Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 11:35

 

 

" Je ne vois pas qu'il y ait jamais un homme traitant une femme d'égale à égal et c'est tout ce que j'aurais demandé, car je sais que je le vaux"

Berthe Morisot 1890

 

Outre le combat commun que Berthe mena avec ses camarades pour faire reconnaître cette peinture nouvelle au tournant du siècle, elle dut aussi surmonter le "handicap" d'être une femme et c'est près de 10 ans après la 1° exposition impressionniste qu'elle écrit :

 

" Je commence à entrer dans l'intimité de mes confrères les impressionnistes"

  (1884)


L'été"L'été" 1876

 

Degas précisant :


" Il lui aura fallu une vingtaine d'années pour être considérée comme étant du bâtiment"

  01 La Leçon de couture"La leçon de couture" 1884

 

  Ces  impressionnistes, "révolutionnaires malgré eux", ..... en lutte contre la peinture d'atelier officielle peignaient le plus souvent des motifs du quotidien, en plein air, d'une peinture « rapide » qui mettait évidence, les jeux de lumière, le mouvement et les … impressions... 

 Avec Camille Pissarro, Berthe Morisot sera la seule artiste qui aura participé à toutes les expositions impressionnistes (sauf celle de 1879, année de la naissance de sa fille).


Malgré l'adversité de ses contemporains, elle poursuivra cette voie novatrice en apportant au sein du groupe impressionniste une touche personnelle, vigoureuse et poétique à la fois. 

 

Elle réalise de nombreux paysages, mais les portraits féminins sont très largement dominants : "effet de miroir" sur les femmes de son époque, elle puise dans son environnement immédiat des scènes la vie quotidienne et des sujets liés à sa vie personnelle. ( comme sa contemporaine et amie américaine, Mary Cassat)  

 

Ses tableaux paraissent pris sur le vif et spontanés, mais en réalité elle fait souvent toute une série de dessins et études préparatoires.

cueillette (1)

 

 

 

 

cueillette (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

Etude pour "Le cerisier" - sanguine

1891

 

 

 

Etude pour "Le cerisier" - aquarelle

1891

cueillette (3)"Le cerisier" - Huile sur toile

154 x 84 cm - Musée Marmottan

1891

 

Perfectionniste, jamais satisfaite de son travail, elle travaille parfois pendant plusieurs mois à un même tableau.


" Les formes sont toujours vagues dans les tableaux de Mme Berthe Morizot, mais une vie étrange les anime. L'artiste a trouvé le moyen de fixer les chatoiements, les lueurs produites sur les choses et l'air qui les enveloppe .. le rose, le vert pâle, la lumière vaguement dorée, chantent avec une harmonie inexprimable. Nul ne représente l'impressionnisme avec un talent plus raffiné, avec plus d'autorité que Madame Morisot ". Gustave Geoffroy "L'exposition des artistes indépendants" -

La Justice 19 avril 1881 -


« Parlez-moi de Mlle Morisot ! Cette jeune personne ne s'amuse pas à reproduire une foule de détails oiseux. Lorsqu'elle a une main à peindre, elle donne autant de coups de brosse qu'il y a de doigts, et l'affaire est faite. Les niais qui cherchent la petite bête dans une main n'entendent rien à l'art  impressif, et le grand Manet les chasserait de sa république » 

Le critique Louis Leroy


De même, ses peintures, si sensibles, douces et d'une apparente légèreté, ne semblent pas être en accord avec sa personnalité que certains qualifient de froide et hautaine, elle ne se livre jamais en société, seule sa peinture reflète son être intérieur.

 

 

 

"Mes souvenirs sont en moi, impérissables, et à ma mort n'intéresserront plus personne.J'ai toujours eu beaucoup de peine à me détacher des lieux, des personnes et même des bêtes, et le plus joli, c'est qu'on me croit l'insensibilité même ".

(1893)

 

 

Les oeuvres de Berthe Morisot sont présentes dans le monde entier: de la National Gallery of Art (Washington) au Musée d'Orsay; de Marmottan ( Paris) au Toledo Museum of Art et au Minneapolis Institute of Art et à la National Gallery de Londres ...

 

En savoir plus : 

 - Dominique Bona, "Berthe Morisot, le secret de la femme en noir", Editions Grasset et Fasquelle, 2000.

