Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 11:33

« Hélas Dieu, pourquoi ne me fais-tu pas naître au monde en masculin sexe ! »

Christine de Pisan vers 1400.


Première femme à vivre de ses écrits, Christine de Pisan fut pourtant parmi celles qui permirent l’évolution du statut des femmes en cette longue période dite du « Moyen Age ».


Dans l'antiquité grecque et romaine, les femmes n'étaient jamais représentées par et pour elles-mêmes.

Leur image les renvoyait uniquement à leur rôle de « reproductrice » ou encore « d'objet de désir ».

De même, dans les premiers temps de la chrétienté, selon les enseignements de l'Église, les femmes étaient soit adorées comme la Sainte Vierge, soit soumises et méprisées comme Ève la pécheresse.


On attribue l’évolution du statut de la femme dans les premiers temps de la civilisation chrétienne, à la reconnaissance du statut de « personne » aux femmes dans le texte biblique.

Le premier texte de la Genèse dit en effet : "Dieu créa l'homme à son image, à l'image de Dieu, il le créa, homme et femme, il les créa " (Genèse, 1, 27). 

 

Deux textes illustrent notamment ces bouleversements : 

"De Milieribus claris" de Boccace et " La Cité des Dames" de Christine de Pisan. 

Considérée comme la première femme écrivain française, née en 1363, mariée à l'âge de quinze ans et veuve à vingt-cinq, elle se mit à écrire des poèmes, des allégories et des épopées pour subvenir aux besoins de ses enfants et de sa mère. La majeure partie de son œuvre est écrite à la gloire des femmes de toutes classes, qu'elle a voulu réhabiliter après l'image négative qu'en avait donnée le poème allégorique le plus populaire du Moyen Age, « Le Roman de la Rose ».

 

Les femmes du Moyen Âge étaient en fait bien différentes de l'image qu'en donnaient l'Église ou la littérature romantique, très populaire auprès de la noblesse de l'époque.

A l'âge de la chevalerie, l'adoration de sa dame était l'équivalent, en ce monde, du culte de la Vierge, mais les préceptes romantiques de "l'amour courtois" ne s'appliquaient qu'à une toute petite partie des classes supérieu­res. (Et encore, cette adoration n'était-elle que relative, puisque le droit canon autorisait à battre sa femme)


Pour dépasser les images imposées par l'Église et les romans populaires, et pour découvrir le monde réel des femmes médiévales, nous disposons de lettres, de testaments, de baux commerciaux et documents légaux, de registres de couvents et de domaines seigneuriaux, et aussi d’enluminures et de gravures  sur bois des premiers livres imprimés, qui complètent le « tableau » que nous avons de cette époque.  

 

En fait, au Moyen âge,et surtout au cours du haut Moyen-Âge,  les femmes jouissent d’un statut social important

Pour comprendre ce qu'était vraiment la vie de la femme en ce temps-là, il nous faut tout d'abord savoir quelle était sa place dans la société.


Était-elle noble, paysanne ou bourgeoise?


Dans chaque classe sociale, les femmes étaient soumises à un schéma bien précis. Mais, dans le même temps, elles se chargeaient souvent  des mêmes tâches que les hommes de leur classe.


Les châtelaines étaient très bien formées et exerçaient des responsabilités dans la bonne marche du domaine.

Comme leur mari s'absentait souvent pour combattre dans les guerres et les croisa­des, la responsabilité de la vie quotidienne de leur fief reposait sur leurs épaules.

 


femmedéfendantunchateauFemmes défendant un château avec arcs et arbalètes -

Walter de Milemete - 1326-27


Les paysannes devaient assumer toutes les tâches agricoles traditionnelles : la traite des vaches, le brassage de la bière, le filage et le tissage, et même le labourage lorsque cela s'avérait nécessaire.


Les années 1300 à 1550 constituent une période de transition entre la fin du système féodal et les débuts de l'Europe moderne.

 


cardagefilagetissage
Cardage, Filage et tissage de la laine -

Boccace XV° s.

 

 

La principale nouveauté de l'époque est l'avènement d'une bourgeoisie com­merçante.

Avec la croissance des villes, le pouvoir passe peu à peu des mains des nobles propriétaires terriens et de l'Église à une bourgeoisie en développement. Avec la laïcisation croissante de la société européenne, les langues vernaculaires prennent une place plus importante dans la littérature, qui profite éga­lement de l'invention de l'imprimerie.

Certains laïcs favorisent ce développement en faisant l'acquisition de bibliothèques, en fai­sant imprimer des livres et en payant des traductions du latin. C'est probablement cette laïcisation qui a permis aux illustrations, qu'il s'agisse d'enluminures ou de gravure sur bois, de dépeindre la vie réelle.


Dans la bourgeoisie en plein développement, les femmes avaient souvent des activités commer­çantes considérées jusque-là comme le domaine réservé des hommes : elles travaillaient comme apothicaires, coiffeuses, artistes, ouvrières de la soie, armurières, tailleurs et autres spécialités requérant un apprentissage.

La plupart des corporations excluaient les femmes, à l'exception des épouses et des filles des membres de la corporation ayant suivi un apprentissage.



femme tailleurFemme tailleur coupant un patron -

Boccace - XV° s.


Certaines femmes étaient établies comme des "femmes soles", terme légal qui signifiait« commerçantes indépendantes ». Il ne s'agissait pas seulement de veuves et de célibataires, mais aussi de femmes mariées qui, dans certains cas, portaient toute la responsabilité financière de leur affaire.



unecésarienne

Certains talents étaient communs aux femmes de toutes les classes. De nombreuses enluminures en dépeignent qui filent, cardent la laine et tissent, car les femmes faisaient tourner à elles seules l'industrie textile de l'époque.  

Elles étaient également sages-femmes et devaient pou­voir faire face à toutes les urgences médicales et chirurgicales survenant dans leur foyer. Toutefois, si une femme désirait exercer la médecine ou pratiquer certains soins à l'extérieur de chez elle, elle encourait le risque d'une sanction sociale et légale et, pis encore, pouvait être traitée de sorcière.

Certaines femmes, pourtant - notamment des épouses et des filles de médecins -, recevaient une formation médicale précise.

 


autoportrait

Les femmes étaient de véritables artistes qui peignaient des fresques, des images ou des portraits religieux et gravaient des bas-reliefs ou du bois.

 

(Les illustrations proviennent de "The Medieval woman- Illuminated book of days - Ed.Sally Fox)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ocre bleu 18/03/2013 11:31


Cela a été pour nous une belle inspiration que le travail , l'oeuvre et la vie de Christine de Pisan.


Bonne semaine à toi aussi et merci de ton passage ...

sittelle 17/03/2013 16:46


Merci Christine, quelle femme notre Christine de Pisan; elle habitait Poissy - vers le Prieuré qui est maintenant musée du Jouet et école privée-- elle a passé sa vie en procès tant une femme
libre était vulnérable, en dehors de son travail de femme de lettre. Seulette suis...  Mes amitiés ! bonne semaine à toi et tes élèves

Christine 13/02/2011 09:50



Merci ... et nous avons travaillé sur ces sujets de ces femmes d'un autre temps.... mais si modernes en fait dans leurs réalisations aussi ... nous exposons lundi !
Au plaisir peut-être de s'y rencontrer.


Voir ici.


Bonne journée.



nadianne 11/02/2011 09:29



tres interressant! et les illustrations sont magnifique merci!