Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

5 mars 2008 3 05 /03 /mars /2008 05:26

Le cinabre est un minéral composé de sulfure de mercure (c’est le minerai de mercure le plus répandu et exploité )
Il contient souvent dans sa forme native des inclusions d’antimoine, d’arsenic, de bitume, de sélénium, de sulfure de fer, de sulfate de calcium ou de baryum, de plomb ou de zinc, et il renferme du mercure libre.

Lors des derniers millénaires, le cinabre natif présent dans les gisements a été utilisé soit comme pigment, après extraction dans une veine pure, ou pour en extraire le mercure par décomposition thermique.

Le vermillon,de même formule chimique que le cinabre, est par contre un pigment minéral artificiel produit par synthèse, favorisé par un milieu alcalin.

Le cinabre est connu depuis la préhistoire.
Sa couleur est intense,même réduit en poudre ; on l'a utilisé comme colorant rouge vermillon, mais sa couleur varie de canelle au rouge écarlate en passant par le rouge brique, ce qui explique que le cinabre ait historiquement été utilisé comme  pigment, principalement dans la peinture et les encres d'imprimerie, mais aussi comme colorant alimentaire traditionnel.

Il y a 4500 ans, les Chinois et les Égyptiens connaissaient déjà le mercure et son minerai, le cinabre. Les Chinois l’utilisaient  il y a 3600 ans comme pigment pour les poteries ou comme encre. Ils auraient été les premiers, à avoir fabriqué le vermillon, au début de notre ère.

Au Moyen Âge, en Orient, les documents les plus importants étaient signés avec une encre à base de cinabre, de couleur pourpre (à Byzance, l'empereur seul pouvait l'employer) tandis qu'en Occident, certaines enluminures étaient réalisées à l'aide d'une encre à base de cinabre et de sanguine.Les artistes de l'époque prenaient soin d'isoler cette substance trop réactive aux autres pigments à l'aide de vernis et de la protéger des rayons solaires en posant par dessus des glacis (garance).

L'assombrissement ou le noircissement du cinabre constitue une importante problématique de conservation des peintures murales depuis l'antiquité, et représente toujours un casse tête sujet à polémiques.

Vitruve (De Architectura, VII) explique que : « Lorsqu'il est employé dans les appartements dont les enduits sont à couvert, le cinabre conserve sa couleur sans altération; mais dans les lieux exposés à l'air, comme les péristyles, les exèdres, et quelques autres endroits semblables où peuvent pénétrer les rayons du soleil et l'éclat de la lune, il s'altère, il perd la vivacité de sa couleur, il se noircit aussitôt qu'il en est frappé ». Ce dernier mentionne que de la cire punique aurait été appliquée sur les peintures murales pour empêcher que la lumière de la lune et les rayons du soleil, n'en enlèvent la couleur.

Actuellement, le noircissement les fresques de la villa des Mystères à Pompei en sont la parfaite illustration. Le nettoyage au laser de peintures murales contenant du cinabre est déconseillé en raison de l'altération chromatique qui en résulte.

La couleur écarlate du cinabre sous l'influence des rayons du soleil, s'altère jusqu'à devenir gris noir. Certains facteurs associés accélèrent ce changement chromatique, comme une forte humidité et une atmosphère fortement pollué. Seule la surface est dégradée, si elle est grattée, on peut apercevoir à nouveau la couleur rouge.

Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 05:59
Petit résumé de ce que nous avons listé ensemble la semaine dernière.
Nous avons passé en revue les familles de rouges.
Je vous redonne la liste, en les hiérarchisant selon leur utilité:

- Les  Rouges primaires ou qui se comportent comme tels:ce sont des rouges "froids"( qui semblent contenir du bleu)
Magenta; Rose permanent, Rose quinacridone; Alizarine cramoisie,Carmin; Laque garance; Rouge cadmium moyen; Rouge cadmium foncé;.....