- Berthe Morisot - "Regards pluriels" - Mazzotta


 

Repost 0
23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 07:27

 

 

15 avril 1874, 

c'est la « révolution ».... 

Trente jeunes artistes, quinze jours avant l'ouverture du Salon officiel, accrochent dans les ateliers du photographe Nadar,  près de deux cents tableaux . 

Véritable choc... Rupture avec la tradition....

Parmi ces artistes... 

Monet, Renoir, Cézanne, Silsey … 

et

          une femme,  

       Berthe Morisot.... 


berthe-morisot-en-1875Berthe Morisot en 1875

  

C'est le 14 janvier 1841 à Bourges dans le Cher que nait Marie Pauline Berthe Morisot  où son père, Edme Tiburce Morisot, est préfet.

Elle est l'arrière petite-nièce du peintre Jean Honoré Fragonard.

Après plusieurs déménagements la famille s'installe à Passy et à Paris définitivement en 1852. Cette même année, sur les conseils de Rossini, leurs parents font prendre à Berthe et à sa soeur Yves, des leçons de musique chez Stamaty fils.   

C'est là que Berthe éprouve sa première émotion d'artiste en découvrant un dessin d'Ingres.


 A partir de 1855, Berthe prend donc des cours de dessin, en compagnie de ses deux soeurs, Yves (qui deviendra "Madame Théodore Gobillard", dont il existe un portrait par Degas) et Edma.


Après le mariage de leur soeur aînée, seules Edma et Berthe continueront de prendre des leçons de dessin :  avec Chocarne, puis avec Joseph Guichard et à partir de 1860, avec Corot, dans son atelier de Ville d'Avray.

Les leçons du paysagiste Corot enrichissent la formation stylistique de Berthe.

Mais c'est grâce à Oudinot, son nouveau professeur, que Berthe peut exposer deux toiles au Salon en 1865.


(...) Je citerai encore deux petites toiles que j'ai découvertes par hasard pendant mes promenades désolées dans la solitude nue du Salon. Ce sont des paysages de Mlles Morisot - deux sœurs, sans doute. Corot est leur maître, à coup sûr. Il y a, dans ces toiles, une fraîcheur et une naïveté d'impression qui m'ont un peu reposé des habiletés mesquines, si goûtées de la foule. Les artistes ont dû peindre ces études-là en toute conscience, avec un grand désir de rendre ce qu'elles voyaient. Cela a suffi pour donner à leurs œuvres un intérêt que n'offrent pas bien des grands tableaux de ma connaissance. 

Emile Zola - Mon Salon 1868


Berthe et Edma font leurs premières copies au Louvre en 1858. A cette époque c'est le lieu de rencontre des artistes.

Leur rencontre avec Fantin – Latour permettra à Berthe de rencontrer dix ans  plus tard, Edouard Manet.

 En 1867, Berthe a fait la connaissance de Pierre Puvis de Chavannes, de dix-sept ans  son aîné. Une amitié amoureuse s'installe entre eux, mais de Chavannes ne se décidera jamais à faire la demande officielle que Berthe attendra en vain pendant des années.

 

         En 1868 donc, Berthe rencontre Manet : cette rencontre marque un tournant dans sa carrière artistique. En effet, la peinture de Manet fait alors scandale.

Une belle entente s'instaure entre les deux artistes et Manet influence beaucoup Berthe.

Elle devient aussi le modèle d'Edouard ( « Le Balcon », « Le Repos », « Berthe Morisot au bouquet de violettes ») et il lui fait connaître les peintres d'avant-garde tels qu'Edgar Degas, Claude Monet, Auguste Renoir et Alfred Sisley.


BertheMorisot"Berthe Morisot au bouquet de violettes "

par Manet - 1872 -

 

C'est avec eux que Berthe participe donc à l'aventure de l' « impressionnisme » ( malgré l'avis contraire de Manet qui préfère ne pas adhérer au nouveau groupe et craint qu'elle n'y perde aussi son talent)

 

À trente-trois ans, après avoir refusé de nombreuses demandes en mariage, Berthe se marie avec Eugène Manet, le frère d'Edouard.


