Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

30 mai 2010 7 30 /05 /mai /2010 08:47

Nous avons abordé les éléments naturels que sont l'eau, la terre, le feu et l'air jusqu'à présent sous leur aspect réel et matériel.

Mais ce ne sont pas seulement des concepts physiques et chimiques.

 

Qu'en est-il de leur symbolique ?


Dès l'antiquité se distinguaient  deux qualités premières :"l'actif" et le "passif", qui peuvent rappeler les principes du yin et du yang.

Le sec et l'humide concernaient  l'actif ;  le  froid et le chaud, le passif.
En combinant ces qualités entre elles:

- " sec et froid" correspondaient à la terre

- "sec et chaud" au feu

- " humide et chaud" à l'air

-  "humide et froid" à l'eau.

 

Par la suite, d'autres rapprochements symboliques se sont effectués:

 

- La terre est associée à l'automne, à la "bile noire", à la rate, à la couleur du plomb, et représente le tempérament du mélancolique.

Elle concerne la vie matérielle, et pour l'homme désigne le corps.

Sa qualité est la matérialité .

Les signes astrologiques associés sont le Taureau, la Vierge et le Capricorne

 

- L'air est associé au printemps, au sang, au coeur, aux couleurs lumineuses, et au tempérament du sanguin.

Il s'associe à la philosophie, au mental et à l'intellect.

Ce sont les signes du Gémeaux, de la Balance et du Verseau

 

- L'eau est associée à l'hiver, aux glaires, au cerveau, à la couleur blanche et au tempérament flegmatique.

Elle rejoint le spirituel, la religion et l'âme. Elle s'associe à la sensibilité.

Les signes d'eau sont le Cancer, Le Sorpion et le Poisson.

 

- Le feu renvoie à l'été, à la bile jaune, au foie, et au tempérament colérique.Initiatique, il rejoint l'esprit, et sa qualité est l'ardeur.

Il est représenté astrologiquement par le Bélier, le Lion et le Sagittaire

 

Les anciennes théories médicales  et ce jusqu'à l'époque moderne essayaient d'harmoniser ces différents éléments dans l'être humain sans qu'aucun ne domine sous peine de rompre l'équilibre général.

 

 

les4éléments

L'homme au centre des quatre éléments.

Gravure (1587 - "Historia Naturalis" de Pline)

 

 

Dans le "Timée", Platon, quant à lui, compare les quatre éléments à des  figures géométriques :

" A la terre attribuons la figure cubique. Car la terre est la plus difficile à mouvoir des quatre espaces et c'est de tous les corps la plus tenace ... Attribuons de même à l'eau la figure la moins mobile de celles qui restent, au feu la plus mobile et la figure intermédiaire à l'air. Et le plus aigu, au feu, le second par ce caractère à l'air, et le troisième à l'eau"

Le dodécaèdre symbolise alors le monde dans sa totalité.

 

L'alchimie va encore plus loin dans les rapports entre ces différents éléments

( je vous laisse "potasser" si vous voulez aller plus loin... l'exercice est plus hermétique...

Un livre intéressant : "l'Encyclopédie des Symboles", en livre de poche),

mais les avancées scientifiques au cours des siècles montrèrent que cette conception symbolique de la nature avait seulement une signification théorique et philosophique.

Elle peut être aussi un support pour vos réalisations.

Repost 0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 10:12
rossetti proserpine"Proserpine" - Rossetti

Rossetti ( 1828- 1882) fut , comme Blake, un peintre et un poète anglais.
Autodidacte, influencé par la peinture et la poésie de William Blake, puisant ses thèmes dans la poésie de Dante Alighieri, il a développé un style symbolique et décoratif , un style " symboliste romantique" (qui préfigure l'Art Nouveau), caractérisé par un tracé très marqué et des couleurs empruntés aux primitifs.