Je vous rappelle que pour "testez" un rouge : nuancez le avec un bleu (phtalo - cobalt-outremer...) et si vous obtenez un violet "frais" (ni gris, ni brun),c'est que vous avez un rouge que vous pouvez utiliser comme rouge primaire

- Les Rouges orangés: ou rouges "chauds"(qui semblent contenir du jaune)

Vermillon, Laque écarlate, Cinabre,Rouge de cadmium clair, Rouge quinacridone....

- Les Rouges assombris :

Rouge anglais, Ocre rouge,Rouge vénitien, Rouge Indien, Brun rouge, Marron et Rouge de Pérylène,
Terre de sienne brûlée ( que nous rangerons dans les rouges, mais qui est en  fait un orange grisé!)


Si vous devez  posséder un seul rouge, bien évidemment ce sera un "primaire" car les autres peuvent se préparer avec des jaunes ( les rouges orangés) ou avec du bleu ou du noir ( rouges assombris)
Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
1 mars 2008 6 01 /03 /mars /2008 05:59
Les pigments de synthèse sont doit d'origine minérale, soit organique:

Les pigments minéraux de synthèse:
sont connus dès l'Antiquité, mais surtout vont se multiplier à partir du XVIII° s. avec le développement de la chimie moderne.
Ce sont les cadmium, cobalt, chrome, nickel, titane qui  vont véritablement révolutionner la palette de l'artiste en proposant nombre de nouvelles couleurs; des tons vifs aux teintes sourdes, la gamme est étendue et leur tenue exceptionnelle, avec beaucoup de pigments opaques.
Certains pigments sont nocifs , tels les pigments à base de plomb, de cadmium,de chromates....


Les pigments organiques de synthèse  peu à peu les remplacent:
ces derniers proviennent de l'industrie du pétrole.
Les premiers sont apparus vers 1870  et sont de plus en plus nombreux ( surtout à partir des années 1950)
Ils proposent de nouvelles teintes (même peut-être trop!) et remplacent aussi les pigments défaillants parmi les pigments naturels ou  certains minéraux de synthèse.
Ils portent des noms bizarres et  difficiles à prononcer : azoïques, phtalocyanines, quinacridones, pérylènes, mais sont sans équivalent  dans la puissance chromatique, la résistance à la lumière et  ne sont pas toxiques.
La plupart du temps, ils sont transparents.
Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 06:33
On distingue les pigments naturels de ceux obtenus par synthèse.

 

Les pigments naturels
sont d'origine
végétale, animale ou minérale (il suffisait donc de les laver puis de les pulvériser)
On les trouve de moins en moins dans nos couleurs, car ils sont souvent peu permanents (comme le carmin), toxiques (comme le gomme -gutte), instables, chers (le lapis-lazuli), épuisés (comme certaines terres).
Peu à peu ils sont été remplacés par des
pigments de synthèse qui en imitent la teinte.
Il reste toutefois les
terres et la laque de garance véritable que l'on dit inimitable!

D'Origine végétale, le pigment provient des éléments de la plante:
des feuilles : chlorophylle, anthocyanes (ou lipochromes) rouges, bleus ou violets E 163 ; des racines : carotène ....
Principaux pigments naturels extraits des plantes :
- L’indigo tiré de l’indigotier
- Le bleu pastel tiré du pastel
- Le safran tiré du crocus safran. Loin devant le caviar et les truffes, c'est le produit alimentaire le plus cher au monde puisqu'il se négocie couramment autour de 2000 euros le kg
- L’alizarine et la purpurine, rouges tirés de la garance, petit arbuste de la garrigue méditerranéenne. Ce rouge éclatant a coloré jusqu'en 1915 les pantalons des poilus
- Des terpènes comme le lycopène (rouge du radis et de la tomate) et le carotène (orange des carottes)
- Le fusain, charbon du bois homonyme....

