Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

10 janvier 2012 2 10 /01 /janvier /2012 08:02

 

 

En prenant la route de la soie , il est difficile de ne pas l'évoquer !

 

La soie nous vient de Chine !


Outre une étoffe, celle-ci devient un support de peinture bien avant l'invention du papier ; la peinture sur soie remonte au moins au III° s. avant J.C.

Support solide, la soie réagit bien aux couleurs et permet des  effets spéciaux.

 

Au départ, elle est surtout utilisée pour la peinture de personnages, et le dessin est d'abord esquissé à l'encre avant de poser la couleur.

Le tableau réalisé est alors suspendu pour exposer les deux côtés, comme une bannière (la soie est transparente !)

Puis les artistes essayèrent de peindre sur l'envers du tissu mais cette opération modifiant les couleurs et améliorant la texture, ils se servirent de ces nouvelles possibilités en collant un fond sur l'envers, et le tableau devint rouleau.

Depuis les techniques ont peu évolué.


La peinture sur soie connut son apogée sous les Song, lorsqu'un procédé d'apprêt de la soie fait d'alun et de colle fut mis au point en donnant ainsi une surface lisse, idéale pour des coups de pinceau très fins et la technique de peinture formelle.

Il est possible en effet de peindre dans le style xieyi sur la soie mais le style gong lui convient mieux ( le style xie se développera davantage sur le papier ... à voir et à revoir bientôt! )

 

L'un des plus grands noms de l'histoire de la peinture sur soie est l'empereur Zhao Zhe, qui se tourna vers les arts, délaissant d'ailleurs les devoirs de sa charge.


soie705'Détail d'un tableau de Zhao Zhe


Il constitua la Collection Impériale de peintures ( soit plusieurs milliers de tableaux) et dirigea l'Académie des Arts.

Il fit venir des peintres reconnus, choisis par concours , instaura de nouvelles méthodes d'études, en insistant sur les croquis préalables, l'observation des plantes ou des animaux, et améliora les conditions de travail des artistes.

 

 

soie708

Quatre femmes foulent la soie dans un baquet

(Peinture sur soie. Début du XIIe siècle, Museum of Fine Arts, Boston)


Il inventa aussi son propre style calligraphique, le slim golden.


... Mais ses négligences sur le plan politique laissèrent la porte ouverte aux envahisseurs mongols qui le firent prisonnier.


La cour des Song s'installa alors à Hangzhou où une nouvelle académie fut fondée : l'école des Song du Nord, réputée pour ses couleurs vives et brillantes, la précision de chaque pétale de fleur ou de chaque plume d'oiseau, dans une forme d'expression décorative.



soie709

   Dames et jeunes filles préparant la soie

(copie du tableau de l'empereur Zhao Zhe de Cai Xiaoli)

 

Les Mongols, envahisseurs de la Chine, rapportèrent en Russie cette idée de décorer les étoffes avec une technique dérivée de celle du cloisonnement des émaux.

Puis ce furent les russes blancs et autres habitants de l’ Europe de l’ Est au début du XX° siècle qui apportèrent en Europe de l'Ouest, ce savoir faire millénaire,  la technique du dessin serti.

Les immigrants russes fondèrent plusieurs ateliers à Paris, à Lyon ... et présentèrent leurs réalisations aux grands noms de la haute couture, qui tel que Paul Poiret (et bien d’autres) les sollicitèrent afin d’élaborer quelques uns de leurs plus beaux modèles.

 

Le succès fut total et durant les Années Folles ce fut une floraison d’ateliers de peinture sur soie utilisant la gutta, rivalisant d’imagination, s’inspirant du courant artistique Art Déco.

Ainsi les belles de l'époque portèrent robes fluides, foulards et étoles aériennes peints à la main.

  paul poiret

La mode selon Paul Poiret

 

Peu d’ateliers survécurent après la Deuxième Guerre Mondiale ; toutefois de grandes maisons continuèrent à fonctionner jusqu’en 1970.

Les nouveaux clients, notamment à Lyon venaient d’Amérique ou des Émirats du Golfe.

La gutta, colorée de poudre d’or ou de poussière de diamant décorait des mousselines, ou des crêpes de Chine pour habiller les « filles des Émirats » ou les « stars d'Hollywood » .


Après les années 70 les grands ateliers fermèrent, seuls quelques artisans et artistes continuèrent ...

 

La peinture sur soie devint alors un loisir créatif pour tout un chacun ...



 



Partager cet article

Repost 0
Published by L'Ocre Bleu - dans Peinture : Techniques
commenter cet article

commentaires

mireilleb 10/01/2012 09:59


Cette matière et ces belles couleurs subtiles me suggèrent une sensation tactile. Une route toute en douceur... Je m'evade...