burne-jones-love-among-the-ruinsBurne-Jones

Avec Hunt et Millais, en 1848, il fonde la confrérie des Préraphaélites .
The " Pre-Raphaelite Brotherhood" dure 5 ans.
Les artistes de ce mouvement s'opposent à l'Académie de Londres.
Ils se soucient d'une peinture engagée socialement et réaliste.
Ils veulent renouveler l'art en observant très précisément la nature et en s'inspirant de la tradition italienne d'avant Raphaël.
Leurs thèmes, souvent religieux et leurs thèses sont semblables à ceux des " Nazaréens" allemands.
Les artistes de cette confrérie sont Hunt, Millais, Dante Gabriel Rossetti, James Collinson, Thomas Woolner, Walter Howell, Deverell, Edward Coley Burne-Jones, Ford Madox Brown, William Morris.
Repost 0
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 08:43
blake-ancêtre des jours
Fils d'un bonnetier, il naît le 28 novembre 1757 à Londres où il vit la plus grande partie de sa vie ( il y meurt le 12 Août 1827)
Il ne fréquente pratiquement pas l'école mais lit énormément comme le prouve sa poésie qui laisse transparaître l'influence de la pensée de Jakob Böhme et du swedenborgisme (voir Swedenborg, Emanuel).


Enfant, il veut devenir peintre et entre dans une école d'art, avant d'être placé à quatorze ans en apprentissage chez le graveur James Basire.

Il étudie ensuite à la Royal Academy, où il se lie d'amitié avec John Flaxman et Johann Heinrich Füssli, dont les recherches seront d'une profonde influence sur son travail.

Après une querelle contre les doctrines esthétiques néoclassiques du directeur de l'Academy : Sir Joshua Reynolds, Blake ouvre son propre atelier de gravure, en 1784.

  

Mais après quelques années il doit le fermer, faute de rentabilité. Il n'abandonne ni l'illustration ni la gravure. Aidé de son épouse, il imprime ses propres livres de poésie et " ses livres prophétiques" inspirés de la Bible et de Milton..

Dès 1789, il travaille selon la technique de l'impression,de la gravure enluminée.Les tirages sont en nombre limité.

 

Son célèbre procédé est complexe : il devait sans doute porter le texte et les illustrations de chaque poème sur une plaque de cuivre à l'aide d'un produit inattaquable par les acides. Ceci permettait aux lettres et aux illustrations d'apparaître en relief après trempage. Il appliquait alors de l'encre ou de la peinture à l'eau sur la plaque, tirait des épreuves et les finissait à l'aquarelle.

Il peint aussi des aquarelles, des tempera et des monotypes, mais aucune peinture à l'huile, selon sa théorie de l'art.
Son oeuvre la plus connue est une série d'aquarelles pour le livre de Job qu'il réalise de 1823 à 1825.

Blake peint essentiellement des sujets religieux ; il compose également des illustrations profanes pour une édition des poèmes de Thomas Gray et des aquarelles pour les Pensées nocturnes d'Edward Young.


Blake

Il est influencé par la philosophie néo-platonicienne qui prévalait à l'Académy depuis la fin de la Renaissance et qui donne la priorité au dessin en refusant les composantes "sensuelles" de la couleur " qui égare les sens".


Blake écrit ses premiers poèmes à l'âge de douze ans et publie en 1783 un recueil intitulé Esquisses poétiques : ces vers de jeunesse, précurseurs du style et des thèmes novateurs qu'il développera par la suite, ne trouvent guère de lecteurs.

Plus populaire, Chants d'innocence (1789) contient des poèmes simples et lyriques, attestant d'une grande fraîcheur et d'une réelle spontanéité.

Dans Chants d'expérience (1794), Blake exprime avec passion ses doutes sur la perfection humaine et la société.

Une unité de style et un même sujet relient les deux recueils. " Innocence " et " Expérience " sont " ces deux états contraires de l'âme humaine " que Blake dépeint dans deux poèmes indissociables, " l'Agneau " (" The Lamb ") et " le Tigre " (" The Tyger "), symbolisant respectivement l'enfance innocente et le monde adulte corrompu et répressif.

 

Par la suite, Blake s'attachera à développer l'idée selon laquelle il n'existe pas d'innocence véritable sans expérience, cette dernière étant elle-même transformée par la force créatrice de l'imagination.


L'art graphique de Blake est, comme sa poésie, un défi aux conventions du XVIIIe siècle.

