Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

16 décembre 2010 4 16 /12 /décembre /2010 07:59

 

 

...

Avant de vous donner l'explication technique et pratique de cette perspective atmosphérique (ici), le mieux est de vous donner à lire et à méditer le texte de Léonard de Vinci ...

Tout y est ...

 

.....

2. - Sur la perspective linéaire et atmosphérique :


233. — La perspective est cette méthode démonstrative où l'expérience affirme que tout objet envoie à l'œil son reflet par lignes pyramidales, c'est-à-dire par les lignes qui partent des extrémités superficielles des objets et aboutissent à un seul point, lequel est placé dans l'œil, juge universel de tous les corps. Ce point étant si petit qu'on peut le dire indivisible, aucun objet ne sera perçu par l'œil qui ne soit plus grand que ce point. Il faut donc que les lignes qui partent de l'objet finissent en pyramides. 


234. — On a à considérer, en peinture, l'œil, la position de l'objet et la lumière. 


235. — La perspective picturale a trois parties:

- la diminution quantitative des corps à diverses distances,
- l'atténuation de leurs couleurs,
- la diminution des figures et des contours à diverses distances.
La perspective opère à distance deux pyramides contraires; l'une a l'angle dans l'œil et la base éloignée jusqu'à l'horizon; la seconde a la base du côté de l'œil et l'angle à l'horizon. La première s'applique à l'universalité, embrassant les quantités des corps comme serait un grand paysage vu par un étroit soupirail. La seconde s'applique à une particularité qui se montre d'autant moindre qu'elle s'éloigne de l'œil.
La surface d'un corps participe à la couleur du corps qui l'éclaire. Et aussi à la couleur de l'air qui s'interpose entre l'œil et ce corps, c'est-à-dire à la couleur du milieu transparent interposé entre la chose et l'œil. Entre les couleurs de même qualité, la seconde ne sera pas de la même valeur. Ceci vient de la multiplication de la couleur propre au milieu interposé.

3. - Sur le dessin et la perspective atmosphérique :

 
236. — Que l'on considère avec un soin extrême les contours d'un corps, la manière dont ils serpentent, qu'on juge si ces tournants participent de leurs serpentements, en courbure circulaire ou concavité angulaire...

...

239. — Considère avec la plus grande application les contours d'un corps et le mode d'en saisir le rythme; juge de ses ondulations, vois si le visage participe à la curvité circulaire ou à la concavité angulaire.


240. — Le contour est une surface qui n'est ni partie du corps, ni partie de l'air, mais un milieu interposé entre l'air et le corps. Le contour latéral est le terme de la surface, ligne d'une épaisseur invisible; toi donc, peintre, n'entoure pas les corps de lignes surtout pour les choses plus petites que le naturel, qui non seulement ne peuvent pas montrer de contours latéraux, mais ont, à distance, leurs membres invisibles.

Pour dessiner du relief, il faut que l'œil du modèle soit à la hauteur de l'artiste. Tu feras cela, pour la tête d'après nature, car les passants que tu rencontres ont tous les yeux à la hauteur des tiens, et si tu les faisais ou plus haut ou plus bas, ton portrait ne serait pas ressemblant

...

250. — Copie d'abord d'après les dessins des bons maîtres faits, selon l'art d'après nature et non de pratique, puis d'après le relief (la bosse), avec l'aide d'un dessin fait d'après ce même relief; ensuite dessine d'après un bon modèle, celui qui doit le servir à l'œuvre. Pour dessiner d'après nature, place-toi à la distance de trois hauteurs de ton modèle.

...

254. — Du choix de la lumière pour dessiner les corps. Toute figure t'oblige à prendre l'éclairage dans lequel tu veux l'exécuter: c'est-à-dire que si tu fais des figures en plein air, elles seront entourées d'une grande clarté, si le soleil n'est pas couvert; et si le soleil regarde tes figures, leurs ombres seront très fortes par rapport aux parties éclairées, et les extrémités de ces ombres seront nettes, aussi bien les primitives que les dérivées, mais ces ombres comporteront un peu de lumière parce que d'un côté brille l'azur de l'air qui teinte la partie qu'il regarde, ce qui se constate dans les objets bleus où cette partie éclairée par le soleil participe à la couleur solaire. On le voit quand le soleil se couche à l'horizon dans la rougeur des nuages, qui se teintent de la couleur de l'astre; et cette rougeur des nuages avec celle du soleil rougisse tout ce que leurs rayons atteignent; et la partie des corps qui n'est pas tournée de ce côté, reste de la couleur de l'air.