D'origine animale:
- Le pourpre tiré d'un coquillage : le murex qui colore depuis des millénaires la robe des sénateurs ou des cardinaux à Rome,
- le carmin tiré de la cochenille
- le sépia de l'encre de seiche...

D'origine minérale
Nous trouvons là toute la palette :
- des ocres
- des terres : de Sienne et d'ombre, naturelles ou brûlées. Très utilisées en peinture (sanguines et autres) mais aussi sur le pourtour méditerranéen pour colorer les façades des maisons en rouge, jaune, etc.



Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
28 février 2008 4 28 /02 /février /2008 07:16
Nous  nous intéressons cette semaine aux  "rouges" et nous nous penchons sur notre palette afin de mieux les connaitre voire les reconnaître...
Ceci nous amène à quelques généralités sur les pigments et leur histoire.

Les couleurs que les fabricants nous proposent actuellement n'ont jamais été aussi riches qu'aujourd'hui: en effet ces couleurs et donc les pigments qui les composent n'ont jamais été aussi stables à la lumière, aussi colorantes, saturées, miscibles entre elles... et sans danger pour l'environnement.
Ce qui n'a pas été toujours le cas! Loin s'en faut !
On peut s'interroger sur ce vaste choix , car en même temps je vous encourage à resserrer votre palette de base pour mieux travailler et ce en harmonie.
Quelles sont les couleurs indispensables ?
Pour mieux les choisir il faut mieux les connaître!

Un peu d'explication et d'histoire...

Le pigment est un colorant généralement insoluble se fixant à la surface de l'objet, contrairement aux teintures.

Les pigments sont généralement broyés très finement avant d'être mis en suspension dans un liant, liquide, plus ou moins fluide, ou visqueux, pour obtenir les peintures, les enduits, ou les encres.
La qualité du liant détermine la qualité de la peinture.

Les pigments étaient connus et utilisés depuis la plus Haute Antiquité :Sumériens, Grecs, Romains, Égyptiens, Mayas,... les utilisaient abondamment, notamment comme produits cosmétiques.
Cependant, ces pigments, malgré leur très grande efficacité, ne sont plus utilisés car ils contenaient des sels métalliques hautement toxiques comme des arséniates, du carbonate de cuivre ou vert-de-gris,de la céruse sans oublier l'antimoine,le mercure,le plomb , etc.
Les  pigments naturels, organiques ou minéraux étaient lavés puis pulvérisés avant d'être utilisés.
 


Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
25 février 2008 1 25 /02 /février /2008 06:50
Petit extrait d'une newsletter que je vous avais envoyée l'an dernier : à relire


Le ROUGE :

-         Sous forme d’oxyde de fer, c’est une couleur connue de l’homme depuis la nuit des temps : les artistes de l’ère glaciaire l’employaient déjà dans leurs peintures ; avant eux , les hommes de Neandertal recouvrait de cette couleur les corps des morts que l’on enterrait avec sans doute l’intention de leur redonner la couleur «  chaude » du sang et de la vie.

-         Le rouge du peintre n'est pas véritablement le rouge comme on le classifie souvent mais plutôt un pourpre ou magenta qui correspond à un rouge carmin, d'un ton moyen.

o       Le rouge donne en général une sensation de proximité tout comme le jaune.
Approximation de la couleur spectrale & code RVB : #FF0000 (255,0,0) Luminosité et clarté du Rouge : Le rouge parait obscur sur le fond blanc alors qu’il ressort beaucoup sur le noir.

o       Couleur complémentaire du vert omniprésent dans les feuillages, le rouge vibre intensément et domine toutes les couleurs environnantes.

o       Associé au blanc, il perd un peu de son éclat et accentue la pureté du blanc. Dans ses teintes plus claires, le rouge devient rose et il s'associe particulièrement bien avec les bleus.

