Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 06:36

 

 

...."L'art calligraphique s'accomplit au moyen du pinceau.
Celui-ci est manipulé par les doigts, lesquels le sont par le poignet et l'avant-bras.L'avant-bras, lui, obéit au coude et le coude se laisse guider par le bras et l'épaule.
Epaule, coude, avant-bras, doigts appartiennent tous au côté droit du corps, lequel s'appuie à son tour sur le côté gauche du corps.
Les deux côtés, ensemble, forment la partie supérieure du corps.Celle-ci, bien entendu, ne saurait fonctionner que grâce à la partie inférieure du corps, et plus particulièrement aux deux pieds.Fermement posés sur le sol, les deux pieds incarnent par excellence le plein de la partie inférieure du corps.C'est à partir de là que tout se joue. Le plein de cette partie inférieure a pour mérite en effet de permettre à la partie supérieure du corps d'être habitée par  le vide.
Non un vide pur et inerte, car, tout en étant habitée par le vide, la partie supérieure possède aussi son plein qui n'est autre que son côté gauche. Prenant appui sur la table et se reliant en même temps aux deux pieds, ce côté gauche, plein, permet alors au côté droit d'être habité par le vide.
Mais à l'intérieur du côté droit, ainsi rendu disponible, s'instaure à nouveau un jeu de vide et de plein en chaîne, chaque élément qui le compose devenant tour à tour plein et vide.
C'est ainsi que l'épaule vide, devenant pleine, agit sur le coude vide; le coude vide, devenant plein, agit sur l'avant bras vide; l'avant-bras vide, devenant plein, agit sur les doigts vides.
C'est dans les doigts que le vide atteint son extrême.
Cependant le vide qui s'y loge ne saurait tourner "à vide"; il faut qu'il devienne à son tour plein. Car les doigts, ne l'oublions pas, sont prolongés par le pinceau.
Or, le vrai pinceau, selon l'expression heureuse des Anciens, doit être comme un "tube crevé", dans la mesure où le vide des doigts doit entièrement passer en lui au risque même de le faire éclater. Gonflé de vide, le "tube crevé" qu'est le pinceau ne se limitera pas au rôle d'un simple réceptacle : il est en charge de tout le mouvement dynamique du corps que nous venons de décrire, mouvement dont il est l'aboutissement.
Investi d'un pouvoir plénier, il est à même d'imposer une action double : par son plein, il imprime l'encre dans le papier si fortement qu'il semble le traverser : par son vide, il glisse sur le papier, aérien tel un pur esprit qui sur son passage remplit l'espace de sa présence sans laisser de traces palpables".....

Ch'eng Yao-t'ien

Théoricien de l'art calligraphique -Dynastie Ts'ing(1644- 1911)

Texte tiré du livre de François Cheng : "Souffle-Esprit" dans la collection Points

Repost 0
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 06:42
Un petit texte à méditer ... pour vous donner du "courage"...

"Dès l'âge de 6 ans, j'ai commencé à dessiner toutes sortes de choses. A 50 ans, j'avais publié de nombreux dessins, mais rien de ce que j'ai fait avant ma soixante-dixième année ne mérite vraiment qu'on en parle. C'est à 73 ans que j'ai commencé à comprendre la véritable forme des animaux, des oiseaux, des insectes et des poissons - et la nature des plantes et des arbres.A 80 ans, j'aurai donc fait de grands progrès, et à 90 ans j'aurai pénétré plus avant l'essence de l'art. A 100 ans, j'aurai peut-être atteint vraiment le niveau du merveilleux et du divin. Quand j'aurai 110 ans,chaque point, chaque ligne de mes dessins possèdera sa vie propre."

                                                                                                                                       Signé Manji, le vieil homme fou de peinture
                                                                                                 

Le peintre japonais Hokusai doit sa renommée à ses estampes japonaises, (telle la "Grande vague")
Mais vers ses 75 ans, il signe cet écrit quelque peu ironique
de l'un de ses pseudonymes : "le vieil homme fou de peinture" dans sa postface des Cent vues du mont Fuji
Il meurt à la veille de ses 90 ans et on ne saura donc jamais quel point de perfection il aurait atteint à l'âge de 110 ans!

Hokusai (ou "Gakyôjin") signifie " le fou de dessin" (1760-1849)


Repost 0