En effet, revendiquant la supériorité de l'intuition mystique sur la raison, Blake estime que les formes parfaites ne peuvent être reproduites que d'après les visions intérieures et non pas d'après l'observation de la nature.

Son style linéaire et rythmique est lui aussi un pied de nez au style académique alors en vigueur qui prône les aplats de couleur.

Blake s'inspire des sculptures qui ornent les pierres tombales médiévales - qu'il a recopiées lorsqu'il était apprenti - et du maniérisme. Il est également influencé par Michel-Ange, comme le prouvent les illustrations communément appelées The Ancient of Day, qui forment le frontispice de son poème Europe, une prophétie (1794).


          Il se considère comme un prophète et sa théorie prend ses racines dans une mystérieuse philosophie reposant sur l'unité entre l'expression de ses conceptions et son engagement philosophique.

Il désire que sa combinaison entre " écriture" et "enluminure" (selon la tradition médiévale) soit comprise comme une oeuvre d'art totale.

Il y a fusion entre ce qu'il appelle " ses visions d'éternité", sa poésie et ses transcriptions iconographiques.


Ses "livres prophétiques" sont une série de longs poèmes en vers de forme assez libre, écrits à partir de 1789. Ils constituent une véritable épopée de la création, des dieux et enfin de l'humanité.

Blake y travaillera pendant une trentaine d'années, et élabore à cette occasion une mythologie personnelle fort complexe, inventant ses propres personnages symboliques afin d'exprimer ses préoccupations sociales, comme Urizen qui incarne la moralité répressive et Orc le grand rebelle. Ceux-ci apparurent dans ses poèmes intitulés la Révolution Française (1971), l'Amérique (America, a Prophecy, 1793) et les Visions des filles d'Albion (1793). Blake y condamne, comme dans Europe, une prophétie (1794), la tyrannie sociale et politique de son temps. Il aborde également le thème de la tyrannie théologique dans le Livre d'Urizen (1794) et traite du cycle infernal engendré par l'exploitation commune des sexes dans The Mental Traveller (v. 1803).

 Au nombre des Livres prophétiques se trouve le volume intitulé le Mariage du ciel et de l'enfer (1790-1793), où Blake recherche l'unité de l'âme et du corps, de Dieu et de l'Homme tout en les opposant en des contrastes forts.

Pour Blake, "sans contraires il n'y a pas de progression possible".

Il cultive le paradoxe comme une force poétique dans les Proverbes de l'enfer tirés du même ouvrage : "The tygers of wrath are wiser than the horses of instruction" ("Un tigre courroucé est plus sage qu'un cheval éduqué").

 

Grâce au mécénat de Willam Hayley, Blake habitera la ville côtière de Felpham entre 1800 et 1803.

Il y compose, dans la continuité des Livres prophétiques, de grandes épopées visionnaires rédigées en vers libres et gravées à l'eau-forte entre 1804 et 1820 : Milton (1804-1808), Vala (1797, réécrite après 1800) et Jérusalem (1804-1820).

Ces œuvres de maturité, ne comprenant ni actions, ni personnages, ni rythmes, ni mètres traditionnels, requièrent un nouveau mode de lecture et furent écrites, dans l'esprit du poète, en prévision d'une nouvelle forme de conscience plus élevée qui permettrait à l'esprit humain de dominer la raison.

 

Blake a été qualifié de préromantique parce qu'il rejetait le style littéraire et la pensée néoclassique; il fut en butte toute sa vie avec les valeurs de l'Angleterre du XVIIIe siècle.

Mais, de son propre aveu, il demeure inclassable comme penseur et poète :

"Je dois créer un système qui me soit propre ou bien être l'esclave de celui de quelqu'un d'autre."

Non-conformiste à l'extrême, Blake comptait dans ses relations des libres-penseurs anglais tels que Thomas Paine et Mary Wollstonecraft.

Mystique, il soutint la Révolution française au nom d'une foi libératrice de toutes les oppressions.

Soumis depuis son plus jeune âge à des visions mystiques, il semble en tirer la force intérieure de son style mais aussi un certain hermétisme.

