Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

6 décembre 2012 4 06 /12 /décembre /2012 08:23

 

...

Dans notre réflexion actuelle sur la beauté et le sens du "beau" qui depuis les Grecs et l'antiquité a régi l'art Occidental pendant des siècles ( voir les articles suivants sur l'influence des Grecs : 1, 2 et 3 )... nous avons fait une " halte" à l'époque de la Renaissance Italienne ... et lien avec Marseille oblige , nous nous devons de nous intéresser à la célèbre statue de Michel -Ange , le " David".



ma11.jpg

 

La Technique et quelques chiffres tout d'abord :

Michel-Ange réalise le David entre 1501 et 1504.

Il mesure 4,34 mètres de hauteur (5,14 mètres avec le socle)

 

Le bloc de marbre blanc de Carrare dans lequel Michel-Ange sculpte son David avait déjà été largement ébauché quelques années auparavant par d'autres sculpteurs, Duccio notamment, qui, voyant que "l’œuvre venait mal", avait finalement abandonné son projet, ce qui rendait la tâche de réaliser une statue complète dans ce bloc presque impossible.

Michel-Ange a su tirer parti de l'étroitesse du bloc de marbre et contourner un de ses défauts (une brèche dans laquelle il a creusé l'espace entre le bras droit et le torse) ; il réussit ainsi à caler son modèle d’une manière si parfaite que les bords du bloc affleurent au sommet de la tête, à l’épaule et le long de la base.

 

 Michel-Ange a réalisé ce coup de maître avant l’âge de 30 ans.

Commencé en 1501,  terminé en 1503, le David a été dévoilé le 8 septembre 1504, à l’aube de la Renaissance sur la place de la Signoria à Florence ( alors que l’artiste est déjà à Rome, ou sur le point d’y partir, appelé par le pape Jules II, cette statue dans le goût florentin lui a assuré une notoriété immédiate)



Son sujet:

 

Le thème du  David ( de la Légende : " David contre Goliath"  - se rappeler ?)

a souvent été traité auparavant, en sculpture ou en peinture.

 David  y est en général représenté comme  « un héros androgyne à la beauté d’éphèbe » ( tels ceux de Donatello - Verrochio ...) qui vient de vaincre Goliath, glaive à la main ... et tête décapitée à ses pieds.

 

David de Donatello 

"David" par Donatello

 

David de Verrochio"  David" par Verrochio

( il paraît que le modèle ici était

Léonard de Vinci adolescent)


 Contrairement à ses prédécesseurs, Michel-Ange sculpte ici un athlète puissant, "sublimation du nu viril", un "homme fait", "éclatant de jeunesse et de virilité".

On pense que c’est un marbrier de Carrare qui fut le modèle de Michel-Ange.


De plus, Michel-Ange choisit de représenter David avant le combat, au moment où il défie le géant Goliath, une fronde à la main sur son épaule gauche.

Ce n’est donc pas l’homme victorieux que Michel-Ange a représenté, ni le futur roi, mais le jeune homme qui va à la rencontre de son destin : choisi pour affronter Goliath, ayant peu de chances « objectives » de vaincre.

C’est un sentiment mêlé de peur et de confiance que l'on perçoit sur son visage.


ma19.jpg

 

Analyse:

 

Par cette œuvre, Michel-Ange a égalé le génie des grands sculpteurs de la Grèce Antique, tout en créant un nouvel archétype qui va devenir l'emblème et le point de départ de cette " Re-naissance" italienne.

Comme Phidias, il introduisit dans son travail, parfois, des écarts par rapport aux canons anatomiques,

Peu de sculpteurs ont eu de telles audaces.

 

- " David" est ici dans une attitude naturelle, équilibrée, concentrée dans un contrapposto nerveux (le poids du corps repose sur une seule jambe et la ligne des hanches fait opposition à celle des épaules) qui souligne une « violence contenue»  et suggère le mouvement.

- De fait, on peut constater que la jambe gauche est plus longue que la jambe droite ... ce qui accentue cette idée de dynamique. 

- De même Michel-Ange use de la disproportion dans les mains, accentuant l'importance du geste de David .

- La partie haute du corps peu sembler un peu longue ... il faut tenir compte en effet de l’emplacement que devaient occuper certaines sculptures ( qui subissaient ainsi quelques "aménagements", tel le "grossissement" des têtes pour les statues placées en hauteur… pour qu'elles soient restituées dans des dimensions exactes dans l'oeil du spectateur placé plus bas)

- Dans le droit fil de l'esthétique de l'inachevé (non finito), propre à Michel-Ange, le sommet de la tête montrerait un peu de la surface initiale du bloc, non travaillée.

 

   Nous sommes donc ici dans un domaine qui va au delà de l’exactitude anatomique ; c'est une anatomie au service de l’expression.

Nous sommes dans l’illusion du réalisme, et non dans le réalisme.

Les beaux-arts, par essence, ne sont jamais des copies de la réalité, mais visent à créer une illusion de réalité idéalisée, sublimée, symbolisée.

L’artiste recrée le monde à l’image de son imagination.

 

Symbole :

 

Initialement placé devant le palazzo Vecchio ( l'original est, depuis 1873, exposé dans la Galleria dell'Accademia de Florence) pour symboliser la détermination d'une jeune république face au tyran, la statue de Michel-Ange devint l'incarnation de la "virtus fiorentina", la vertu républicaine florentine, au sens où l'entendait Leonardo Bruni quand il écrivait que « les vertus ancestrales des Romains et des Étrusques avaient été préservées dans les lois sacrées de Florence. »

Même si pourtant, sur le moment, les citoyens de Florence

avaient reproché à la Seigneurie

d'avoir déplacé la Judith de Donatello,

qui leur semblait être le vrai symbole de la République !

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Isabelle 07/12/2012 19:49


C'est très intéressant, et quel bel homme ce David !

ocre bleu 07/12/2012 08:02


Merci Cristina ... et c'est super quand on a un auditoire qui " aime"...

Cristina 06/12/2012 19:44


Vous m'avez enchantée avec ce texte ... excellent ! Je vous le répète, vous êtes une narratrice hors du commun sans parler de votre côté artistique qui est, bien sûr, toujours en première ligne.
Merci !