Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 06:03

Au cours du temps, la recherche "du jaune"  s'est faite dans plusieurs directions et pour des besoins différents : colorants, pigments, laques,...


Les premiers jaunes sont les ocres des artistes préhistoriques.
Ont suivi de nombreux autres ...
en voici quelques uns !

Bien sûr, vous apprenez tout ça par coeur... y'aura interro!


L'Auréoline : ou jaune de cobalt, a une grande transparence; il s’utilise en couche mince, peu solide aux acides et aux alcalins. On le trouve dans les aquarelles.

La Camomille des teinturiers "Anthemis tinctoria" : est une plante vivace dont on utilise les fleurs et les feuilles pour obtenir des jaunes citron, jaune d’or, orangés. Très utilisé en Turquie pour la teinture des tapis.

Le Chromate de baryum : est un pigment jaune utilisé pour les couleurs fines.

La Gaude "Reseda luteola ": est une plante herbacée avec des grappes de petites fleurs. Sa matière colorante, la lutéoline donne un jaune très pur allant du jaune paille au jaune citron.

La gaude a bénéficié d’une culture intensive jusqu’à la fin du XIX° siècle avant d’être supplanté par les colorants de synthèse. Utilisé pour la teinture et parfois en laque.

Le Genêt des teinturiers : Ce buisson épineux à fleurs jaunes qui permettent d’obtenir différents jaunes, dorés et intenses, est utilisé pour la teinture des laines.

Les Graines d’Avignon "Stil-de-grain" :Les fruits verts séchés du nerprun des teinturiers ont été très utilisés jusqu’au début du XIX° siècle comme laque jaune à usage textile et alimentaire et également par les peintures en miniature.

C’est le stil-de-grain qui manque de solidité à la lumière.
Autres appellations des graines d’espèces de nerprun : graines de Perse, d’Espagne, d’Italie, du Levant, de Hongrie, de Morée.

La Jarosite : est une terre jaune pâle contenant des sulfates de fer, de potassium et de sodium, utilisée dès l'Antiquité Égyptienne dans la peinture des sarcophages.

Le Jaune de benzidine : est un pigments diazoïque fabriqué à partir de dérivés de benzidine.

Peu employé par les peintres par manque de solidité à la lumière, il l'est pour la coloration du caoutchouc.

Le Jaune de Berri (ou Berry) :est un  Ocre jaune en provenance de cette région.
Synonyme : le jaune de France désignait jadis des ocres provenant de gisements berrichons

Le Jaune de cadmium : a été commercialisé pour la première fois en 1830.

Aujourd’hui les cadmium vont du jaune citron au rouge bordeaux.

Les jaunes et les jaunes orangés sont des sulfures de cadmium. Couleur de très grande vivacité et excellente tenue aux températures élevées est d’une bonne compatibilité avec les autres pigments.

Il est toxique quand il n'est pas artificiel.

Le Jaune de chrome : A la fin du XVIII°, Vauquelin , chimiste, analyse un échantillon d'un minerai rouge orangé découvert en Oural. Il y détecte un nouveau métal qu'il isole et nomme chrome, qui signifie couleur en grec, à cause de sa tendance à donner des sels de toutes les couleurs. L’introduction du chromate de plomb comme pigment se fait au début du XIX° siècle : d'un beau jaune vif (qui manquait à la palette des peintres), d'une bonne opacité et résistant à la lumière. Mais sont toxiques.

Les couleurs vont du jaune vert au jaune orangé.

Le Jaune Hansa : est un pigment de synthèse azoïque de tonalité allant du vert-jaune à l’orangé. Les premiers pigments azoïques ont été découverts en 1858 et étaient destinés à la teinture des textiles.

Ils forment aujourd’hui une classe très importante des pigments pour les peintures et les encres. Totalement insoluble dans l’eau, résistant aux acides et aux bases, avec une bonne solidité à la lumière.

Le Jaune indien :fut utilisé aux Indes dans les miniatures à partir du XV° siècle, aux Pays-Bas dès le XVII° siècle.