La limpidité des Chants de l'innocence et de l'expérience, leur émerveillement mais aussi leur révolte contre l'Église et la société - destructrices de la pureté de l'amour humain - en font son œuvre la plus lue.

Les Livres prophétiques, œuvre de maturité de l'artiste, rebutèrent la plupart des lecteurs par leur hermétisme, leur monotonie, le manque de discipline et d'unité dans le style, malgré des moments d'intenses et grandioses visions. Certains critiques virent pourtant dans cet ensemble monumental, dans la complexité et la modernité de sa mythologie, une anticipation de la psychanalyse.

Blake est également l'auteur d'Une île de lune (1784), une joyeuse satire de certains épisodes de sa vie, et a laissé une correspondance non négligeable.

Quant au Manuscrit Rossetti, il contient des ébauches et de courts poèmes que Blake composa entre 1793 et 1818. Dante Gabriel Rossetti, qui l'acheta en 1847, fut l'un des premiers à reconnaître le génie de Blake.

blake-flamme du désir

Blake terminera sa vie dans la misère, entouré de l'amitié d'un groupe de jeunes disciples. Il meurt sans avoir pu achever une série de dessins inspirés par la Divine Comédie. Son style visionnaire exercera une profonde influence sur les poètes qui suivirent, dont Swinburne, Yeats et Emily Dickinson
Tombé un temps dans l'oubli, il est désormais considéré comme l'un des premiers romantiques et l'un des précurseurs de la peinture moderne.
Repost 0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 07:53
Je vous ai proposé d'admirer les superbes aquarelles d'Alan Lee,
illustrant le Seigneur des anneaux.
Je vous avais parlé aussi de John Howe et Ted Nasmith.
Vous pouvez bien sûr, vous replonger dans la "lecture - fleuve" du livre de Tolkien
ou vous rendre ici
pour mieux "comparer" ces diverses illustrations.



chant de legolas lee

Repost 0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 07:52
Afin de trouver des sujets à méditer ... et à peindre, je vous invite tout d'abord à mieux connaître, mieux comprendre et mieux discerner ces différents mondes....
Qui sont-ils? Où se trouvent-ils? De quels êtres sont-ils peuplés ?

Elfes et fées, Sorcières et vampires, Gnomes et Trolls, Licornes et Dragons, Princesses et Crapauds...(à vous d'en trouver et d'en rajouter) se répartissent en deux mondes :
les "gentils"... et les "méchants"...
à vous de choisir votre camp !

Mais pénétrez ces mondes parallèles qui enrichissent depuis l'Antiquité notre monde des humains.
Inutile de vous dire que pour y pénétrer, il faut y être initiés.

Afin de trouver "chaussure à votre pied "...telle Cendrillon, un peu de lecture pour ce Week end.
Je vous propose deux liens : sur la Fantasy  et sur le Fantastique.
Vous y trouverez des classifications d'oeuvres, de genres, de récits... puisque bien souvent sinon tout le temps, l'inspiration des peintres vient du monde littéraire ou narratif.

De leur côté,  les artistes qui illustrèrent  ces récits se sont inspirés de l'iconographie d'artistes tels : William Blake, Les Romantiques ( tel Friedrich), les Symbolistes( Gustave moreau), les Symbolistes allemands, et surtout les Préraphaélites, ... les illustrations et la peinture du Moyen -Age.


Ceci devrait suffire à votre rélexion et à la possibilité de trouver des "images" qui vous inspirent !!!

Un petit plus pour vous y aider :


" Comment se rend-on au royaume des fées ?

Ma foi, c'est fort simple, écoutez,
Attendez que la lune jaune paraisse
Au-dessus de la mer empourprée
Et qu'elle trace sur les eaux
Un sillage de lumière
Plus brillant que le diamant,
Et si nulle force occulte n'est là
Pour vous éconduire
Et si vous connaissez la formule magique
Capable de jeter un sort,
Enfourchez la tige d'un chardon
Et si le vent est bon
Laissez-vous transporter
Au royaume des fées
Sur ce rayon de lumière."