EugèneManet1875"Eugène Manet à l'île de Wight" - 1875


De leur union naît Julie, en avril 1879, que l'on retrouve sur de nombreuses toiles de sa mère.


Julie Manet 1894julie

Julie à 16 ans         

et "Julie rêveuse" 

1894

       Berthe travaille beaucoup, mais mène aussi une vraie vie mondaine, et ce bien avant son mariage avec Eugène Manet.
Avec sa soeur, Edma, elle fréquente les " jeudis" de Madame Auguste Manet, se rend chez le père de Degas, où on fait de la musique ...etc...

A cette époque,c'est aussi de cette façon que l'on démontre que l'on fait bien partie de la "société artistique".


En 1892, Berthe a sa première exposition personnelle à la galerie Boussod et Valadon, quelques mois après avoir perdu son mari.


1885-Berthe-Morisot

"Autoportrait" 1885

 

Le couple avait pris des dispositions devant notaire pour confier la tutelle de leur fille Julie à leur ami et poète Stéphane Mallarmé et à Pierre-Auguste Renoir, son éducation de peintre.

 

Berthe Morisot tombe malade à la mi-février 1895.

Elle meurt d'une pneumonie le 2 mars 1895 à Paris et lègue la plupart de ses œuvres à ses amis artistes : Degas, Monet, Renoir.

 

Malgré sa riche production artistique, le certificat de décès mentionne :

"sans profession".


Elle est enterrée dans le caveau des Manet au cimetière de Passy.

Il est simplement gravé : "Berthe Morisot, veuve d'Eugène Manet".

 

 

Pour le premier anniversaire de sa mort, une rétrospective fut organisée dans la galerie de Paul Durand-Ruel avec 394 toiles, dessins et aquarelles, exposés.

 

Repost 0
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 08:32

 

... à la ville !!

  DSCN0204

C'est beau la neige, et c'est bien agréable de pouvoir vivre " à la campagne" en ville !

 

Mais lorsque la neige et surtout le verglas s'en mêlent ... çà l'est beaucoup moins!

 

Coincée en haut de ma colline, la vue est superbe, ... mais ma voiture est immobilisée...

Ma rue bien en pente s'est transformée en patinoire.

N'ayant aucune envie de me lancer dans des épreuves de  "sports d'hiver", j'attends sagement que les températures remontent... et que ça fonde !

 

Désolée pour les cours de vendredi et de samedi...

Pour la semaine prochaine...

il va falloir que ça s'améliore ...

vous avez des nouvelles ?...

 

Et au fait, où sont les services

qui peuvent venir nous mettre un peu de "sel" dans notre rue ????

 

Ne vous inquiétez pas... bien au chaud, je pense bien à vous

...

 je prépare la suite ...

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans News
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 07:16

 

 

999 ......hier

 

1000 aujourd'hui !

 

En effet, je mets en ligne aujourd'hui le 1000° article de l'Ocre Bleu.

 

1000 articles qui "parlent" de peintres et de peinture.

1000 articles pour faire le lien entre vous tous

1000 articles pour raconter nos sorties, nos expos...

1000 articles pour apprendre, pour comprendre

comment "tenir" pinceaux et crayons

1000 articles pour préparer palettes et

1000 articles pour mélanger les couleurs

...

Si j'avais une "perspective" à exprimer :

1000 articles de plus ?

 

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans News
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 09:09

 

Que dire de ces "9" ?...

Aujourd'hui, nous sommes bien un dix... neuf,

Nous sommes dans le 1300..."9"

Mais plus en 200..."9"

...

Nous avons un blog presque tout " neuf"

Et hier, nous avons dessiné des têtes en forme d'oeuf....


....

Alors que vous inspire ce " 999"

...

Vraiment rien de neuf ?

...

Demain, la preuve par 9

 

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Annonces L' Ocre Bleu
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 07:22

 

Bien dessiner puis bien peindre le corps humain nécessiterait de connaître au mieux l'anatomie.

 

Avant tout, qu'est ce qu'un canon ?

Dans le domaine des Beaux-Arts, c'est l'ensemble des règles servant à déterminer les proportions idéales du corps humain.

Ces règles nous viennent de la statuaire grecque.

Le "canon grec" semble donc utile à connaître pour dessiner au mieux.

Mais quelques indications peuvent suffire pour tracer juste et proportionnés.

