Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 21:06

 

 

 

Vous connaissez tous les poupées russes ou matriochkas ( матрёшка, pluriel матрёшки matriochki) , ces poupées de tailles décroissantes placées les unes à l'intérieur des autres.

« Matriochka » est dérivé du prénom féminin russe « matriona », traditionnellement associé à une femme russe de la campagne … corpulente et robuste.


DSCN0220'

 

Ces figurines creuses, en bois ( en tilleul pour les plus prisées, ou en bouleau pour la plupart) s'ouvrent en deux horizontalement, révélant ainsi à l'intérieur une figurine semblable mais de taille plus petite, qui renferme elle-même une autre figurine, et ainsi de suite ...

Une série comporte 3 à 10 poupées ... ou plus.

Ces poupées sont symbole de fertilité.

On parle aussi parfois de poupées gigogne en référence au théâtre de marionnettes, « la Mère Gigogne » ( symbole de fécondité dès 1602) qui représente une grande et forte femme accompagnée de nombreux enfants.


DSCN0223'

Une série de poupées russes suit souvent un thème particulier.

Dans le cas «  traditionnel », la poupée la plus grande est une femme vêtue d'un sarafan (robe traditionnelle russe) et tient un nid. Les autres poupées peuvent être des deux sexes, la plus petite étant habituellement un bébé qui ne s'ouvre pas.

Mais les poupées peuvent représenter des personnages divers, des personnages de contes … aux dirigeants soviétiques.

 

DSCN0228'

Même si le concept d'objet emboîté était déjà présent en Russie, appliqué aux pommes en bois et aux œufs de Pâques (le premier œuf de Fabergé, date de 1885 et renfermait un jaune, qui contenait une poule, renfermant à son tour un pendentif de rubis  et une réplique miniature de la couronne  impériale) on raconte qu'elles ont été inspirées de poupées-souvenirs venant du Japon etsont une forme d'artisanat russe relativement récente.

La première matriochka date en effet de 1890.

Serguei Malioutine, peintre dans une boutique d'artisanat populaire de la propriété d' Abramtsevo , appartenant au célèbre industriel et mécène russe Savva Mamontov  , aperçut une série de poupées de bois japonaises représentant Shichi-fuku-jin, les Sept Divinités du Bonheur. 

 

La plus grande poupée représentait Fukurokuju , un dieu chauve à l'air heureux, et à l'intérieur étaient emboîtées les six autres.

Cela inspira Malioutine qui dessina alors le croquis d'une version russe du jouet.

Sculpté par Vasiliy Zvezdochkin dans une boutique de jouets et peint par Serguei Malioutine, celui-ci était composé de huit poupées : la plus grande était une fille portant un tablier, et les autres alternaient ensuite un garçon et une fille, pour finir avec un bébé.

En 1900, la femme de Savva Mamontov, présenta les poupées à l'Exposition Universelle de Paris  où le jouet remporta une médaille de bronze.

De nombreuses autres régions de la Russie se mirent à créer rapidement différents styles de matriochkas.

Aujourd’hui plusieurs régions possédant leur propre style : Serguiev Possad, Semionovo, Polkholvsky Maidan et Kirov.


Les peintures de chaque poupée peuvent être extrêmement élaborées, d'où leur côté artistique indéniable.



Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 07:36

 

Cette semaine nous avons repris " la route".

Nous sommes remontés plus au Nord et nous empruntons pour 6 semaines ,

la route transsibérienne.

Des milliers de kilomètres qui vont nous permettre de nous intéresser dans un premier temps à l'art populaire russe ...

puis nous "ferons connaissance" avec les peintres russes

et notamment les peintres réalistes russes ...

mais aussi avec les peintres de l'avant garde russe.

...

 

Tout cela en 6 semaines ? ... mais oui !

...

mettez vos chapkas ...

on est parti !

 

  carte

 

La route Transsibérienne  (11 000 kms ) traverse de part en part la Russie ( dont la Sibérie), depuis St Saint-Pétersbourg sur la mer Baltique jusqu'à Vladivostok sur l'Océan Pacifique, en passant bien sûr par Moscou.

C'est une route nationale (elle l'une des deux routes nationales les plus longues du monde avec la transcanadienne )

Européenne jusqu'à l'Oural : (de St Saint-Pétersbourg à Moscou, on la surnomme la « Roussia »), sa deuxième partie est asiatique.

Le transsibérien , le train va de Moscou à Vladivostok...

 



 

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 10:18

 

 

... A peine un petit mois que nous avons retrouvé le chemin des ateliers et des cours.

Et déjà beaucoup de sujets, de notions,

de thèmes vus et revus... revus et ( ou) corrigés ?

