nombre limité.

 

Son célèbre procédé est complexe : il devait sans doute porter le texte et les illustrations de chaque poème sur une plaque de cuivre à l'aide d'un produit inattaquable par les acides. Ceci permettait aux lettres et aux illustrations d'apparaître en relief après trempage. Il appliquait alors de l'encre ou de la peinture à l'eau sur la plaque, tirait des épreuves et les finissait à l'aquarelle.

Il peint aussi des aquarelles, des tempera et des monotypes, mais aucune peinture à l'huile, selon sa théorie de l'art.
Son oeuvre la plus connue est une série d'aquarelles pour le livre de Job qu'il réalise de 1823 à 1825.

Blake peint essentiellement des sujets religieux ; il compose également des illustrations profanes pour une édition des poèmes de Thomas Gray et des aquarelles pour les Pensées nocturnes d'Edward Young.


Blake

Il est influencé par la philosophie néo-platonicienne qui prévalait à l'Académy depuis la fin de la Renaissance et qui donne la priorité au dessin en refusant les composantes "sensuelles" de la couleur " qui égare les sens".


Blake écrit ses premiers poèmes à l'âge de douze ans et publie en 1783 un recueil intitulé Esquisses poétiques : ces vers de jeunesse, précurseurs du style et des thèmes novateurs qu'il développera par la suite, ne trouvent guère de lecteurs.

Plus populaire, Chants d'innocence (1789) contient des poèmes simples et lyriques, attestant d'une grande fraîcheur et d'une réelle spontanéité.

Dans Chants d'expérience (1794), Blake exprime avec passion ses doutes sur la perfection humaine et la société.

Une unité de style et un même sujet relient les deux recueils. " Innocence " et " Expérience " sont " ces deux états contraires de l'âme humaine " que Blake dépeint dans deux poèmes indissociables, " l'Agneau " (" The Lamb ") et " le Tigre " (" The Tyger "), symbolisant respectivement l'enfance innocente et le monde adulte corrompu et répressif.

 

Par la suite, Blake s'attachera à développer l'idée selon laquelle il n'existe pas d'innocence véritable sans expérience, cette dernière étant elle-même transformée par la force créatrice de l'imagination.


L'art graphique de Blake est, comme sa poésie, un défi aux conventions du XVIIIe siècle.

En effet, revendiquant la supériorité de l'intuition mystique sur la raison, Blake estime que les formes parfaites ne peuvent être reproduites que d'après les visions intérieures et non pas d'après l'observation de la nature.

Son style linéaire et rythmique est lui aussi un pied de nez au style académique alors en vigueur qui prône les aplats de couleur.

Blake s'inspire des sculptures qui ornent les pierres tombales médiévales - qu'il a recopiées lorsqu'il était apprenti - et du maniérisme. Il est également influencé par Michel-Ange, comme le prouvent les illustrations communément appelées The Ancient of Day, qui forment le frontispice de son poème Europe, une prophétie (1794).


          Il se considère comme un prophète et sa théorie prend ses racines dans une mystérieuse philosophie reposant sur l'unité entre l'expression de ses conceptions et son engagement philosophique.

Il désire que sa combinaison entre " écriture" et "enluminure" (selon la tradition médiévale) soit comprise comme une oeuvre d'art totale.

Il y a fusion entre ce qu'il appelle " ses visions d'éternité", sa poésie et ses transcriptions iconographiques.


Ses "livres prophétiques" sont une série de longs poèmes en vers de forme assez libre, écrits à partir de 1789. Ils constituent une véritable épopée de la création, des dieux et enfin de l'humanité.

Blake y travaillera pendant une trentaine d'années, et élabore à cette occasion une mythologie personnelle fort complexe, inventant ses propres personnages symboliques afin d'exprimer ses préoccupations sociales, comme Urizen qui incarne la moralité répressive et Orc le grand rebelle. Ceux-ci apparurent dans ses poèmes intitulés la Révolution Française (1971), l'Amérique (America, a Prophecy, 1793) et les Visions des filles d'Albion (1793). Blake y condamne, comme dans Europe, une prophétie (1794), la tyrannie sociale et politique de son temps. Il aborde également le thème de la tyrannie théologique dans le Livre d'Urizen (1794) et traite du cycle infernal engendré par l'exploitation commune des sexes dans The Mental Traveller (v. 1803).

 Au nombre des Livres prophétiques se trouve le volume intitulé le Mariage du ciel et de l'enfer (1790-1793), où Blake recherche l'unité de l'âme et du corps, de Dieu et de l'Homme tout en les opposant en des contrastes forts.

Pour Blake, "sans contraires il n'y a pas de progression possible".

Il cultive le paradoxe comme une force poétique dans les Proverbes de l'enfer tirés du même ouvrage : "The tygers of wrath are wiser than the horses of instruction" ("Un tigre courroucé est plus sage qu'un cheval éduqué").

 

Grâce au mécénat de Willam Hayley, Blake habitera la ville côtière de Felpham entre 1800 et 1803.

Il y compose, dans la continuité des Livres prophétiques, de grandes épopées visionnaires rédigées en vers libres et gravées à l'eau-forte entre 1804 et 1820 : Milton (1804-1808), Vala (1797, réécrite après 1800) et Jérusalem (1804-1820).