 

Lorsque vous dessinez des personnages , vérifiez donc ses proportions.

Pour cela prenez comme mesure de base la hauteur de la tête.

Car :

- un homme adulte mesure environ 7 têtes de haut

- une femme adulte mesure 6 têtes 1/2 de haut

- un jeune de 15 ans mesure 6 têtes de haut

- un enfant de 4 ans environ, 3 têtes 1/2 de haut.

 

A retenir, plus on devient adulte... plus on a une petite tête !

 

Bon, maintenant si vous trouvez ceci trop simple et pas assez précis, vous pouvez vous reporter au texte de Léonard ... de Vinci (et oui, toujours lui !)

 

Le VitruveLe Vitruve

«  […] que la Nature a distribué les mesures du corps humain comme ceci.

Quatre doigts font une paume, et quatre paumes font un pied, six paumes font une coudée : quatre coudées font la hauteur d’un homme. Et quatre coudées font un double pas, et vingt-quatre paumes font un homme ; et il a utilisé ces mesures dans ses constructions.

Si vous ouvrez les jambes de façon à abaisser votre hauteur d’un quatorzième, et si vous étendez vos bras de façon que le bout de vos doigts soit au niveau du sommet de votre tête, vous devez savoir que le centre de vos membres étendus sera au nombril, et que l’espace entre vos jambes sera un triangle équilatéral.

La longueur des bras étendus d’un homme est égale à sa hauteur.

Depuis la racine des cheveux jusqu’au bas du menton, il y a un dixième de la hauteur d’un homme. Depuis le bas du menton jusqu’au sommet de la tête, un huitième. Depuis le haut de la poitrine jusqu’au sommet de la tête, un sixième ; depuis le haut de la poitrine jusqu’à la racine de cheveux, un septième.

Depuis les tétons jusqu’au sommet de la tête, un quart de la hauteur de l’homme. La plus grande largeur des épaules est contenue dans le quart d’un homme. Depuis le coude jusqu’au bout de la main, un cinquième. Depuis le coude jusqu’à l’angle de l’avant bras, un huitième.

La main complète est un dixième de l’homme. Le début des parties génitales est au milieu. Le pied est un septième de l’homme. Depuis la plante du pied jusqu’en dessous du genou, un quart de l’homme. Depuis sous le genou jusqu’au début des parties génitales, un quart de l’homme.

La distance du bas du menton au nez, et des racines des cheveux aux sourcils est la même, ainsi que l’oreille : un tiers du visage. »

" De l'architecture"

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Perspectives et mesures
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 18:43

 

Pendant la période du Moyen-âge, la beauté idéale est une femme plutôt menue ... Nous l'avons observée avec tous les modèles que nous avons découvert il y a quelques semaines.


En changeant d'époque, nous changeons de mode...

A l'époque d'Artémisia,

au XVII°s., la "beauté idéale" a repris quelques kilos.

 

Le peintre de l"époque se doit de connaître les proportions idéales.

Laissons Morpugo,en 1536, dans son " Costume de la Donne" nous dresser la liste des 33 perfections ( groupées par 3) que doit posséder cette "femme idéale" :

 


L'Allégoriedel'inclination"L'allégorie de l'inclination"

Artémisia Gentileschi ( environ 1615)

"...

Trois longues : les cheveux, les mains et les jambes

Trois menues : les dents, les oreilles et les seins

Trois larges : le front, le torse et les hanches

Trois étroites : la taille, les genoux et " l'endroit où la nature a placé tout ce qui est doux"

Trois grandes ( mais "bien proportionnées") : la taille, les bras et les cuisses

Trois fines : les sourcils, les doigts, les lèvres

Trois rondes : le cou, les bras,et le ...

Trois petites : la bouche, le menton et les pieds

Trois blanches : les dents, la gorge et les mains

Trois rouges : les joues, les lèvres et les tétons

Trois noires : les sourcils, les yeux et " ce que vous savez"

..."

Cf. "Histoire des femmes - Canons et Critères de la beauté féminine" par SarhMathews et F. Grieco

 

A propos du tableau ci-dessus :

"L'allégorie de l'inclination" (c'est à dire "allégorie de tous les penchants artistiques") a été commandée à Artémisia par le petit-neveu de Michel-Ange, afin d'orner sa galerie de peintures en l'honneur de ce même Michel-Ange.