 

Donc aujourd'hui, petit bilan, pour voir ...

 

Sous forme de " quizz" ou à pratiquer "crayon ou pinceau à la main"...

donc à connaître, à faire ... et à utiliser :

 

Notions de :

 

- carrés et cubes

- cercles et ellipses

- perspectives

- aplats

- modelés et drapés

- couleurs primaires, secondaires, tertiaires, intermédiaires, supplémentaires, complémentaires, analogues... ouf !

- nuances

- lavis et glacis

- jus et empâtements

- esquisses et croquis

- ébauches et pochades

- palette de base

- orientalisme

- flochetage et tonking

....

 

Stop ! ... ou encore ? ....

 

- mélange optique

- synthèse additive

- synthèse soustractive ?

 

 

Bon, c'est dimanche ...

il faut se reposer...

j'arrête là ma liste " à la Prévert"...

mais bon, faites attention,

va y avoir interro ...

bientôt !

 

Bon dimanche à tous

et soyez nombreux 

à venir découvrir cette belle expo

demain !!!!

 

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 04:55

 

 

 

juin09 065

 

Nous avons "embarqué" la semaine dernière pour gagner les rives opposées de la Méditerranée ... pour ce grand tour du monde qui va nous "occuper" toute l'année.

 

Nous embarquons depuis Marseille ...bien sûr !

 

Avril 2011 (24)

 

Avant de prendre le bateau, se promener dans les rues de Marseille nous prépare à ce voyage.

Pour "nous accompagner", un extrait d'un texte de Jean-Caude Izzo, comme "une ode" à Marseille.

 

 

" ... ...La rue du marché de l'Orient. On a pu dire que cela ne sentait pas ici les odeurs de Provence. Et c'est vrai. Ici, cela sent les ports orientaux. Les odeurs du Marseille éternel. Il faut respirer cela, au moins une fois. Se laisser tourner la tête par les épices et la beauté des femmes qui viennent s'y approvisionner. Prendre le temps de discuter avec les vendeurs, tous originaires de l'autre rive de la Méditerranée. Cette rue, comme la rue d'Aubagne, au bout à gauche, avant d'arriver à l'ancienne halle Delacroix, c'est le voyage en Méditerranée, d'Istanbul à Tanger. C'est là que l'on sent - je dis bien sentir- que les deux rives se répondent depuis des siècles. C'est quand l'on aura admis que Marseille est aussi orientale que Beyrouth est latine que prendra fin, pour le voyageur égaré, l'apparent désordre urbain de cette ville. Que montera en lui, en vous, l'évident bonheur d'être là un jour, une semaine ou un mois. Toujours, peut-être. A ce moment là, vous découvrirez la mer. Et la baie. Immense, belle. La plus belle sans doute, après celle de Naples. Vous comprendrez alors pourquoi Cézanne s'est usé les yeux à peindre l'Estaque. Pourquoi Rimbaud est venu mourir ici, à la fin du voyage, une fois revenu de la poésie et des hommes. Pourquoi, hier comme aujourd'hui, le vrai voyage ne peut commencer qu'ici. Marseille reste porte de l'Orient..."

"Marseille" (Ed. Hoëbeke, Paris)2000


 

avril07-031.jpg


 


Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
11 mai 2011 3 11 /05 /mai /2011 07:52

 

 

Pour devenir un adepte de la "peinture abstraite" ( mais oui ! )

ainsi que de "l'expressionnisme" ...

et pourquoi pas de "l'expressionnisme abstrait"

...

Petit programme à suivre

sur 3 semaines

(pour commencer )

 

Démarrez par une activité modérée

puis petit à petit, en augmentant le rythme

passez à des "exercices intensifs"

...

1° semaine:

Gardez " la ligne"

 

2° semaine:

Prenez quelques "couleurs"

 

3° semaine:

Vous aurez ainsi " la forme"!!!

 

(la perte de quelques kilos n'est pas forcément assurée !!!)

 

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
6 mai 2011 5 06 /05 /mai /2011 21:25

 

 

... c'est comme une mayonnaise !

ça prend ou... pas ...

 

Les sujets, vous le savez, j'y pense bien en avance...

puis je cherche des moyens

pour vous faire " toucher" telle ou telle  technique ...

entrer dans tel ou tel mouvement artistique ...

vous faire entrer dans l'univers et la démarche de certains artistes ...

 

Ceci, outre le plaisir d'apprendre,

afin de vous donner les moyens ensuite de mieux vous exprimer ...

avec vos propres choix

et avoir ainsi à votre disposition

plusieurs pistes de réflexion et d'action ...

 

Pour cela, j'essaie de vous faire suivre différentes pistes ...

et je vous bouscule quelque peu.