...

272. — Quand tu sauras la perspective et les membres par cœur, considère le mouvement des hommes qui parlent, se disputent ou se battent, et ceux des spectateurs; et note brièvement sur un petit carnet que tu auras toujours sur toi, de papier teinté, afin que tu n'aies pas à effacer, mais à conserver; tu garderas ces carnets comme tes auteurs et maîtres.


273. — Dessine lentement, en voyant d'abord quelle est la plus forte lumière et l'ombre la plus forte, et comment elles se mêlent. Que les ombres et les lumières s'unissent sans traits ou marques, en façon de fumée.

Quand tu te seras fait la main et le jugement, si tu as une cour, prête à être couverte de toile ou bien fais poser, à l'approche du soir, ton modèle appuyé à un mur. Observe, dans la rue, comme à l'approche du soir, quand le temps est mauvais, les visages ont de grâce et de douceur.
Donc, peintre, tu auras une cour avec des murs noirs et une saillie de toit sur le mur, et quand il y aura le soleil, tu la couvriras avec la toile ou tu feras le portrait à l'heure du soir, quand il y aura des nuages ou du brouillard: cet air-là est parfait.


274. — Tu noteras en dessinant comment, parmi les ombres, il y en a d'insensibles d'obscurité et de figure. La surface de tout corps opaque participe à la couleur de son objet.

Note la variation de l'épaule dans tous les mouvements du bras, et fais de même pour le cou, les mains et les pieds, la poitrine au-dessus des flancs...

...

 

"Extraits du traité de la peinture" traduit par Sâr Péladan dans la nouvelle revue publiée à Paris en 1910.

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Perspectives et mesures
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 07:48

... ou " perspective des couleurs" ....

 

Avant de traiter plus particulièrement de cette perspective des couleurs,

laissons parler Léonard de Vinci ...


LéonardLéonard de Vinci  (1452- 1519)

 

 « Il y a trois sortes de perspective : la première traite des règles de diminution des choses qui s’éloignent de l’œil, et on l’appelle perspective diminutive ; la seconde comprend la manière d’atténuer les couleurs à mesure qu’elles s’éloignent de l’œil ; la troisième et dernière s’emploie à expliquer comment les choses doivent être moins nettes proportionnellement à leurs distances. Et nous les appellerons : perspective linéaire, perspective des couleurs, perspective d’effacement. »

 

Tout est dit... depuis des siècles ...

 

Léonard de Vinci décrit ici trois perspectives:

- Une perspective linéaire qui diminue la taille des objets qui s'éloignent,... ce que nous nous employons à faire en ce moment en cours de dessin

- Une perspective des couleurs qui joue sur la variation des contrastes et des couleurs s'éloignant de l'oeil,... ce que nous affinons en cours sur les couleurs

- Et  la perspective d'expédition où les choses sont moins finies au fur et à mesure qu'elles s'éloignent, ... qui concerne et dessin et couleur.

 

Nous voilà donc "au coeur" du problème...et de sa solution...

Comment rendre l'effet de profondeur

sur le support à deux dimensions

qu'est notre feuille de papier ou notre toile...

 

Quelques conseils de Léonard pour parfaire notre réflexion et nos réalisations :

 

« Peintre, ne fais pas décroître tes couleurs dans la perspective plus que les figures qui portent ces couleurs. »
« Et n’accélère pas plus la perspective linéaire que celle des couleurs, mais conduis la diminution de l’une et de l’autre perspectives suivant les règles »

« Il est vrai cependant que dans la nature, la perspective des couleurs suit toujours ses lois, alors que celles des grandeurs est arbitraire, parce qu’on peut rencontrer une petite colline près de l’œil et au loin une montagne énorme ; et de même pour les arbres et les bâtiments. »

 

"Extraits du traité de la peinture" traduit par Sâr Péladan dans la nouvelle revue publiée à Paris en 1910.