Le centre de production était au Bengale où des éleveurs nourrissaient leurs bovins de feuilles de manguier ce qui donnait une coloration jaune à l’urine des animaux. Recueillie, évaporée, filtrée, la matière colorante était expédiée à Calcutta. Le jaune ainsi obtenu était d’un jaune doré, transparent et d’une très belle profondeur. Les vaches étant sacrées, la production de ce jaune est interdite depuis longtemps. On ne dispose plus que d’imitations produites à partir d’aniline.

Le Jaune de Mars : Solution de sulfate ferreux précipitée par une lessive alcaline donnant une belle teinte jaune brunâtre.

C'est une couleur très solide, d’un prix modéré et qui a une action anti-rouille.

Le Jaune minéral : a été préparé par Turner à partir des oxychlorures de plomb.
Synonymes : jaune de Turner, de Cassel, de Kassier, de Vérone, de Montpellier.

Le Jaune moyen : est une laque à base d’alumine teinte par un colorant azoïque de synthèse. Il est assez solide à la lumière.

Le Jaune de Naples :est un mélange d’antimonite et d’antimoniate de plomb. C'est un pigment utilisé dans les céramiques de l’ancienne Egypte et de la Mésopotamie.
Au XVII° siècle, les Italiens préparent à partir d'un minéral antimonié présent sur les pentes du Vésuve, un jaune dit de Naples qui sera produit ensuite artificiellement.

Il peut être remplacé par des mélanges de jaune de cadmium avec du blanc ; il cessera d’être fabriqué dans les années 1970.

Le Jaune d’outremer : ou Chromate de baryum est un Jaune clair d’un bon pouvoir couvrant utilisé pour les papiers peints et la peinture artistique.

Le Jaune de plomb et d'étain :était employé par les artistes peintres du XIV° siècle au XVIII° siècle.

C'est un stannate de plomb qui a la couleur jaune vif de l'orpiment et présente une faible toxicité. Il fut remplacé par le jaune de Naples progressivement.

Le Jaune de zinc : est un Chromate de zinc et de potassium. Il est d’une excellente solidité à la lumière; sa gamme va du jaune citron à l’orangé mais les pouvoirs colorant et couvrant sont inférieurs à ceux du jaune de chrome.

Le Massicot : est un pigment de protoxyde de plomb utilisé jusqu’à la fin du XVIII° siècle.
Synonymes : sandaracque, sansarace.

L'Orpin ou orpiment : est un Sulfure d’arsenic rencontré à l’état naturel ou produit artificiellement. D’une belle teinte jaune d’or et connus depuis le deuxième millénaire avant J.C.

Abandonné depuis l’arrivée des pigments de cadmium au XIX° siècle.
Synonyme : jaune d’arsenic.

Le Quercitron :vient del’écorce d’une chêne d’Amérique du Nord dont la matière colorante le quercitrin a été introduite en Europe au XVIII° pour la teinture des cotons.

Au XIX° on en fait des laques jaunes pour les papiers peints. Couleur jaune vert.

Les Rutiles (jaunes) : sont des pigments minéraux jaunes, jaune vert à orangé et brun.

Au pouvoir colorant faible, au pouvoir opacifiant convenable, sa solidité est supérieure à celle des jaunes de chrome.

Le Safran : est utilisé pour la teinture depuis plus de 3500 ans. La matière colorante est la crocine qui provient de la fleur d’un crocus. Les couleurs obtenues sont jaune soufre et jaune orangé ; elles sont très belles mais peu solides.

La Sarrette des teinturiers : est une plante vivace de l’Europe centrale et méridionale donnant de belles et solides couleurs allant du jaune citron au jaune d’or pour la teinture des textiles.

Le Vanadate de bismuth : est un pigment jaune vert récent (fin 1970) ayant de bonnes qualités de vivacité, d’opacité et de tenue à la lumière.


Qui a dit n'avoir qu'un seul jaune dans sa palette ????

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Ocre Bleu - dans Couleurs
commenter cet article

commentaires

myriam 26/11/2008 13:53

impressionnant!!!