Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 07:22

 

Bien dessiner puis bien peindre le corps humain nécessiterait de connaître au mieux l'anatomie.

 

Avant tout, qu'est ce qu'un canon ?

Dans le domaine des Beaux-Arts, c'est l'ensemble des règles servant à déterminer les proportions idéales du corps humain.

Ces règles nous viennent de la statuaire grecque.

Le "canon grec" semble donc utile à connaître pour dessiner au mieux.

Mais quelques indications peuvent suffire pour tracer juste et proportionnés.

 

Lorsque vous dessinez des personnages , vérifiez donc ses proportions.

Pour cela prenez comme mesure de base la hauteur de la tête.

Car :

- un homme adulte mesure environ 7 têtes de haut

- une femme adulte mesure 6 têtes 1/2 de haut

- un jeune de 15 ans mesure 6 têtes de haut

- un enfant de 4 ans environ, 3 têtes 1/2 de haut.

 

A retenir, plus on devient adulte... plus on a une petite tête !

 

Bon, maintenant si vous trouvez ceci trop simple et pas assez précis, vous pouvez vous reporter au texte de Léonard ... de Vinci (et oui, toujours lui !)

 

Le VitruveLe Vitruve

«  […] que la Nature a distribué les mesures du corps humain comme ceci.

Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font une coudée : quatre coudées font la hauteur d’un homme. Et quatre coudées font un double pas, et vingt-quatre paumes font un homme ; et il a utilisé ces mesures dans ses constructions.

Si vous ouvrez les jambes de façon à abaisser votre hauteur d’un quatorzième, et si vous étendez vos bras de façon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tête, vous devez savoir que le centre de vos membres étendus sera au nombril, et que l’espace entre vos jambes sera un triangle équilatéral.

La longueur des bras étendus d’un homme est égale à sa hauteur.

Depuis la racine des cheveux jusqu’au bas du menton, il y a un dixième de la hauteur d’un homme. Depuis le bas du menton jusqu’au sommet de la tête, un huitième. Depuis le haut de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, un sixième ; depuis le haut de la poitrine jusqu’à la racine de cheveux, un septième.

Depuis les tétons jusqu’au sommet de la tête, un quart de la hauteur de l’homme. La plus grande largeur des épaules est contenue dans le quart d’un homme. Depuis le coude jusqu’au bout de la main, un cinquième. Depuis le coude jusqu’à l’angle de l’avant bras, un huitième.

La main complète est un dixième de l’homme. Le début des parties génitales est au milieu. Le pied est un septième de l’homme. Depuis la plante du pied jusqu’en dessous du genou, un quart de l’homme. Depuis sous le genou jusqu’au début des parties génitales, un quart de l’homme.

La distance du bas du menton au nez, et des racines des cheveux aux sourcils est la même, ainsi que l’oreille : un tiers du visage. »

" De l'architecture"

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Perspectives et mesures
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 18:43

 

Pendant la période du Moyen-âge, la beauté idéale est une femme plutôt menue ... Nous l'avons observée avec tous les modèles que nous avons découvert il y a quelques semaines.


En changeant d'époque, nous changeons de mode...

A l'époque d'Artémisia,

au XVII°s., la "beauté idéale" a repris quelques kilos.

 

Le peintre de l"époque se doit de connaître les proportions idéales.

Laissons Morpugo,en 1536, dans son " Costume de la Donne" nous dresser la liste des 33 perfections ( groupées par 3) que doit posséder cette "femme idéale" :

 


L'Allégoriedel'inclination"L'allégorie de l'inclination"

Artémisia Gentileschi ( environ 1615)

"...

Trois longues : les cheveux, les mains et les jambes

Trois menues : les dents, les oreilles et les seins

Trois larges : le front, le torse et les hanches

Trois étroites : la taille, les genoux et " l'endroit où la nature a placé tout ce qui est doux"

Trois grandes ( mais "bien proportionnées") : la taille, les bras et les cuisses

Trois fines : les sourcils, les doigts, les lèvres

Trois rondes : le cou, les bras,et le ...

Trois petites : la bouche, le menton et les pieds

Trois blanches : les dents, la gorge et les mains

Trois rouges : les joues, les lèvres et les tétons

Trois noires : les sourcils, les yeux et " ce que vous savez"

..."

Cf. "Histoire des femmes - Canons et Critères de la beauté féminine" par SarhMathews et F. Grieco

 

A propos du tableau ci-dessus :

"L'allégorie de l'inclination" (c'est à dire "allégorie de tous les penchants artistiques") a été commandée à Artémisia par le petit-neveu de Michel-Ange, afin d'orner sa galerie de peintures en l'honneur de ce même Michel-Ange.

Avec beaucoup d'audace, Artémisia s'est représentée elle-même complètement nue, révélant à la fois la beauté de son corps et le génie de son pinceau.