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Perspectives et mesures
commenter cet article
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 09:42

Pour affiner notre connaissance et notre réflexion sur les couleurs (dans tous les sens du terme ! ), quelques précisions sur la notion des contrastes dont je vous ai parlé dans mon article précédent :

 

- les contrastes " simultané et successif" :  toute couleur donne à l'oeil l'impression que l'espace qui l'environne est teinté de sa complémentaire"

Ce qui veut dire que lorsque vous posez une couleur sur une surface donnée, vous « posez » en fait en même temps et sans le vouloir,sa teinte complémentaire .

Exemple : vous posez un beau rouge... les surfaces qui se trouveront à côté de ce rouge ou sur lesquelles vous promenez votre regard seront légèrement « teintées de vert » , complémentaire de ce même rouge (notion « d’image rémanente » revoir ici)... c’est pour cela que dès que l'on introduit une deuxième couleur à côté d’une première... la sensation colorée perçue ( par rapport à  l’une et à l’autre ... vues séparément ) en est légèrement changée... 

- le contraste " chaud - froid"  : les couleurs chaudes semblent avancer, les froides reculer. 

Les couleurs chaudes sont par définition "les couleurs qui contiennent du jaune ou semblent en contenir".

Les couleurs froides sont "les couleurs qui contiennent du bleu ou semblent en contenir".

 

Donc les jaunes sont chauds... les bleus sont froids....en général … lorsque les couleurs sont comparées entre elles.

Mais chaque catégorie de couleurs ( ou de teintes) possèdent les deux potentialités.

A savoir :

il existe : 

-         des jaunes froids ( ex : jaune citron) et des jaunes chauds(ex : jaune de cadmium)

-         des rouges froids ( ex : magenta) et des rouges chauds(ex: vermillon)

-         des bleus froids ( ex : outremer) et des bleus chauds (bleu céruléum).

 

- le contraste " clair-obscur" : d'une même couleur

 Les couleurs peuvent être éclaircies par le blanc ... et "foncées" ... par le " noir".

Chaque couleur renvoie une certaine quantité de lumière...  le blanc renvoie toute la lumière et le noir... aucune!

Entre les deux ... tous les degrés.

 

- le contraste des complémentaires : qui provoque une excitation visuelle maximum.

 Deux couleurs sont complémentaires lorsqu'elles se trouvent face à face sur le cercle chromatique.

Mises à côté l'une de l'autre, je dirai qu'elle se stimulent et se valorisent l'une l'autre ...

 

Ces contrastes une fois compris... et retenus ,

à quoi vont-ils nous servir?

La suite dans le prochain épisode.....

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
10 décembre 2010 5 10 /12 /décembre /2010 07:39

Dans notre " Atelier-couleurs" en ce moment nous débattons et nous nous débattons avec la perception des couleurs et la terminologie qui lui est associée.
Vaste affaire ... car ce qui est important n'est pas tant d'appeler "un chat , un chat"... pour le plaisir de jouer avec les mots et leur sens ... quoique ! mais d'être en phase ainsi avec la possibilité de jouer avec ces mêmes couleurs qui nous sont indispensables... dans le domaine que nous pratiquons.

 

Quand nous aurons admis  et compris ( à la suite de Newton, Chevreul... et quelques autres) que nous ne pouvons nous passer du jaune, du rouge et de bleu ... commence véritablement notre affaire.

 

matisse-joylife-1.jpg

  "Le bonheur de vivre" - Henri Matisse -1905-1906

 

Il est rare que nous posions sur notre surface une seule couleur (peut-être lorsque nous peignons...  un mur !)

 

En effet :

" Un tableau est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées. " Maurice Denis  " Définition du Néo -traditionalisme " - (Revue Art et Critique 30 Août 1890)

 

Et à partir de là tout devient possible ... mais tout se complique.

Les couleurs agissent les unes à côté des autres, les unes avec les autres et savoir en jouer demande "instinct" ... et " connaissance".

 

C'est cette notion de contrastes que nous essayons de mieux "pénétrer".