Ernest Thompson Seton
"La route du Pays de Faerie"

rackham
Arthur Rackham " Rêves du crépucule"

Repost 0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 18:44

Jean de la Fontaine écrit ses fameuses fables en vers  entre 1668 et 1678, en trois recueils. La plupart mettent en scène des animaux anthropomorphes.

La Fontaine s’explique sur ses intentions morales :

« je me sers d'animaux pour instruire les hommes. »

 

Son inspiration vient de la culture latine et grecque mais aussi de la tradition indienne.

En effet il « réécrit » des fables de Panchatantra, d'Esope ( la cigale et la fourmi), de Phèdre, d'Abstémius, de Pilpay et  s’inspire aussi de textes d'Horace, de Tite-Live ...


Dès la première édition, les fables sont illustrées  par Chauveau.

Au XVIII°s, Oudry propose de nouvelles illustrations, plus naturalistes.

Puis Grandville en 1838 et Gustave Doré en 1867.

Au XX° s., Benjamin Rabier et Chagall ensuite proposent à leur tour leur "interprétation" des fables...

 

Et si c'était à votre tour maintenant ?


lafontaine122 de Félix Lorioux ( 1872 - 1964)

Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 21:06

Le Carnaval de Venise a lieu aujourd'hui pendant la douzaine de jours qui précèdent  Mardi-gras.

Il est redevenu une institution, il y a peu depuis … 1980 exactement !

 

Cette fête devenue très touristique est pourtant très ancienne puisque l’on en retrouve les premiers témoignages en 1094, le  Doge Vitale Falier, étant le premier à autoriser le Carnaval à Venise.

 

Le carnaval provient de plusieurs traditions différentes (celle latine des Saturnales ou celle des cultes grecs de Dionysos)  marquant le passage de l'hiver au printemps, où l'on usait de masques et de représentations symboliques.

C’était  une période où tout était permis: "Semel in anno licet insanire" ("une fois par an il est permis d'être fou")


Toutefois les origines officielles du Carnaval de Venise remontent à 1296, année où le Sénat de la République Serenissima déclara le jour qui précédait le Carême, jour de fête pour la ville entière!


Le Carnaval était aussi une forme rigide de contrôle car les excès et les transgressions permises lors de cette fête permettaient de contenir les tensions sociales et de maintenir l'ordre.
Ceci donnait l'illusion aux plus humbles de devenir semblables aux puissants, en portant un masque sur le visage... 


Cette période augmenta avec les années :

La "période de transgression" qui précédait le Carême commençait le 26 décembre et se terminait le mercredi des Cendres.

Puis on pu porter le masque à partir du 1° octobre, et il n'était pas rare d'assister à des fêtes ou à des banquets pendant le Carême.
Même pendant la Fête de la Sensa (l'ascension), qui durait 15 jours, on pouvait porter le masque et se déguiser!

Au XVIII° s., la période de Carnaval pouvait durer jusqu'à 6 à 7 mois de l'année!


LonghiLeRidottoPietro Longhi (1701-1785)

  "Le Ridotto"

 

La République "Serenissima"devint ainsi la ville de la séduction,du plaisir de vivre et de la transgression où tout était permis!

Pendant les jours du Carnaval les vénitiens de toutes conditions sociales, portaient le Tabarro, une longue cape, et cachaient leur visage derrière la Bauta,un masque blanc, ou sous un chapeau à tricorne.

Ensuite, les déguisements évoluèrent puisant leur inspiration dans la Comedia del Arte.

Sur la place Saint Marc et dans toutes les places de la ville,fêtes et défilés de masques ainsi que les bals masqués dans les palais, les spectacles dans les théâtres attiraient des gens de l'Europe entière...


En 1797, sous la domination de Napoléon Bonaparte, le Carnaval fut interdit.
Les Autrichiens réhabiliteront la fête.

Repost 0
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 08:19

C'est par le biais de notre sujet actuel " la nature imaginée " ou comment créer notre propre monde" que je vous les ai proposé au même moment.