Mais quelques années plus tard, un héritier plus pudique fera recouvrir le tableau de voiles pour masquer cette trop troublante nudité!

("Artémisia" par Alexandra Lapierre)

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Perspectives et mesures
commenter cet article
16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 07:59

 

 

...

Avant de vous donner l'explication technique et pratique de cette perspective atmosphérique (ici), le mieux est de vous donner à lire et à méditer le texte de Léonard de Vinci ...

Tout y est ...

 

.....

2. - Sur la perspective linéaire et atmosphérique :


233. — La perspective est cette méthode démonstrative où l'expérience affirme que tout objet envoie à l'œil son reflet par lignes pyramidales, c'est-à-dire par les lignes qui partent des extrémités superficielles des objets et aboutissent à un seul point, lequel est placé dans l'œil, juge universel de tous les corps. Ce point étant si petit qu'on peut le dire indivisible, aucun objet ne sera perçu par l'œil qui ne soit plus grand que ce point. Il faut donc que les lignes qui partent de l'objet finissent en pyramides. 


234. — On a à considérer, en peinture, l'œil, la position de l'objet et la lumière. 


235. — La perspective picturale a trois parties:

- la diminution quantitative des corps à diverses distances,
- l'atténuation de leurs couleurs,
- la diminution des figures et des contours à diverses distances.
La perspective opère à distance deux pyramides contraires; l'une a l'angle dans l'œil et la base éloignée jusqu'à l'horizon; la seconde a la base du côté de l'œil et l'angle à l'horizon. La première s'applique à l'universalité, embrassant les quantités des corps comme serait un grand paysage vu par un étroit soupirail. La seconde s'applique à une particularité qui se montre d'autant moindre qu'elle s'éloigne de l'œil.
La surface d'un corps participe à la couleur du corps qui l'éclaire. Et aussi à la couleur de l'air qui s'interpose entre l'œil et ce corps, c'est-à-dire à la couleur du milieu transparent interposé entre la chose et l'œil. Entre les couleurs de même qualité, la seconde ne sera pas de la même valeur. Ceci vient de la multiplication de la couleur propre au milieu interposé.

3. - Sur le dessin et la perspective atmosphérique :

 
236. — Que l'on considère avec un soin extrême les contours d'un corps, la manière dont ils serpentent, qu'on juge si ces tournants participent de leurs serpentements, en courbure circulaire ou concavité angulaire...

...

239. — Considère avec la plus grande application les contours d'un corps et le mode d'en saisir le rythme; juge de ses ondulations, vois si le visage participe à la curvité circulaire ou à la concavité angulaire.


240. — Le contour est une surface qui n'est ni partie du corps, ni partie de l'air, mais un milieu interposé entre l'air et le corps. Le contour latéral est le terme de la surface, ligne d'une épaisseur invisible; toi donc, peintre, n'entoure pas les corps de lignes surtout pour les choses plus petites que le naturel, qui non seulement ne peuvent pas montrer de contours latéraux, mais ont, à distance, leurs membres invisibles.

Pour dessiner du relief, il faut que l'œil du modèle soit à la hauteur de l'artiste. Tu feras cela, pour la tête d'après nature, car les passants que tu rencontres ont tous les yeux à la hauteur des tiens, et si tu les faisais ou plus haut ou plus bas, ton portrait ne serait pas ressemblant

...

250. — Copie d'abord d'après les dessins des bons maîtres faits, selon l'art d'après nature et non de pratique, puis d'après le relief (la bosse), avec l'aide d'un dessin fait d'après ce même relief; ensuite dessine d'après un bon modèle, celui qui doit le servir à l'œuvre. Pour dessiner d'après nature, place-toi à la distance de trois hauteurs de ton modèle.

...

254. — Du choix de la lumière pour dessiner les corps. Toute figure t'oblige à prendre l'éclairage dans lequel tu veux l'exécuter: c'est-à-dire que si tu fais des figures en plein air, elles seront entourées d'une grande clarté, si le soleil n'est pas couvert; et si le soleil regarde tes figures, leurs ombres seront très fortes par rapport aux parties éclairées, et les extrémités de ces ombres seront nettes, aussi bien les primitives que les dérivées, mais ces ombres comporteront un peu de lumière parce que d'un côté brille l'azur de l'air qui teinte la partie qu'il regarde, ce qui se constate dans les objets bleus où cette partie éclairée par le soleil participe à la couleur solaire. On le voit quand le soleil se couche à l'horizon dans la rougeur des nuages, qui se teintent de la couleur de l'astre; et cette rougeur des nuages avec celle du soleil rougisse tout ce que leurs rayons atteignent; et la partie des corps qui n'est pas tournée de ce côté, reste de la couleur de l'air.

...

