Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

Un blog pour les passionnés de dessin, de peinture, et d' arts plastiques.
Pour ceux qui veulent apprendre : de la découverte, en passant par l'apprentissage puis la  pratique ...
Pour ceux qui veulent créer.
Plus des infos sur les expos, l'histoire de l'art ....

Conseil du jour

 

Vous pourrez retrouver désormais le blog de L'Ocre Bleu à cette nouvelle adresse :

http://l-ocre-bleu.fr/

 

Archives

11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 08:52
Vincent Van Gogh est considéré comme peintre "Post- impressionniste".

Après les" Impressionnistes" et leur révolution artistique, les"Néo- impressionnistes", dit  encore "Pointillistes", à la suite de Seurat,
firent entrer les théories scientifiques de la couleur dans leur mode créatif.

Le terme post- impressionniste fut inventé par Roger Fry, critique anglais , en 1910 lors de l'exposition " Manet and the Post-Impressionnists" qui se tint alors à Londres.
Cette exposition, outre Manet, présentait les oeuvres de Cézanne, Gauguin, et Van Gogh, qui avaient suivi des directions différentes, en s'éloignant de l'impressionnisme, et en instaurant chacun un nouveau rapport à la réalité.


Nous avons commencé à nous intéresser à l'oeuvre de Van Gogh par son côté "japonisant".
Mais c'est dès l'âge de 16 ans que Vincent est confronté au monde de l'art.
Il est employé très tôt dans le commerce des oeuvres d'art (chez " Goupil et Compagnie"- marchands d'art ) par l'intermédiaire de ses oncles qui travaillaient dans ce milieu (son père, pasteur modeste, ne peut lui payer de longues études)

En mai 1875, il se trouve ainsi  à Paris( il y séjourna environ 1 an) et bien avant de décider de se consacrer à la peinture (ce qu'il fera à l'âge de 27 ans), il fut marqué par une sorte de contact "initiatique " avec deux "pères de la peinture" qu'il ne devaient jamais oublier:
Delacroix, dont l'oeuvre devait l'orienter vers la couleur; et Millet, dont  les dessins et pastels de la Collection Gavet, exposés à l'hotel Drouot au mois de juin, vont  confirmer son inclination naturelle pour un art profondément lié aux valeurs morales et religieuses de l'univers paysan.
Il découvrira aussi les peintures de Jules breton qui l'orientent de même vers ce monde rural, vers le naturel noble et simple des paysans pour lequel il manifeste un intérêt soutenu.

Toute sa vie, son intérêt pour l'art et la littérature ne diminua jamais, et il fut quand il le put, un visiteur infatigable de manifestations artistiques.
Et même quand il se trouve dans le Borinage, bien loin de ce milieu, il écrit :

"Moi, je suis un homme à passions, capable et sujet à faire des choses plus ou moins insensées, dont il m'arrive de me repentir plus ou moins... Maintenant, cela étant, que faut-il faire, doit-on se considérer comme un homme dangereux et incapable de quoi que ce soit? Je ne le pense pas. Mais il s'agit de tâcher par tout moyen de tirer de ces passions mêmes un bon parti.
Par exemple, pour nommer une passion entre autres, j'ai une passion plus ou moins irrésistible pour les livres et j'ai besoin de m'instruire continuellement, d'étudier si tu préfères, tout juste comme j'ai besoin de manger mon pain. Toi, tu pourras comprendre cela.
Lorsque j'étais dans un autre entourage, un entourage de tableaux et de choses de l'art, tu sais bien que j'ai alors pris pour cet entourage-là une violente passion, qui allait jusqu'à l'enthousiasme. Et je ne m'en repens pas, et maintenant encore, loin du pays, j'ai souvent le mal du pays pour le pays des tableaux.

Tu te rappelles peut-être bien, que j'ai bien su (et il se peut bien que je le sache encore) ce que c'était Rembrandt, ou Millet, ou Jules Breton, ou Delacroix, ou Millais ou M. Maris?
Bon - maintenant, je n'ai plus cet entourage là - pourtant ce quelque chose qu'on appelle âme,on prétend que cela ne meurt jamais, et que cela vit toujours et cherche toujours et toujours, et toujours encore.
Au lieu de succomber au mal du pays, je me suis dit : " Le pays ou la patrie est partout" ... j'ai donc étudié plus ou moins sérieusement les livres à ma portée...Ce serait donc un malentendu si tu persistais à croire que, par exemple, maintenant je serais moins chaleureux pour Rembrandt ou Millet ou Delacroix ou qui ou quoi que ce soit, car c'est le contraire, seulement voyez-vous, il y a plusieurs choses qu'il s'agit de croire et d'aimer, il y a du Rembrandt dans Shakespeare et du Corrège en Michelet, et du Delacroix dans V. Hugo....

Cuesmes - juillet 1880 -

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ocre bleu 21/01/2013 08:25


Merci ...

Aymeric 18/01/2013 15:46


Bonjour, je vous conseille de voir ce blog qui présente Devillario un peintre post-impressionniste :


http://rdevillario.blogspot.fr/


Cordialement

christine 11/11/2008 11:20

Tout à fait ... lectures et inspirations artistiques diverses... c'est bien notre imprégnation de cette année... et tout cela bien expliqué par Vincent lui- même!

Maryse 11/11/2008 10:57

Et nous voila au coeur du sujet....suivont la trace...