Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 17:40

 

 

...

 

 

Le portrait est l'art du peintre.

Nombreux sont ceux qui se sont exprimés sur leur pratique.

Le peintre contemporain, Jean Hélion(1904-1987), analyse la démarche de l’artiste au travail et les rapports qu'il entretient avec le modèle.

Revient alors une interrogation, déjà présente chez Léonard de Vinci : le peintre ne se peindrait-il pas lui-même ?


Jean Helion

" L'homme à la face rouge"- 1943

Jean Hélion

François Doury / Adagp-Paris-2013


" (...) La peinture est un domaine à cheval sur la réalité et sur le rêve, à cheval sur le fait et sur le songe. Curieusement dans son existence, un visage a la même fonction, il témoigne à l’extérieur visiblement de la vie intérieure d’un être, et parfois d’un projet de vie plus grand que celui qui ne s’accomplit réellement. J’entends qu’un visage est une promesse autant qu’un fait accompli. (...)

Chaque portrait est la tentative d’accéder à ce niveau d’être, tentative rarement réussie, disons modestement esquissée, projet-promesse. C’est pourquoi il est important de peindre deux fois de suite la même personne de façon identique. Chaque fois, c’est presque la même et pourtant elle déborde. Il semble qu’autour de chaque tête il y ait une aura possible avec laquelle cette personne, surtout s’il s’agit d’une femme, joue comme on chantonne, de façon à charmer. On ne saurait mesurer l’être. Un portrait, c’est en quelque sorte un pointillé."

" (...) C’est ça la peinture : on agresse un être qui passe, à coups de pinceau, à coups de brosse, à coups de taches, à coups de dessin ; on lui demande ce qu’il est en déclarant à haute voix ce que l’on est soi-même ou ce que l’on voudrait être. Un portrait pour moi, c’est ce duel. Sans doute est-ce pour cela que mes victimes ne se reconnaissent pas tout à fait dans mon ouvrage, et pourtant je m’y attache durablement. Il ne s’agit pas d’eux seulement, mais de nous, l’un mettant l’autre en question ; tout cela au niveau où se trouve la peinture elle-même ce jour-là. ".

" (...) Mais l’acte de peindre, c’est aussi dialoguer avec la personne qui est là, peindre est d’une énorme complexité, dès qu’on y pense. Cela serait impossible si on n’en sortait pas par l’instinct, par la vitesse du regard, par la rapidité de la main qui rassemble d’un seul trait les choses les plus différentes et leur invente une parenté qui est, au fond, rêve. ".


(Mémoire de la chambre jaune).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

L'Ocre Bleu 26/02/2014 07:08


Sans aucun doute !

dominique rouy 25/02/2014 23:47


Effet miroir alors?