Avec beaucoup d'audace, Artémisia s'est représentée elle-même complètement nue, révélant à la fois la beauté de son corps et le génie de son pinceau.

Mais quelques années plus tard, un héritier plus pudique fera recouvrir le tableau de voiles pour masquer cette trop troublante nudité!

("Artémisia" par Alexandra Lapierre)

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Perspectives et mesures
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 20:43

 

Plus large, plus grand, plus clair ...

   C'est un nouveau look pour votre blog préféré! 

 

J'espère ainsi que vous prendrez encore plus de plaisir à le découvrir et à le parcourir.

 

 

Pour rappel:

 

- les articles se trouvent au centre dans l'ordre chronologique de leur édition,


   -  à  droite et à gauche, vous trouverez des liens qui peuvent vous intéresser:

* la liste des articles publiés

* les derniers commentaires

* les archives (par la date de parution)

* les catégories auxquelles appartiennent les sujets des articles

* un calendrier indiquant les jours de parution

*des albums photos

* et la possibilité de vous inscrire à la newsletter afin d'être tout de suite informé de la parution d'un nouvel article...

 

@ très bientôt !


(Et merci à mon informaticienne préférée )

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans News
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 20:50

DSCN0119-copie-1

Pour bien pratiquer la peinture au couteau...

DSCN0120
Prévoyez un support adéquat,

DSCN0121
Et sortez peintures et couteaux ...

DSCN0122
Puis sur votre palette , déposez et triturez...

DSCN0123
la couleur pour bien l'homogénéiser.

DSCN0125
Quand la "pâte" est belle, faîtes un " joli" bourrelet...

DSCN0126
Et étalez- la, bien " onctueusement".

DSCN0127
Aplats, dégradés,...

DSCN0128
N'auront bientôt pour vous plus de secrets ...

DSCN0129

 

Nous n'en sommes qu'au début du travail... pour ceux qui ne viennent pas à l'atelier... ne vous inquiétez pas, vous verrez les réalisations achevées !!!

 
Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Techniques
commenter cet article
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 08:38

 

Tout au long de sa vie Artemisia ne cessera jamais de peindre et d'améliorer son style, «  s'attaquant » à des sujets et des thèmes plutôt traités à son époque par des artistes« masculins ».

Ainsi « l'histoire de Judith tuant Holopherne »,

  l'un des thèmes récurrent dans la peinture religieuse, alors.

L'histoire de Judith est racontée dans un livre de la Bible : « Le Livre de Judith » ( il fait partie des livres canoniques, mais les protestants le classent comme apocryphe) 

 

Pour mieux comprendre, un petit résumé de l'histoire ! 

« Dans la 12eannée de son règne, année où il se dit être «le maître du monde », Nabuchodonosor II roi d’Assyrie bat les Mèdes et envoie le général Holopherne châtier les peuples de l'ouest qui ont refusé de le soutenir dans la guerre qu'il a menée contre le roi perse Arphaxad.

A la tête d'une immense armée, Holopherne avance, détruisant et exigeant que Nabuchodonosor soit honoré comme un dieu.

Après avoir pillé, tué et ravagé dans tout le Proche-Orient, Holopherne assiège Béthulie, une ville juive (probablement Massalah), qui résiste.

Il fait boucher alors la source qui alimente la ville en eau.

Assoiffés, les Béthuliens désespèrent et sont sur le point de se rendre quand, Judith, jeune veuve de Manassé, d'une grande beauté et réputée pour sa piété et sa sagesse, prend la décision de sauver la ville.

Avec sa servante et des paniers remplis de présents, elle pénètre dans le camp d'Holopherne, parée de ses plus beaux bijoux, et fait croire qu’elle apporte de précieuses informations sur les Juifs.

Judith reste 3 jours dans le camp,

et chaque soir se dirige vers un torrent

à l'extérieur

pour s'immerger et se purifier..

Holopherne,tout de suite séduit par sa beauté et son intelligence, organise un grand banquet en son honneur, à la fin duquel ses domestiques se retirent discrètement pour ne pas troubler la nuit qui … semble s'annoncer !