272. — Quand tu sauras la perspective et les membres par cœur, considère le mouvement des hommes qui parlent, se disputent ou se battent, et ceux des spectateurs; et note brièvement sur un petit carnet que tu auras toujours sur toi, de papier teinté, afin que tu n'aies pas à effacer, mais à conserver; tu garderas ces carnets comme tes auteurs et maîtres.


273. — Dessine lentement, en voyant d'abord quelle est la plus forte lumière et l'ombre la plus forte, et comment elles se mêlent. Que les ombres et les lumières s'unissent sans traits ou marques, en façon de fumée.

Quand tu te seras fait la main et le jugement, si tu as une cour, prête à être couverte de toile ou bien fais poser, à l'approche du soir, ton modèle appuyé à un mur. Observe, dans la rue, comme à l'approche du soir, quand le temps est mauvais, les visages ont de grâce et de douceur.
Donc, peintre, tu auras une cour avec des murs noirs et une saillie de toit sur le mur, et quand il y aura le soleil, tu la couvriras avec la toile ou tu feras le portrait à l'heure du soir, quand il y aura des nuages ou du brouillard: cet air-là est parfait.


274. — Tu noteras en dessinant comment, parmi les ombres, il y en a d'insensibles d'obscurité et de figure. La surface de tout corps opaque participe à la couleur de son objet.

Note la variation de l'épaule dans tous les mouvements du bras, et fais de même pour le cou, les mains et les pieds, la poitrine au-dessus des flancs...

...

 

"Extraits du traité de la peinture" traduit par Sâr Péladan dans la nouvelle revue publiée à Paris en 1910.

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Perspectives et mesures
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 07:48

... ou " perspective des couleurs" ....

 

Avant de traiter plus particulièrement de cette perspective des couleurs,

laissons parler Léonard de Vinci ...


LéonardLéonard de Vinci  (1452- 1519)

 

 « Il y a trois sortes de perspective : la première traite des règles de diminution des choses qui s’éloignent de l’œil, et on l’appelle perspective diminutive ; la seconde comprend la manière d’atténuer les couleurs à mesure qu’elles s’éloignent de l’œil ; la troisième et dernière s’emploie à expliquer comment les choses doivent être moins nettes proportionnellement à leurs distances. Et nous les appellerons : perspective linéaire, perspective des couleurs, perspective d’effacement. »

 

Tout est dit... depuis des siècles ...

 

Léonard de Vinci décrit ici trois perspectives:

- Une perspective linéaire qui diminue la taille des objets qui s'éloignent,... ce que nous nous employons à faire en ce moment en cours de dessin

- Une perspective des couleurs qui joue sur la variation des contrastes et des couleurs s'éloignant de l'oeil,... ce que nous affinons en cours sur les couleurs

- Et  la perspective d'expédition où les choses sont moins finies au fur et à mesure qu'elles s'éloignent, ... qui concerne et dessin et couleur.

 

Nous voilà donc "au coeur" du problème...et de sa solution...

Comment rendre l'effet de profondeur

sur le support à deux dimensions

qu'est notre feuille de papier ou notre toile...

 

Quelques conseils de Léonard pour parfaire notre réflexion et nos réalisations :

 

« Peintre, ne fais pas décroître tes couleurs dans la perspective plus que les figures qui portent ces couleurs. »
« Et n’accélère pas plus la perspective linéaire que celle des couleurs, mais conduis la diminution de l’une et de l’autre perspectives suivant les règles »

« Il est vrai cependant que dans la nature, la perspective des couleurs suit toujours ses lois, alors que celles des grandeurs est arbitraire, parce qu’on peut rencontrer une petite colline près de l’œil et au loin une montagne énorme ; et de même pour les arbres et les bâtiments. »

 

"Extraits du traité de la peinture" traduit par Sâr Péladan dans la nouvelle revue publiée à Paris en 1910.

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Perspectives et mesures
commenter cet article
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 16:04

 

 

...

Vous avez planché sur les questions...

Vous avez les réponses?

Elles sont justes ?

Vérifiez :


1 -La perspective classique utilisée par les dessinateurs et les peintres est la perspective géométrique

 

2 – Lorsque vous dessinez en observant un modèle ou un paysage, la ligne d’horizon correspond à votre ligne des yeux (ou la ligne du regard).

 

3- La ligne d’horizon est toujours horizontale ! ("horizon" : "horizontale")

 

4 – Les règles de la perspective s’applique aux lignes qui sont dans le sens de la profondeur (c’est-à-dire perpendiculaires par rapport  au dessinateur)

 

5 – Le point de fuite se trouve toujours sur la ligne d’horizon ; il peut exister plusieurs points de fuite. Cest un point virtuel (c'est à dire qu'il n'existe pas dans le "monde réel", de plus il change selon le point de vue)


Vous avez 5 bonnes réponses : vous êtes des as !