Je vous avais posé la question du "pourquoi les avoir abordés ensemble".


reveLe Douanier Rousseau

Dans des styles, des expressions et des intentions bien différentes , les artistes de chacun de ces mouvements artistiques  nous entraînent vers des mondes bien personnels.

Leur réalité "subjective" , figurative ou pas décrit des mondes qui traitent souvent du rêve et de l'inconscient.

1939Ernst

Le Douanier Rousseau et ses " imperfections stylistiques", Les Surréalistes et leur choix de compositions "impossibles", les artistes abstraits jouant sur le ressenti de leurs émotions...chacun de façon figurative ou pas nous a entraîné à sa suite, permettant au "tableau" en ce début du XX° siècle de franchir de nouveaux pas vers un affranchissement et une autonomie, ne faisant plus de lui la seule copie de la réalité "vraie", mais devenant une identité à part entière.

daliDali

Les Surréalistes ont apprécié les tableaux de Rousseau ; certains abstraits, tels ceux de l'Action painting se sont inspirés des Surréalistes et de leur "écriture automatique" ou des collages et des empreintes de Ernst.

kandinsky.comp-8Kandinsky

Repost 0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 08:22
nds

"Le concert" 1955 - Huile sur toile - 350 x 600 cm


..... "Cet immense tableau rouge signé Nicolas de Staël s'était sur le champ imposé comme le testament d'un peintre météore.
A l'âge de quarante et un ans, avant de se débarasser de ce qu'il appelait sa " carcasse d'homme", il avait posé là les dernières touches de sa symphonie picturale".....


C'est sur ces quelques phrases que commence le superbe livre de Laurent Greilsamer paru aux Editions Fayard ( en 1990 mais toujours disponible) et qui sous le titre " Le Prince foudroyé" nous livre la biographie de Nicolas de Staël.
Biographie " prenante" qui nous entraîne , de Saint Pétersbourg ....au Cap d'Antibes, en passant par la Pologne, la Belgique ou le Maroc, à la suite de cet "aristocrate ... insolent et généreux, rusé et pur pour qui l'unique obsession s'appelait  la peinture".

En abordant l'abstraction dans nos thèmes actuels et " la création de nos propres mondes", nous ne pouvons que nous arrêter un instant et être touché ( le mot est faible) par " la chevauchée de ce prince foudroyé "!



Repost 0
17 janvier 2010 7 17 /01 /janvier /2010 08:03

... et la peinture abstraite, en particulier,  désigne un type de représentation qui abandonne tout rapport à la réalité visible, n'utilisant que la couleur, la forme et la ligne qui remplacent l'objet.


Selon la définition de Michel Seuphor, historien d'art français :

" Tout art que l'on doit juger, légitimement, du seul point de vue de l'harmonie, de la composition, de l'ordre, ou de la disharmonie, de la contre - composition, du désordre délibéré, est abstrait ". 


La peinture abstraite a 100 ans ; les premiers tableaux abstraits, dans lesquels tout rappel de l'objet est supprimé sont "Sonates" de Mykolas Ciurlionis, "Caoutchouc" de Francis Picabia et "Première aquarelle abstraite" de Vassily Kandinsky.

Tous ont été réalisés entre 1907 et 1910.

La peinture abstraite ou non - objective devient alors une forme d'expression essentielle de l'art du XXe.


La peinture abstraite se " divise "en deux tendances :

- d'une part l'abstraction géométrique, caractérisée au début par le suprématisme de Malevitch en Russie et le constructivisme de Piet Mondrian en Hollande,

- et d'autre part, l'abstraction lyrique ou expressionnisme abstrait dans lequel forme et couleur sont souvent posées arbitrairement tout en exprimant les sentiments et émotions inconscients du peintre.

L'expressionnisme abstrait connaît son apogée en Europe et en Amérique après la seconde guerre mondiale dans lequel l'acte de peindre lui-même est au centre du tableau.

La technique du " dripping ", inspiré de Max Ernst fait particulièrement ressortir le côté "hasard" de la peinture abstraite ainsi que " l'action painting ", une peinture d' instinct, à la gestualité spontanée de Jackson Pollock, Willem de Kooning, Franz Kline et William Baziotes.


 

 

Repost 0