Il est vrai que pour que "la sauce" prenne,

il faut que vous acceptiez de rentrer " dans le jeu"...

et que vous continuiez à me faire confiance !

...

Laissez vous "emmener" durant les prochaines semaines...

c'est ce que je(ux) vous propose !

 

Jeux ... pour s'amuser ?

...

Jeux à risque !?

...

Jeux pour plaire !

... pas pour déplaire !

...

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 08:51

 

portrait1

 

"L'art du portrait", vous l'avez vu, rejoint un vaste questionnement.

Nous l'avons déjà évoqué dans

" Pourquoi peindre un portrait" ... voir ici


 

Portrait2

 

Je remarque toutefois que la question principale qui vous, qui nous interpelle est celle de la ressemblance.

Pourtant, je vous l'ai dit plusieurs fois, "dégagez vous de l'affectif dans un premier temps", essayez de regarder un portrait comme vous regardez "un simple cageot de pommes".


Le temps de travail fera l'affaire... et la ressemblance tant désirée vous attendra au coin d'un coup de crayon, d'un coup de pinceau... comme par magie!

 

Dans un portrait, essayez plus que la ressemblance ...

de saisir la présence!

 

Portrait3

 

Et puis pour vous "décontracter" face à un tel sujet, je vous ai proposé quelques " jeux" pour considérer les visages comme un simple assemblage d'éléments : yeux, bouche, nez ...

A partir de photos, de collages, ... mais aussi de graphismes divers et de peinture bien sûr, je vous ai proposé quelques pistes qui vous permettront peut-être de considérer ces "binettes" d'un oeil neuf !


Envoyez moi vos créations et autres élucubrations !!!!!!

 


Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 08:23

 

 

 

Georges' modifié-1
"Georges" Ch. Lopez Rascol

2003

 

Après nous être intéressés à la structure d'une tête, d'un visage, à la couleur de la peau, et aux palettes de couleur à choisir en conséquence ... nous pouvons prendre moment et nous interroger sur la finalité d'un portrait.


Le portrait ou l'autoportrait peuvent être abordés de façons bien différentes.


Pendant des siècles le portrait était surtout à but photographique, mais aussi symbolique ou allégorique.

Depuis l'invention de la photographie, qui nous permet de fixer une "image réelle" du sujet, le portrait est bien sûr l'autoportrait peuvent et doivent nous permettre d'" aller ailleurs"  pour exprimer et représenter « d'autres choses ».

 

Elisabeth VigéeLebrunElisabeth Vigée- Lebrun " Autoportrait"


Le « portrait de salon » est ce « portrait photographique ». Les travaux d'artistes comme Rosalba Carrièra, Angélica Kaufmann ou Elizabeth Vigée Lebrun, (puisque nous parlons de femmes peintres) en ce sont des superbes exemple. (Voir ici )  

Il fait office de "mémoire". 

 

Le portrait peut aussi être allégorique, peut exprimer souffrance, tragédies, émotions diverses et ne pas seulement refléter la « beauté » si chère aux Grecs et à leurs « descendants »...

Il peut être une interrogation sur la nature humaine, le rapport au temps ...


Kahlolacolonnebrisée1944Frida Kahlo " La colonne brisée" 1944

 

L'autoportrait, de son côté,est au peintre, ce que « l'analyse est aux psychanalyste ».

Depuis le côté pratique d'avoir toujours sous la main , son modèle, jusqu'à vouloir laisser une trace ( nombre d'artistes de toutes les époques se sont insérés dans l'un de leurs tableaux) ou s'interroger sur une présence, un devenir, ... jouer les transformations sur son visage afin de présenter plusieurs facettes de nous même .... je dirais que tous les prétextes sont bons...

Reste dans un premier temps à poser un regard sur nous- même.. et ce n'est pas souvent le plus facile ...


Qu'est ce donc que l'autoportrait?


Une image de nous-mêmes certes, mais laquelle ! ? Celle que nous avons l'habitude de voir depuis toujours dans le miroir, ou celle justement photographique qui est plus proche de l'image que nous donnons aux autres.

Notre image dans le miroir, par rapport à l'évocation que nous avons de nous-mêmes est la plus juste, en même temps c'est une image inversée.

Mais si je fais mon portrait : que dois -je représenter ?

Ce que je sais être moi, ...ce que je veux être, ...ce que je veux paraître, ... l'image que les autres ont de moi ?...

Bref tout ça est bien compliqué !

Toujours est-il que si l'on fait le choix de se représenter, deux possibilités : le miroir ou la photo, au choix.

Évidemment ce travail est plutôt un travail dereprésentation de soi-même, au point de vue des ressentis, de l'émotion, du caractère, plutôt qu'un aspect purement photographique.