3 ou 4 : vous êtes dans la course.

En dessous : on reprend ?


Repost 0
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 08:06

 

...

Quelques révisions sur la perspective 

sous forme de jeu ...

Savoir de quoi l'on parle

avant de jouer avec les " formes"...


Cochez la (ou les) bonnes réponses :

 

 a - La perspective classique utilisée par les dessinateurs et les peintres est :

- la perspective inverse

- la perspective cavalière

- la perspective géométrique


 

b - Lorsque vous dessinez en observant

un modèle ou un paysage,

la ligne d’horizon correspond :

- à la "ligne bleue des Vosges"

- à votre ligne des yeux

- au point le plus lointain de vos yeux



c - La ligne d’horizon :

- est toujours horizontale

- peut être verticale

- il en existe des obliques


 

d - Les règles de la perspective s’appliquent :

- aux lignes qui sont horizontales par rapport à moi

- aux lignes verticales face à l'observateur

- aux lignes qui se situent dans le sens de la profondeur


 

e  – Le point de fuite :

- se trouve toujours sur la ligne d'horizon

- il peut exister plusieurs points de fuite

- c'est un point virtuel



Repost 0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 12:57
Dans les "idées de création" que je vous ai proposées sur le Baroque, ceux qui retiennent surtout votre attention sont les instruments de musique et les anges .
Les uns et les autres, vous les faîtes s'envoler, tourbillonner en de superbes mouvements tout en circonvolution.
Tout cela commence à prendre forme.
Ce doit être le vent qui souffle actuellement qui doit vous inspirer.

Mais faire s'envoler violons et anges, ne doit pas vous faire oublier (bien au contraire) les problèmes de perspective: ligne d'horizon et points de fuite certes, mais aussi effets de plongée ou de contre plongée.

Repost 0
16 décembre 2008 2 16 /12 /décembre /2008 06:52
Vincent a conçu ce cadre suite à l'enseignement de la perspective qu'il a reçu de Cassagne.
Ce cadre permet de comparer les proportions entre des objets ou des sujets postés à proximité, et d'autres plus éloignés.
Celui-ci assistera et conditionnera Vincent dans la réalisation de la perspective et de la composition de nombreux de ses tableaux.




Esquisse d'un cadre perspectif et de son utilisation dans une lettre à Théo - Août 1882

... Van Gogh possédait aussi une boite de couleurs et une palette fabriquée à Nuenen selon ses indications, ainsi qu'un cadre perspectif; ce dernier consistait en une barre de fer très  pointue, sur laquelle il vissait un cadre de la hauteur qu'il souhaitait. Il me disait : " En vérité, les vieux maîtres utilisaient un cadre perspectif. Pourquoi n'en ferions-nous pas autant?..."
"Souvenirs sur Vincent Van Gogh" les 14 et 21 avril 1912 d' Anton Keerssemakers(1846-1926)
Anton Keerssemakers est un tanneur d'Eidhoven à qui Vincent donna des leçons de peinture  à partir de novembre 1884.
Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 06:45
J'ai tellement entendu que cette chaise ne "tenait pas debout", qu'elle n'était pas bien dessinée, que Vincent ne respectait pas la perspective;.. que je l'ai prise comme "référence" pour notre cours de dessin sur la... perspective.
J'ai demandé à ce que vous me montriez ce qui est bien dessiné et (ou) ce qui ne l'est pas,en faisant un shéma ...et en le corrigeant si nécessaire.
Comment Vincent l'a-t'il construite ?
Je trouve l'exercice amusant pour tous et toutes.
A vous d'essayer... on en reparle

Repost 0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 05:22
... il faut d'abord bien observer.

Si l'on doit ramener le sujet à sa forme de base ( en suivant les conseils de Dürer, de Cézanne et de bien d'autres), notez tout d'abord que les troncs et les branches sont tous des cylindres  s'accolant les uns aux autres.
Donc si vous n'êtes pas encore bien à l'aise reprenez l'étude et le dessin de cylindres : n'oubliez pas, la section d'un cylindre est un cercle qui en perspective donne... une ellipse.
Pour préciser le relief, pensez à ombrer les côtés et dans le cas des branches, pensez que la lumière (venant du soleil dans la plupart des cas) se trouve en général au dessus de l'arbre et donc l
'ombre se trouve sur la partie inférieure de la branche.

Pour pouvoir bien représenter les arbres, il est nécessaire d'en connaître leur  architecture:
dessinez la forme géométrique dans laquelle ils s'insèrent ainsi que le sens naturel de leur croissance; c'est à dire attachez vous à reproduire leur forme naturelle et formelle ainsi que leur " fonction vitale qui façonne" leur architecture que sont le troncs et les banches.



Repost 0