.
Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 05:28
Au Printemps, le ciel prend une coloration plus douce et le soleil qui commence à réchauffer l'ensemble autorise la juxtaposition de tonalités chaudes et froides.
Les feuilles ont une teinte "vert  printemps" : plus jaune, acide, aigüe tandis que les couleurs des branches et des troncs gardent encore le noir de l'hiver.
C'est l'éclosion des fleurs tout en délicatesse, blanches ou roses qui se détachent aussi de façon très graphique sur les troncs sombres.

La chaleur et les couleurs riches de l'été  donnent à l'ensemble une tonalité plus homogène de couleurs chaudes qui se détachent sur un ciel d'un bleu  profond.

L'automne
varie les plaisirs: des rouge vifs éclatants aux verts les plus sombres en passant par les jaunes les plus pâles, sur un ciel toujours bleu.
Ce "feu de la nature"
se pose toutefois en contraste net avec les premières profondeurs de tonalités "très froides"

L'hiver, c'est la gamme infinie des blancs, des bleus, des gris et des noirs
qui semblent immobiliser la nature.
Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 13:18
"Vert tilleul, vert mousse, vert olive"... c'est vrai qu'il n' y a quà regarder un nuancier  pour voir que la terminologie correspondant au vert fait appel beaucoup à la nature en général et aux arbres en particulier...
Il y a donc possibilité d'avoir des nuances " prêtes à l'emploi"...

Mais  vous savez qu'il est plus " joli" de  fabriquer votre vert :
jaune + bleu quoi de plus simple?

N'oubliez pas tout de même de réviser vos familles de couleurs:
les jaunes : du citron à l'ocre jaune en passant par les terres d'ombre
les bleus : toute la gamme sans oublier ... les noirs et autres gris de payne qui sont des cousins éloignés !...
Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 07:20
Donner des couleurs à la nuit, c'est encore travailler avec des teintes sombres.
Mais sombres ne veut pas dire tristes !

Avec la pluie, nous avons joué les gris colorés pour  les iriser;
Avec la neige, les noirs et blancs ont joué les contrastes;
Avec la nuit réveillez vos sombres avec des toniques avivées.


Oubliez les noirs vraiment noirs... mais allez chercher des teintes sombres "presqu'au centre" dans votre cercle chromatique: des bleus verdâtres aux rouges violacés en passant par toute la gamme des bleus (tous très assombris)
Puis faîtes les "chanter" avec une tonique vive, claire, lumineuse que vous choisissez en complémentaire....
Et le tour est joué...

La nuit ne fait plus peur!


"exemple d'une palette empruntée à Van Gogh"

undefined
Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 06:22

 

« Le temps est gris », « il fait gris », « il fait grisâtre », sont des expression populaires pour désigner un ciel nuageux, pluvieux comme ceux qui nous intéressent en ce moment....

Et "La nuit tous les chats sont gris"

Aujourd'hui, jouons avec le gris à défaut de le peindre;
Amusez vous à trouver d'autres expressions qui contiennent le mot gris

Une souris verte....non, une souris grise, un éléphant gris, de l'ambre gris,une éminence grise,la carte grise,le vin gris, être gris,la matière grise,faire grise mine, .....

Si le gris pour les vêtements est synonyme de "classe" et de raffinement ; savez-vous pourtant que porter du gris signifie "fuir les responsabilités"...étonnant pour tous ces cadres, politiques et autres qui en ont fait presqu'un uniforme!


En Occident, le gris est associé à des sentiments tristes, à la solitude au désarroi voire à la déprime et la dépression.L'origine de cette symbolique réside dans le fait que le gris est une couleur terne, mi-blanc, mi-noir.

Par Contre en Orient,et surtout dans l’Hindouisme, la couleur grise est considérée comme sacrée. Elle est considérée comme un équivalent de la couleur argentée et correspond à la couleur de la fumée de  l’encens qui s'élève vers le ciel transportant avec elle les prières des hommes. C'est aussi la couleur symbolique associée au cinquième chakra.

 

En Astrologie, c'est la couleur symbolique associée à la planète Mercure.

Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article