Ces œuvres de maturité, ne comprenant ni actions, ni personnages, ni rythmes, ni mètres traditionnels, requièrent un nouveau mode de lecture et furent écrites, dans l'esprit du poète, en prévision d'une nouvelle forme de conscience plus élevée qui permettrait à l'esprit humain de dominer la raison.

 

Blake a été qualifié de préromantique parce qu'il rejetait le style littéraire et la pensée néoclassique; il fut en butte toute sa vie avec les valeurs de l'Angleterre du XVIIIe siècle.

Mais, de son propre aveu, il demeure inclassable comme penseur et poète :

"Je dois créer un système qui me soit propre ou bien être l'esclave de celui de quelqu'un d'autre."

Non-conformiste à l'extrême, Blake comptait dans ses relations des libres-penseurs anglais tels que Thomas Paine et Mary Wollstonecraft.

Mystique, il soutint la Révolution française au nom d'une foi libératrice de toutes les oppressions.

Soumis depuis son plus jeune âge à des visions mystiques, il semble en tirer la force intérieure de son style mais aussi un certain hermétisme.

La limpidité des Chants de l'innocence et de l'expérience, leur émerveillement mais aussi leur révolte contre l'Église et la société - destructrices de la pureté de l'amour humain - en font son œuvre la plus lue.

Les Livres prophétiques, œuvre de maturité de l'artiste, rebutèrent la plupart des lecteurs par leur hermétisme, leur monotonie, le manque de discipline et d'unité dans le style, malgré des moments d'intenses et grandioses visions. Certains critiques virent pourtant dans cet ensemble monumental, dans la complexité et la modernité de sa mythologie, une anticipation de la psychanalyse.

Blake est également l'auteur d'Une île de lune (1784), une joyeuse satire de certains épisodes de sa vie, et a laissé une correspondance non négligeable.

Quant au Manuscrit Rossetti, il contient des ébauches et de courts poèmes que Blake composa entre 1793 et 1818. Dante Gabriel Rossetti, qui l'acheta en 1847, fut l'un des premiers à reconnaître le génie de Blake.

blake-flamme du désir

Blake terminera sa vie dans la misère, entouré de l'amitié d'un groupe de jeunes disciples. Il meurt sans avoir pu achever une série de dessins inspirés par la Divine Comédie. Son style visionnaire exercera une profonde influence sur les poètes qui suivirent, dont Swinburne, Yeats et Emily Dickinson
Tombé un temps dans l'oubli, il est désormais considéré comme l'un des premiers romantiques et l'un des précurseurs de la peinture moderne.
Repost 0
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 07:52
... malgré la pluie...pour notre exposition sur la nature "imaginée"

mars10 064

En effet, les couleurs sur les murs et sur la table du buffet ont fait oublier la grisaille de cette journée de printemps pluvieux !

Nous avons eu le plaisir de découvrir vos travaux pleins de créativité ... et de talent !
Le plaisir aussi dé féliciter à nouveau Chantal, Clémence et Nathan pour leurs belles cartes postales ( de Noël et de la Saint Valentin)

Bravo à tous et merci pour ce moment....

Quelques photos dans l'album joint mais...y en a t'il d'autres ? ....n'hésitez pas à me les envoyer...!!!!
Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Expo l'Ocre Bleu
commenter cet article
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 07:27
Il y a quelques temps que j'y pense et voilà que cela prend forme!
Je vous propose désormais une nouvelle possibilité
de suivre mes cours de peinture, de dessin ou d'arts plastiques,
si vous ne pouvez vous rendre aux différents ateliers, cours et stages que je propose .


L'idée m'en est venue car certains me l'ont demandé ...
et que les nouvelles technologies me permettent de le concrétiser.
Suivez- moi dans mon "@telier" pour plus d'informations
en cliquant sur le lien suivant :
Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans News
commenter cet article
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 08:18
... de Tomi Ungerer... dessinateur et illustrateur.

Il dessine autant pour les enfants que pour la publicité, il réalise des dessins d'observation aussi bien que des dessins  satiriques ou érotiques,et réalise ainsi une oeuvre graphique inclassable aux diverses expressions.

Le thème de l’animal occupe une place particulièrement importante.

TomiUngerer

Une  exposition lui est consacrée à Marseille à la Bibliothèque des Bouches du Rhône; elle rassemble une centaine d’oeuvres de styles et de techniques très variés : des collages relevant de la tradition du surréalisme (Clic Clac ou Qu’est-ce que c’est ?), des dessins de facture très classique (Les animaux de Tomi Ungerer) et satiriques (Amnesty Animal), des affiches publicitaires, des illustrations de livres pour enfants (The Mellops Quartett), et même des sculptures réalisées à partir de matériaux de récupération.

C'est tout à fait dans l'esprit de ce que nous abordons avec les animaux anthropomorphes et les illustrations.


Allez-y ! c'est depuis
le 21 janvier et ce jusqu'au 24 avril 2010
à la Bibliothèque des Bouches du Rhône :
l' ABD Gaston Defferre
18,20, Rue Mirès
13003 - Marseille
du lundi au samedi de 10h à 18h.
L'entrée est libre.
Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Expositions et Salons
commenter cet article