Ce n'est pas nouveau: dans la rubrique "couleurs" de ce même blog, vous pouvez aller vagabonder, nous en avons déjà parlé.

Reprenez donc tout ce que nous avions évoqué lors de "l'effet spatial des couleurs" et de la notion de contrastes...

 

Pour rappel :

Il existe :


- les contrastes " simultané et successif" :  toute couleur donne à l'oeil l'impression que l'espace qui l'environne est teinté de sa complémentaire"
- le contraste " chaud - froid"  : les couleurs chaudes semblent avancer, les froides reculer.
- le contraste " clair-obscur" : d'une même couleur
- le contraste des complémentaires : qui provoque une excitation visuelle maximum.

La définition du "Larousse":

Contraste  = opposition entre deux choses qui sont mises en valeur par leur juxtaposition.

 

Une couleur est définie par :

 

- sa tonalité :
Elle correspond à ce que l'on appelle communément la teinte, la couleur : un "jaune, un vert, un bleu ..."

- sa clarté ou " valeur":

Elle mesure le degré de clair obscur de la teinte et donc la quantité de lumière renvoyée par la surface.

En langage courant, c’est la luminosité d’une couleur.

 

- sa saturation:

Elle correspond au degré de vivacité ou de pureté de la couleur.

C’est le paramètre le plus difficile à apprécier par notre œil.

 

- sa luminosité ou son intensité:

Cette 4° donnée ne rentre pas dans la définition des couleurs mais intervient dans la sensation visuelle que nous en avons.

C’est une notion qui combine clarté et saturation.

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article
7 décembre 2010 2 07 /12 /décembre /2010 07:07

 

Les artistes peintres femmes de Mithila enseignent à leurs petites filles à décorer les papiers qui servent à emballer les cadeaux rituels.

Avec un fil de coton trempé dans l'encre et tenu entre le pouce et l'index, ces enfants apprennent à exécuter à la perfection le dessin de demande en mariage qu'elles offriront un jour à l'homme qu'elles auront choisi.


Après un temps de méditation, chaque matin, les mères enseignent le yoga à leurs filles pour commencer la journée par une prière.

Puis avec un tampon de coton fixé au bout d'un bâtonnet de bambou, la mère apprend à la fille ces décorations qui prennent place sur les murs des maisons pour les fêtes et les noces.
Ensemble, elles travaillent sur le sol de la cour, avec de l'eau de riz, les aripanas, lieux de culte où doivent s'accomplir les rites domestiques selon la tradition.


Naturel et surnaturel se rejoignent à Mithila, lieu mythique et réel où naquirent Bouddha et Sita ...


mithila01

 

 

La peinture Mithila en tant qu'art contemporain est née au début des années 1960, à la suite de la terrible famine du Bihar.

Le gouvernement va les aider à faire reconnaître la valeur de leur travail et leur donnera couleurs et pinceaux, encourageant ces femmes à exercer leur talent sur le papier pour suppléer leurs maigres ressources.

Leur talent fut rapidement reconnu  par les touristes comme par les collectionneurs d'art traditionnel.


A la façon des peintures murales, ces oeuvres individuelles sont toujours peintes avec des couleurs dérivées de minéraux ou de plantes naturelles, et avec des bâtonnets de bambou au lieu de crayon ou de pinceau.

 

Pendant les quarante années qui s'ensuivirent, l'art de Mithila s'est développé en une grande variété de styles et de caractères, différenciés par leur région et leur caste — particulièrement les castes Brahmin, Kayastha et Harijan.

De nombreux artistes individuels sont apparus avec leur style propre et distinct.

Parmi les premiers artistes Brahmin les plus connus se trouvent Ganga Devi, Baua Devi, Sita Devi, et Karpoori Devi, disparus aujourd'hui.


Les plus grands artistes actuels, travaillant dans le style kayastha, sont Pushpa Kumari et sa grand-mère Mahasundari Devi.

D'autres peintres de leur famille sont également reconnus, comme Pradyumna Kumar et la plus jeune soeur de Pushpa, Mala Karn.


