Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 21:06

 

 

 

Vous connaissez tous les poupées russes ou matriochkas ( матрёшка, pluriel матрёшки matriochki) , ces poupées de tailles décroissantes placées les unes à l'intérieur des autres.

« Matriochka » est dérivé du prénom féminin russe « matriona », traditionnellement associé à une femme russe de la campagne … corpulente et robuste.


DSCN0220'

 

Ces figurines creuses, en bois ( en tilleul pour les plus prisées, ou en bouleau pour la plupart) s'ouvrent en deux horizontalement, révélant ainsi à l'intérieur une figurine semblable mais de taille plus petite, qui renferme elle-même une autre figurine, et ainsi de suite ...

Une série comporte 3 à 10 poupées ... ou plus.

Ces poupées sont symbole de fertilité.

On parle aussi parfois de poupées gigogne en référence au théâtre de marionnettes, « la Mère Gigogne » ( symbole de fécondité dès 1602) qui représente une grande et forte femme accompagnée de nombreux enfants.


DSCN0223'

Une série de poupées russes suit souvent un thème particulier.

Dans le cas «  traditionnel », la poupée la plus grande est une femme vêtue d'un sarafan (robe traditionnelle russe) et tient un nid. Les autres poupées peuvent être des deux sexes, la plus petite étant habituellement un bébé qui ne s'ouvre pas.

Mais les poupées peuvent représenter des personnages divers, des personnages de contes … aux dirigeants soviétiques.

 

DSCN0228'

Même si le concept d'objet emboîté était déjà présent en Russie, appliqué aux pommes en bois et aux œufs de Pâques (le premier œuf de Fabergé, date de 1885 et renfermait un jaune, qui contenait une poule, renfermant à son tour un pendentif de rubis  et une réplique miniature de la couronne  impériale) on raconte qu'elles ont été inspirées de poupées-souvenirs venant du Japon etsont une forme d'artisanat russe relativement récente.

La première matriochka date en effet de 1890.

Serguei Malioutine, peintre dans une boutique d'artisanat populaire de la propriété d' Abramtsevo , appartenant au célèbre industriel et mécène russe Savva Mamontov  , aperçut une série de poupées de bois japonaises représentant Shichi-fuku-jin, les Sept Divinités du Bonheur. 

 

La plus grande poupée représentait Fukurokuju , un dieu chauve à l'air heureux, et à l'intérieur étaient emboîtées les six autres.

Cela inspira Malioutine qui dessina alors le croquis d'une version russe du jouet.

Sculpté par Vasiliy Zvezdochkin dans une boutique de jouets et peint par Serguei Malioutine, celui-ci était composé de huit poupées : la plus grande était une fille portant un tablier, et les autres alternaient ensuite un garçon et une fille, pour finir avec un bébé.

En 1900, la femme de Savva Mamontov, présenta les poupées à l'Exposition Universelle de Paris  où le jouet remporta une médaille de bronze.

De nombreuses autres régions de la Russie se mirent à créer rapidement différents styles de matriochkas.

Aujourd’hui plusieurs régions possédant leur propre style : Serguiev Possad, Semionovo, Polkholvsky Maidan et Kirov.


Les peintures de chaque poupée peuvent être extrêmement élaborées, d'où leur côté artistique indéniable.



Partager cet article

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Thèmes
commenter cet article

commentaires