Mais Judith continue d'enivrer Holopherne jusqu'à ce que, hors d'état de se défendre, elle le décapite avec l'aide de sa servante ... et du cimeterre du dit Holopherne!

Elle ramène la tête d’Holopherne dans son panier en se dirigeant comme les autres soirs vers le torrent ….

Les Béthuliens attaquent alors et mettent en déroute les Assyriens qui,de leur côté, découvrant au matin leur chef assassiné, sont pris de panique et s'enfuient."

 Cette histoire a inspiré de nombreux artistes : des peintres, des sculpteurs, et se retrouve aussi dans de nombreuses oeuvres littéraires ou théâtrales..

Donatello, Botticelli, Mantegna, Giorgone, Le Titien, Cristofano Allori, Rubens, Le Caravage, Horace Vernet... jusqu'à Klimt ont travaillé le sujet....

Cette histoire est devenue un mythe.


Artemisia Gentileschi consacrera cinq tableaux à cette histoire.


Sans nul doute que cette histoire " biblique" fait écho à la propre violence qu'elle a du subir

( cf ici )

 

Et de fait il y a une "grande différence de ton" lorsque l'on compare les oeuvres d'Artemisia et celles de ses "collègues" masculins mais aussi entre Artemisia et d'autres femmes contemporaines qui ont traité ce même sujet (ex : Lavina Fontana ou Fede Galizia...)

 

 

 

Artemisia Gentileschi-Judith décapitant Holopherme 1612

Artemisia Gentileschi (1612)

 

En mettant en parallèle, par exemple, la Judith du Caravage et celle d'Artemisia,

la différence saute tout de suite aux yeux...


CaravageJudithLe Caravage ( 1598)

 

- en premier, le contraste se situe dans la composition et le sens choisi ( l'un en hauteur, l'autre en largeur) du tableau.

 

- chez Artemisia, la scène est resserrée, les femmes actives l'une et l'autre maintiennent fermement Holopherne; le centre du tableau passe par "le coeur" de l'action et donne cohésion à la scène dans un mouvement circulaire autour de ce même centre ( position des têtes, des bras ...).

- chez le Caravage, les femmes semblent " décentrées" par rapport à l'action, le tableau est scindé en deux parties; les femmes sont actrices mais donne l'impression de l'être malgré elles... elle semblent plus spectatrices. Le geste est toujours au centre du tableau, mais là au lieu de faire cohésion à l'ensemble, il semble les séparer...d'un côté Holopherne... de l'autre Judith et sa servante.

 

 - "Les Judith" sont là deux femmes différentes:

 

- celle d'Artemisia, est forte, déterminée, accomplissant son geste avec calme et "soutenue" par sa servante, jeune qui participe aussi à l'action. On les retrouve complices... de même dans le tableau suivant où elles emportent la tête d'Holopherne et semblent en plein conciliabule.

- la Judith du Caravage, est plus menue et apeurée; elle se tient le plus loin possible, essayant d'éviter le sang qui coule de l'autre côté; sa servante semble plus déterminée mais a un rôle passif qui "déteint" sur l'attitude de la jeune fille. Elle semble agir malgré elle, semble passive, et a une mine de dégoût.

 

Judith et sa servanteArtemisia

 

Si  Le Caravage représente une Judith passive et craintive, conformément à l'idée que l'on se faisait de la femme à son époque, la composition et la réalisation des tableaux d'Artemisia "sonnent" comme une vengeance liée aux traumatismes de sa propre vie ....

 

A notre époque, ces sujets "n'ont plus cours" bien que d'autres violences soient aussi souvent exprimées dans l'art ... mais autrement!

Il est intéressant de comprendre à chaque époque et à travers chaque oeuvre, les intentions de l'artiste... et remettre l'oeuvre dans son contexte...

 

Ce qui nous permet de mieux comprendre et apprécier !

 

Si vous voulez découvrir encore et plus sur Artemisia , deux excellents livres :


- " Les femmes peintres " de Clarisse Nicoïdski chez Lattès

- "Artemisia" d'Alexandra Lapierre chez Robert Laffont


et un film :

- " Artemisia" d' Agnès Merlet ( 1997) avec Valentina Cervi et Michel Serrault ...

 

 

 

  Double cliquez sur la vidéo pour mieux la voir !


 

 

 

Repost 0