 

boubat vequaud1

Plus qu’une simple tradition populaire, l’art Mithila est bien vivant et en perpétuel renouvellement : ce rituel d’abord transmis par les femmes s’est ouvert au cours des 20 dernières années aux hommes et aux intouchables.


"Couleurs vives, teintes naturelles, recours à la bouse de vache comme lavis traduisent le lien puissant qui unit hommes et femmes à la nature avec toute la spiritualité dont la société indienne a le secret ..."


  

 Pour cet article, je me suis encore une fois "plongée"

dans le livre très intéressant de Clarisse Nicoïdski

"Une histoire des femmes peintres " ( Lattès)


et vous pouvez trouver aussi des infos : ici et ...

où j'ai puisé infos et illustrations... merci !

 

 

Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 08:14

 

Dans l'Etat du Bihâr, en Inde orientale, dans un village au Sud Est de la ville de Madhubani, à Jitwarpur, existe une forme d'art particulière : les murs des maisons de ce village sont ornés de bas-reliefs faits d'un mélange de fumier sec et de boue. 

Ces peintures murales racontent les grands thèmes de la civilisation hindoue : les mythes fondateurs, les récits folkloriques, les fêtes religieuses ...  associant ainsi "religion et excréments" montrant la chaîne de toute création... ce qui dans la religion judéo-chrétienne est indiqué par " l'homme n'est que poussière"...


boubat painter

 

Seules les femmes faisaient ce travail, seules à détenir le savoir artistique.

Elles pratiquaient leur art comme on le fait d'une religion et le transmettaient de mère en filles, sortes de "prêtresses " de la mémoire. Réunies, et chantant des ballades transmises aussi de mères en filles, elles peignaient ensemble toujours de façon anonyme.

Dès l'enfance, les femmes sont initiées à la connaissance des symboles sacrés et  se mettent à l'oeuvre après prière et méditation. 

Ces peintures murales sont destinées à décorer leur vie et à élever leur âme. 

Depuis des siècles, la peinture est un élément essentiel de l'éducation de ces femmes, art qui culmine dans la décoration des murs du kohbar (la chambre nuptiale), au moment des noces. Les peintures kohbar ghar s'inspirent de thèmes mythologiques et folkloriques ainsi que du symbolisme tantrique, bien que le thème central soit invariablement l'amour et la fertilité.

La caste des Brahmanes a le droit de travailler l'expression de la spiritualité, et les intouchables, travaillent le côté plus profane.


ganga devi house


Dans notre période où nous abordons " le sens du sacré" et les femmes artistes... nous devons faire une place aux femmes de Mithila ...

Bien loin de nos femmes "enlumineurs" ?

Il y a je pense, sans filiation aucune, une sorte de lien entre à travers le "temps et l'espace" entre toutes ces femmes.

 

" La divinité aura séjour dans nos oeuvres, si nous les réalisons conformément aux rites et dans la sincérité du sentiment. Certes, nous laissons les lignes du visage de nos personnages volontairement dans l'imprécision, car nul être humain n'a le pouvoir de représenter la figure de la divinité"

 

Depuis l'an 3102 av. J-C., à Mithila, le "passé" se fond dans la vie quotidienne et les fables et les légendes se vivent au présent.

Ce sont ces légendes que peignent les artistes de Mithila selon des règles précises.


Telle la légende du Prince Rama de Ayodhya-Ramachandra qui afin d'épouser la belle Sita se rendit à la cour du roi Janaka, son père. Cette légende prouvant le triomphe de l'amour sur la force physique.

Pour obtenir la main de sa fille, le roi lui demanda de soulever l'arc ancien, si lourd que quatre serviteurs étaient nécessaires pour le soulever ... ce que fit Rama aussi facilement qu'il l'aurait fait avec une plume... Il reposa l'arc à terre si fortement que l'onde sonore s'entendit à des lieux à la ronde.


 mithila05

 

Les dessins géométriques et stylisés,sont réalisés avec des couleurs éclatantes et symboliques.

 

Ces artistes composent elle-même leurs couleurs : le noir provient de la suie des chaudrons, et des dépôts des lampes à huile; le blanc, de l'eau de riz, de certaines fleurs aux couleurs vives contenant une part importante de fer, ainsi que des plantes à épines, broyées et mêlées à de l'huile de lin pour intensifier la qualité d'une couleur.