Je ne force personne à tenter l'expérience ... chacun s'y risquera quant il sera prêt.

Mais il est important au moins une fois d'expérimenter cet exercice.  

ébauche"Ébauche" - Christine Lopez Rascol

... la suite ... j'y travaille...

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 09:56

 

 

Vous aimez travailler sur des modèles de personnes qui vous sont proches ou sur des modèles qui vous interpellent par leur expression.

 

En ce début de semaine, pour illustrer notre travail actuel, j'avais envie de vous montrer deux réalisations de deux d'entre vous, que j'ai particulièrement appréciées.

Il y en en d'autres... ...ne vous en faites pas!

 

Un dessin au crayon d'Elisabeth Mc C. qui a tenu ainsi à rendre hommage à ses parents.

 


ElisabethMcC

 

 

Une aquarelle de Mireille D. dans laquelle son "coup de pinceau" et son "oeil" se mettent au service d'une belle expression.


 

MireilleD'

 

 

Cette semaine, pour ceux et  celles qui ont travaillé avec les "deux palettes" proposées pour la réalisation des portraits et qui ont bien assimilé les structures des visages...

il va falloir passer aux "idées de création" que je vous ai proposées.....

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article
21 mars 2011 1 21 /03 /mars /2011 22:31

 

Au 16e et 17e siècles, une dizaine de femmes artistes ont connu une célébrité internationale de leur vivant. Surtout d'Italie et d'Europe du nord, elles se consacraient aux portraits et aux natures mortes. ( Pour les nus, il ne leur était possible que de copier leurs confrères !). Les peintres vivaient généralement ensemble dans des ateliers, "lieu de perdition pour des jeunes filles". Celles qui “embrassaient" ce métier étaient donc souvent filles ou épouses de peintres.

Au début du 18e siècle, apparaissent les “premières stars”...

Nous avons déjà parlé d'Artémisia Gentileschi, voir ici.

Avec notre sujet actuel, je vous propose de découvrir trois portraitistes :

Trois portraitistes qui pratiqueront “ le portrait mondain”. En effet, bien introduites dans les milieux de l'aristocratie, elles vont recevoir commande de nombreux portraits de ces familles royales ou des gens en place de l'époque.

 


RosalbaCarrieraAutoportrait

Rosalba Carrièra, Italienne ( 1675 - 1757) commence comme peintre  de miniatures sur ivoire et sera admise à la prestigieuse académie de saint-Luc. Elle travaille une technique qui existe depuis le XV° s., en le faisant d'une manière innovante : la technique du pastel. En venant à Paris en 1720, elle rencontre les artistes importants du moment. Elle va peindre des portraits dont celui du jeune Louis XV ... puis va voyager dans toutes les cours royales d'Autriche, d'Allemagne, du Danemark qui lui commandent des portraits. L'un de ses plus grands mécènes, le roi Auguste III de Pologne lui achètera 150 tableaux. A 42 ans, elle sera obligée d'abandonner sa carrière à cause d'une cataracte qui la prive de vue. Son usage raffiné du pastel a inspiré l'art du 18e.

 

 

AngelicaKauffmannAutoportrait

Angélica Kaufmann, Suisse ( 1741 - 1807) est une portraitiste surdouée. Elle vend ses premiers portraits dès l'adolescence. Avec son père elle voyage pour parfaire sa formation. En Italie, en Autriche... Elle s'initie ainsi au sujet historique et religieux. Elle reçoit des commandes des collectionneurs de toute l'Europe. En Angleterre elle devient membre fondateur de la Royale Académy et réalise des portraits pour la cour et l'aristocratie. Elle épouse le peintre Antonio Zucchi qui devient son manager et s'installe à Rome. A sa mort, des funérailles  semblables à celles de Raphaël lui seront organisées tant elle est célèbre.

 


Elisabeth VigéeLebrunAutoportrait

Elizabeth Vigée Lebrun, Française ( 1755 - 1842) fille du portraitiste, Louis Vigée, est la préférée de Marie-Antoinette. Grâce à ses petits portraits elle fera vivre sa mère et son jeune frère dès l'âge de 15 ans, à la mort de son père. A 20 ans elle épouse Jean Baptiste Pierre Lebrun, artiste et marchand d'art qui l'introduit dans le milieu artistique. Son premier portrait de “Marie-Antoinette en satin blanc” remporte un succès triomphal. Elle devient alors l'artiste officielle de la reine, qui la fait entrer à l'Académie Royale. A la révolution, Elizabeth s'enfuit. L'exil durent 12 ans mais en Italie, en Autriche, puis en Russie, les grands de ce monde “ s'arrachent” ses portraits... tant qu'ils doivent se mettre sur liste d'attente...



Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article