Les tons de terre sont fournis par le sol, les ocres, les beiges et les bruns proviennent des bouses séchées.

Le jaune vient de plantes grimpantes vénéneuses et l'indigo donnent des bleus et des violets intenses.

 

Elles peignent aussi des saris.

 

Elles travaillent avec des pinceaux faits de brindilles attachées mêlées à des fils, et la résine des arbres permet de fixer les pigments sur l'étoffe.


 

ganga devi travail

 


 Pour cet article ( ... et ceux qui vont suivre), je me suis encore une fois "plongée"

dans le livre très intéressant de Clarisse Nicoïdski

"Une histoire des femmes peintres " ( Lattès)


et vous pouvez trouver aussi des infos : ici et ...

où j'ai puisé infos et illustrations... merci !


Repost 0
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 09:53

Je sais l'idée n'est pas nouvelle, puisque l'an dernier je vous l'avais déjà proposée.

Mais vous aviez tellement "répondu" avec enthousiasme et talent, que je vous propose
de réaliser cette année encore,une carte de voeux :

" Carte de "Noël" ou de "Bonne année"

 

Sur un format A5 (148 x 210 mm),
vous travaillez avec les techniques de votre choix
et vous me l'envoyez à l'adresse que je vous donnerai par mail
si vous ne l'avez encore.

Pour cela mon contact au bas de la page de ce blog.

Vous avez jusqu'au 23 décembre 2010.
 
Je mettrai ensuite vos créations en ligne ...

Pas de concours cette fois... juste le plaisir des yeux

et du coeur!


A vos crayons ... à vos pinceaux ... à vos ciseaux ?!

Quelques chants pour vous mettre dans l'ambiance ...et pour le plaisir!

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Jeux
commenter cet article
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 07:33

Ce week end notamment.

 

Deux annonces et deux choix

( vous pouvez d'ailleurs aller aux deux )

 

De la part de Jeanne et d'Elisabeth qui font partie des choeurs:

 

choeurs de provence

 

Et de la part d'"Yvette

qui ,même si elle a rejoint "d'autres contrées",

continue à nous donner des nouvelles et nous propose ce samedi :

 

!cid image002 jpg@01CB91B2

 

 

Pour mieux voir, agrandissez les tracts en cliquant dessus ...

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans News
commenter cet article
1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 07:44

... qui sentait bon les " fleurs et les fruits".

 

Nous avons passé une agréable soirée... j'oserais dire "encore" !

Et c'est vrai que malgré le froid qui commence à s'installer à l'extérieur, la chaleur était présente ce lundi... chaleur des couleurs et des teintes de vos oeuvres... chaleur de l'amitié et de la convivialité qui se dégagent de ces moments partagés.

Vous avez jusqu'aux vacances de Noël pour venir voir et revoir ... seul ... ou avec des amis, cette belle expo...

 

HuguetteB

"Poirfipé" Huguette Blès

 

Je vous ai mis en ligne un album-photos.

 

  bouquet flamand Elisabteh M 

" Bouquet Flamand" Elisabeth Muret

 

Les photos sont... ce qu'elles sont; c'est très difficile de photographier des tableaux sous verre ... vous êtes seulement 3 à m'avoir envoyé vos oeuvres photographiées avant encadrement.

Il va falloir faire mieux la prochaine fois et proposer ainsi une vraie galerie virtuelle.

 

 

Maryse"Pivoines" - Maryse Rault


De mon côté, il faut que j'installe,

que je fasse le discours d'accueil,

que je "m'occupe" d'un petit garçon perdu ...

et qu'en plus je fasse des photos ...

que je mets en ligne bien sûr ensuite !!!...

Peut-être un peu trop pour " une faible femme"!

Il faudrait penser à d'autres photographes, ... non ?!

 

Après on s'étonne que je n'ai que le temps de faire des " esquisses"!

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Expo l'Ocre Bleu
commenter cet article
23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 08:16

à faire circuler ...

 

et  à agrandir "pour mieux voir" !

 

invit

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Expo l'Ocre Bleu
commenter cet article